Enora Latuillière… dans La Maille du filet

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur

CHRONIQUE – Tous les athlètes redoutent de tomber dans La Maille de son filet. Chaque jeudi, Clément Mailler ne les épargne pas quand il s’agit de leur poser les bonnes questions. Point d’échappatoire pour eux : ils doivent répondre. Victime du jour : Enora Latuillière.

La rookie qui n’est plus jeune mais pas vieille non plus, que vous avez peut-être aperçu dans la presse people mais pas en maillot de bain… toujours avec un grand sourire sans bave qui coule ni maquillage ! Voici tout l’humour d’une Enora Latuillière de Gala  pour vous éclairer sur les médias people du biathlon dans La Maille du filet.   

 

  • J’aimerais parler du trophée « Rookie of the year » (ndlm : révélation de l’année par l’IBU) que tu as gagné en 2015. C’est symbolique, inutile, de la communication… ?

Je ne dirais pas que c’est inutile parce que ça fait toujours plaisir d’avoir un trophée même si personne ne sait ce que c’est ! (rires) C’est cool et c’est joli ! C’était aussi une bonne raison en fin de saison de faire la fête, il faut le dire ! (rires) Mais oui… ça ne ramène rien d’autre et ça n’ouvre rien pour la suite.

  • Est-ce que tu te sens du côté des vieilles maintenant que tu as eu le trophée ?

Ah ouais carrément ! (rires) Maintenant je suis la vieille, c’est fou ! Et aussi c’était une autre période de ma vie et j’ai l’impression que c’était il y a super longtemps.

  • Tu as essayé le sprint en ski de fond cet hiver avec succès. Avant toi Alexis Bœuf, Mari Laukkanen ont aussi très bien réussi. Selon toi les biathlètes ont des prédispositions ou c’est juste vous qui êtes super fort ? 

Euh… super fort… (rires) Non mais je dirais qu’on a quand même des prédispositions. Ce n’est pas du tout pour lancer la pierre aux biathlètes mais il y en a qui n’ont pas du tout de prédispositions pour faire du KO. Je ne vais pas balancer mais il y en a en vitesse qui ne sont pas super bon donc… je ne dirais pas que c’est le biathlon, c’est des qualités de chacun.

J’ai des qualités dynamiques mais ce n’est pas le biathlon qui m’a aidé à avoir ça, je dirais peut-être plus le ski alpin que je faisais avant. Je ne sais pas si Alexis et Laukkanen en ont fait ! (rires)

 

  • J’ai vu une vieille interview de toi qui titrait « Je me sens bien ! ». On a vraiment l’impression que c’était une interview pour Paris Match ou Gala. 

(rires) Mais c’est totalement ça ! Tu n’as pas vu mon interview people sur Voici ! (rires) … oui c’est un peu… Maintenant avec la médiatisation de plus en plus forte en biathlon les journalistes s’emballent un peu. Mais moi je suis encore loin de ça, mais je trouve que ça s’emballe un peu !

Et même sans citer, ceux qui mettent des photos de Doro (ndlm : Dorethea Wierer) en maillot de bain pour le coup c’est complètement du people ! Je ne suis pas trop au stade de la pose en maillot de bain.

  • Justement tu ne fais pas partie de celles qui s’affichent en maillot de bain. Tu ne vois pas l’intérêt ou tu n’aimes pas ça ? 

Je ne critique pas du tout, autant profiter de se servir de ses atouts pour vivre de son sport. Si elles arrivent à faire ça en plus… autant en profiter. On n’a pas toutes les moyens donc… (rires) si j’avais les moyens je le ferais je pense. Les moyens physiques je veux dire. Ce n’est pas mon caractère non plus !

  • Est-ce que cela peut paraître plus confortable d’être au naturel ?

Il y en a forcément qui prennent moins soin d’elles mais c’est pareil je ne critique pas. C’est des caractères et il y en a qui ne voient pas l’utilité quand on fait du biathlon… c’est du sport et ça ne sert à rien d’être belle quand t’as la bave et la bouche grande ouverte (rires) !

Mais à l’inverse ça pourrait compenser la bave, mais chacun son truc. Mais confortable non… peut-être le fond de teint qui salie moins la combinaison (rires) ! Mais ça peut être une question de se sentir mieux dans sa peau.

  • Est-ce que d’être en couple au sein du groupe ça attire les médias ?

Depuis qu’Antonin marche bien, j’ai clairement plus de « like » sur Instagram et les gens qui s’abonnent c’est grâce à Antonin ! C’est plus le fait que je sois la copine d’Antonin qui attire. Aprè,s dans le groupe, ça ne change rien du tout parce que les gens ont l’habitude et on n’est pas du genre à se montrer.

Même si on peut ne pas être dans la même chambre, on préfère. Mais les journalistes je n’ai pas l’impression que ça les intéresse trop… ils aiment bien quand il y a vraiment deux forts, mais je ne suis pas assez forte pour ça (rires) ! L’ancien couple Vincent Jay et Marie-Laure Brunet a fait le buzz quand ils ont eu tous les deux la médaille olympique. Avant ça, je ne suis pas sûr qu’on en parlait beaucoup.

  • Est-ce que tu pourrais nous raconter la blague du kiwi ?

Ah non c’est quoi (rires) !! Mais qui t’a parlé de ça ? (rires) Non mais en off ! Ça fait longtemps que je ne l’ai pas racontée !

Afin de protéger le lecteur et la narratrice, cette partie de l’interview a été censurée ! 

  • Et enfin, tu penses à quoi là tout de suite ?

Ah je l’attendais celle-là !! (rires) Mais… j’ai un peu honte mais je suis en train de faire la grosse loque sur mon canapé et je regarde une télé-réalité… ! Donc je suis en train de me dire que quand je vais raccrocher (ndlm : interview réalisée par téléphone) je vais me forcer à zapper parce que là ça ne va pas du tout !

 

Photo : Nordic Focus / Nordic Magazine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.