Etienne Gouy : « J’ai besoin d’un nouveau challenge »

Comme Sébastien Lacroix et Jason Lamy Chappuis, l’entraîneur du combiné nordique quittera l’équipe de France à l’issue de la saison. Etienne Gouy revient sur les temps forts qu’il a vécus avec ses champions du monde et évoque la suite de sa carrière… Confidences d’un coach heureux et serein.

 

Après une dizaine d’années passées en équipe de France de combiné nordique, vous donnerez cette fin de saison une nouvelle orientation à votre carrière. Pour quelles raisons ?

Déjà pour des raisons personnelles avec des enfants qui grandissent. Ils ont aujourd’hui 15, 13 et 12 ans et j’ai besoin d’être à leurs côtés. J’ai aussi l’impression d’avoir fait le tour du haut-niveau avec la même équipe, le même circuit, les mêmes lieux. J’ai besoin d’un nouveau challenge. Un poste dans mon comté se présentait à moi, l’occasion était belle de tourner la page.

 

Terminer avec le titre mondial en team sprint, l’argent pour François Braud, le bronze pour Jason Lamy Chappuis et le relais donne-t-il une saveur particulière à votre dernier hiver “international” ?

Oui, l’objectif de l’hiver, c’était clairement les mondiaux. On visait une voire deux médailles, on est rentré avec quatre. Dans 10 ans, on réalisera cet exploit sans doute ! Le fait que François fasse une médaille prouve qu’il prend le relais derrière Jason. Qu’ils finissent en or ensemble, c’est génial. On ne pouvait pas espérer meilleure fin.

 

Vous avez grandi et avancé, en tant que coach du combiné, avec cette génération dorée. Quels souvenirs garderez-vous de ces années passées avec cette bande qui de l’aveu des quatre, est “bien plus qu’une bande de potes” ?

C’est une famille, on passe 200 jours de l’année ensemble. Ça créé des liens affectifs au delà du sportif. On a connu des moments difficiles sportivement aussi, ça nous a rapproché. Le fait d’être toujours restés solidaires et compacts dans ces moments durs nous a renforcés. Après les Jeux de Sochi, on était déçus, mais on ne pouvait pas finir là dessus. Tout le monde a su se remobiliser, tirer les leçons pour rebondir… peu d’équipe l’ont fait. C’est une vrai satisfaction pour le groupe et le staff. Le combiné français a su rester au sommet du combiné mondial. Et ça, c’est une grande fierté.

Etienne Gouy en discussion avec Nicolas Vandel, farceur de l'équipe de France.

Etienne Gouy en discussion avec Nicolas Vandel, farteur de l’équipe de France.

Quelles sont finalement les clés pour amener chacun d’eux à donner le meilleur pour lui même mais aussi pour les collègues notamment sur les relais à deux ou à quatre ?

On a toujours aimé jouer les médailles en par équipes. Le biathlon a montré la voie. Je les laissais parler ensemble, se mettre en confiance individuellement pour mieux servir le collectif. Ça a pris du temps mais il fallait être à l’écoute de chacun, s’adapter à chaque coureur et être capable de les stimuler, de les calmer, de bien les comprendre. C’est un métier complet avec la psychologie, encore plus avec le saut. Il faut être posé et toujours assurer, l’expérience est primordiale pour anticiper et diriger l’athlète vers la bonne voie.

 

On a des jeunes de talent, à eux de prendre leur chance

 

La prochaine saison se déroulera sans Jason Lamy Chappuis ni Sébastien Lacroix. François Braud semble avoir la carrure pour devenir le leader du combiné tricolore. Comment voyez-vous la suite, la relève et le potentiel futur pour cette équipe de France new look ?

On aura deux leaders avec François et Maxime Laheurte. Derrière, six jeunes devront faire leurs preuves pour gagner leur place en coupe du monde dès cet été. Ça va être intéressant de voir comme ils réagiront. Peut-être seront-ils décomplexés après le départ de deux athlètes du “quatre majeur”… Il y aura deux places à prendre et à défendre ensuite sur le circuit. On a des jeunes de talent, doués… On a vu dans le biathlon féminin des jeunes qui ont su prendre leur responsabilité. C’est juste une question de confiance et on peut vite passer des paliers de la 50e à la 10e place en saut notamment.

Photo de famille avec tout le staff à l'occasion de la cérémonie en l'honneur de Jason et Sébastien.

Photo de famille avec tout le staff à l’occasion de la cérémonie en l’honneur de Jason et Sébastien.

Vous souhaitez désormais vous rapprocher de la jeunesse de votre comité avec l’objectif de faire avancer le saut et le combiné sur le territoire du Dauphiné…

Oui ça fait quelques années qu’on perd des licenciés dans ces sports. Si on peut élargir la pratique et amener plus de jeunes du coin, tant mieux. Mes années d’expérience, je veux les partager avec les jeunes du coin. Mon objectif, ce sera du développement, créer de la masse pour densifier les rangs des possibles membres des équipes de France ensuite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.