Evgeny Bogdanov : « il y a beaucoup de tactique à la Trans’roller »

 Il est l’un des favoris de la prochaine Trans’roller. Le Russe Evgeny Bogdanov, qui vit en Suisse romande, connaît les parcours pour les avoir déjà parcourus. Sur le 25 km, il a terminé 8e en 2011 et 7e en 2010. Alors qu’il vient de signer deux ‘top 10” en coupe du monde, on se rappelle que le leader de la Swiss Loppet cet hiver a également remporté la Skirollac le 24 juin dernier. 

Skirollac3

Evgeny Bogdanov, vous serez ce week-end l’un des favoris des épreuves de rollerski prévues à l’occasion de la Trans’roller. D’abord la montée du Larmont, comment abordez-vous cette épreuve assez atypique ?

Normalement. En coupe du monde il y a trois types des courses en rollerski : la course sur le plat (un peu comme la Transroller 25km), le sprint (150-200 mètres) et la course en montée (comme montée du Larmont). Samedi, ce sera ce dernier cas. Il va donc falloir travailler tout le temps à fond et ce sera  dur !

L’effort sera-t-il forcément différent des habituelles courses de rollerski que vous disputez en coupe du monde ?

En fait, je trouve que les courses en montée sont plus dures en coupe du monde. La montée du Larmont, ça monte certes, mais pas trop !

Vous retrouverez sur cette course Romain Claudon, un sérieux client pour la victoire, tout comme les fondeurs Cyril Gaillard et le local du jour Alexis Jeannerod. Quel sera votre objectif ?

De temps en temps, Romain Claudon est fort en montée. Donc, je pense que tout est possible pour moi, mais ça dépendra de sa forme. Je vais essayer de rester dans le groupe et de ne pas commencer trop vite ! 

Le lendemain dimanche, vous serez au départ du 25 km en ski-roues de Oye-et-Pallet et Mouthe avec là encore des spécialistes de la discipline comme Baptiste Noël, tenant du titre, que vous avez battu à la Skirollac. Comment envisagez-vous cette course en ligne ?

C’est difficile à dire. Dans les courses comme ça, il y a beaucoup de tactique. A la Skirollac il y a quand même des montées assez difficiles où il est possible de s’échapper. La Transroller est assez plate. Je connais mes points forts et faibles, donc je vais regarder comment la course va se dérouler et prendre les décisions en fonction de mes observations ! 

Le challenge Trans’roller qui combine les deux épreuves du samedi et dimanche semble à votre portée. Sera-ce une priorité du week-end ?

En fait, je n’ai pas pensé à ça. Pour le moment, l’objectif est de bien faire dans les deux courses séparément ! S’il y aura un bon placement dans le challenge, ca sera bien sûr sympa !