Eric Frenzel : « Jason Lamy Chappuis a marqué l’histoire du combiné »

Pour la troisième année consécutive, l’Allemand Eric Frenzel a été l’homme à battre. A 26 ans, il a malgré ses adversaires réussi à remporter le classement général de la coupe du monde et ce, pour la troisième année consécutive.

 

Qu’avez-vous fait depuis la fin de la saison ? Avez-vous pu vous reposer ?

J’ai surtout passé du temps avec ma famille. Juste après la saison, ma femme et moi sommes allés à Seefeld pour le séjour que j’avais gagné en tant que vainqueur du mini-tour (Triple). A Pâques, nous sommes allés skier avec notre fils dans le sud du Tyrol. Bien sûr, j’ai aussi eu des engagements avec la presse et les sponsors, mais j’ai pu me détendre.

 

Eric Frenzel

 

Vous avez remporté à trois reprises la coupe du monde. Qu’y avait-il de différent à gagner cette année?

La plus grande différence est que cette victoire au classement général est venue de façon très inattendue. Je voulais me concentrer sur les championnats du monde à cause de tout le stress accumulé lors de la saison précédente et de mon entraînement réduit. Mais comme cela arrive souvent dans la vie, les événements n’ont pas été ce qu’on avait pensé qu’ils seraient.

 

Jason Lamy Chappuis, l’une des stars du combiné nordique, a arrêté sa carrière. Comme vous, il a également réussi à gagner trois fois de suite le classement général. Va-t-il vous manquer comme adversaire mais aussi comme homme ?

Oui, car Jason a imprimé sa marque dans notre discipline tout au long de ces dernières années. À côté de cela, il a une grande personnalité. Il était toujours très juste, respectueux des performances de chacun et respecté.

 

Competition is good for business !

 

Si l’on analyse la dernière saison, on remarque que vous avez connu de grands succès comme votre victoire du mini-Tour de Seefeld et le globe de cristal en coupe du monde, mais aussi que l’écart avec vos poursuivants s’est réduit. Après les championnats du Monde à Falun, vous êtes aussi rentré à la maison sans médaille individuelle. Quelle est votre analyse ?

C’est certainement parce que beaucoup d’autres athlètes ont progressé l’hiver dernier et que l’élite mondiale à vu ses rangs se resserrer. En combiné nordique, vous reculez si vous ne progressez pas. J’espère que la concurrence va rester aussi élevée pour que la compétition demeure aussi excitante. Competition is good for business !

 

La saison prochaine, il n’y aura aucune médaille à gagner en l’absence de championnats du monde et de Jeux olympiques. A la place, il y aura un grand nombre de coupes du monde et le Triple de Seefeld sera le point culminant de l’hiver. Appréhendez-vous cette séquence d’une manière différente que les précédentes ?

Fondamentalement non, je vais m’entraîner de la même manière. On peut aussi utiliser cette saison pour travailler en profondeur.

 

FRENZEL Eric

 

La prochaine étape pour l’élite du combiné nordique sera le Grand Prix d’été à Oberwiesenthal en août. Comme c’est votre ville natale, c’est probablement chaque année un moment particulier pour vous ?

Oui. Chaque athlète aime concourir où il a grandi et où il peut avoir l’avantage d’évoluer à domicile. Je suis toujours heureux d’avoir à mes côtés des amis et ma famille qui ne sont pas toujours en mesure d’assister à d’autres concours durant l’hiver pour me soutenir.

 

Depuis que vous avez posté sur les réseaux sociaux une photo de vous et votre fils en train de faire vos devoirs pour l’école et l’université, nous savons que c’est aussi quelque chose qui vous occupe. Allez-vous prendre le temps de rattraper vos cours ? Et que dire de votre fils ? Est-il également actif sur des skis ou aime-t-il quelque chose de complètement différent ?

Je vais certainement utiliser un peu de temps pour aller de l’avant dans mes études, si mon emploi du temps me le permet. Concernant mon fils, non il ne passe beaucoup de temps sur les skis et je dois admettre que c’est un footballeur particulièrement enthousiaste (rires).

 

Photos : Facebook d’Eric Frenzel et Agence Zoom

Entretien réalisé par la FIS (la version anglaise)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.