Etienne Daille, parrain des France aux Plans d’Hotonnes, se confie

Etienne Daille sera le parrain des championnats de France de biathlon qui se dérouleront samedi et dimanche aux Plans d’Hotonnes. Le grand vainqueur de la coupe du monde de kayak a également un passé de skieur au sein du ski-club d’Hauteville-Lompnès. Entretien.

522077 199709893493217 1236408489 n 

Quand on vous a demandé d’être le parrain du Subaru Biathlon Summer Tour aux Plans d’Hotonnes, avez-vous été étonné ?
C’était quelques semaines après les Jeux, probablement pendant la coupe du monde de Prague. Non, je n’ai pas été surpris, je me suis dis que sera l’occasion de passer un bon moment près de chez soi.

 

Vous avez participé aux Jeux olympiques en kayak où vous avez terminé 7e en slalom K1. Mesurez-vous la notoriété que vous avez acquise depuis ?
Je n’ai pas l’impression d’avoir acquis une notoriété particulière avec les Jeux. Cependant, les rares fois depuis les Jeux où j’ai été dans l’Ain, j’ai été surpris d’être reconnu plusieurs fois assez facilement lorsque je ne suis pas très loin de chez moi… La notoriété que je peux avoir dans le milieu du kayak n’est pas en rapport avec les Jeux Olympiques, mais avec mes résultats sur les 5 coupes du monde de l’année (5 podiums dont 3 victoires).

 

Gagner le classement général de la coupe du monde, c’est finalement moins porteur médiatiquement mais tout de même une performance exceptionnelle.
Je pense que ce n’est pas seulement le fait d’avoir gagner le classement de la coupe du monde qui est une performance exceptionnelle, mais surtout la manière dont je l’ai gagné. J’ai gagné trois courses de suite, alors que seulement un seul athlète a réussi à faire deux podiums sur les 5 courses !

 

Quels liens vous unit au plateau de Retord ?
Le Plateau de Retord, c’est un endroit où j’ai fait de nombreux entraînements, stages et compétitions de ski, de benjamin à cadet. J’apprécie particulièrement la possibilité de faire de longues sorties sans passer plusieurs fois au même endroit, le tout dans un cadre superbe au niveau du paysage.


Capture-d-ecran-2012-09-19-a-15.36.53.pngOn peut peut-être rappeler qu’en ski d’orientation, vous avez un palmarès très intéressant.
C’est une discipline que j’ai beaucoup pratiquée en junior (participation au championnat du monde en moins de 20 ans en 2007), mais pratiquement plus ces dernières années, car malheureusement je ne peux pas tout faire. Malgré cela, lorsque je me suis me présenté l’année dernière au championnat de France, j’ai réussi à arracher de justesse les trois titres (sprint, moyenne et longue distance).

 

Vous allez côtoyer les Fourcade, Brunet, Jay… qui eux ont connu les JO d’hiver.

Qu’attendez-vous d’une telle rencontre ?

Aujourd’hui, je ne me suis pas encore posé cette question ! Probablement qu’un bon

moment sera déjà un bon début…


Etienne-Daille 5058(2)La saison terminée, avec un palmarès à faire des envieux, quel programme vous attend ?
Cette semaine, la sélection à l’I.N.S.E.P. pour rentrer en formation pour préparer le concours du professorat de sport réservé aux sportifs de haut-niveau. La semaine prochaine, mes derniers examens à Tarbes pour terminer définitivement mon master 2 de préparation physique et mentale. Une reprise sérieuse de l’entraînement probablement à partir de début octobre avec un stage de rentrée fédéral à Prague (lieu des prochains championnats du monde). Plusieurs stages jusqu’à la fin novembre avant de réaliser une petite coupure hivernale pour faire enfin un peu de ski. Puis un départ dans l’hémisphère sud à partir de la fin décembre…

 

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade