Florence et Christelle ont bouclé les 165 km de la TJS

Incroyables Christelle Jouille et Florence Geymond-Golay : les deux copines ont relevé le défi de la Traversée du Jura suisse en moins de 18 heures. Nordic magazine les a rencontrées à leur arrivée à la Cure, alors que la nuit tombait sur le Massif jurassien.

 

Après leur record de la GTJ (Grande traversée du Jura) en 2012, les deux copines ont signé un nouvel exploit dans leur massif jurassien de prédilection. Il aura fallu 14h47 à Florence Geymond-Golay et Christelle Jouille pour parcourir les 165 km de la TJS, Traversée du Jura suisse.

Parties ce matin à 3h des Bugnenets, elles ont rallié le village franco-suisse de La Cure à 17h47, accueillies à la nuit tombante par leurs supporters du jour : Yves, le mari de Florence accompagné de ses quatre enfants, d’une amie et de Robert Masson de Romandie ski de fond, l’homme qui a permis ce challenge inédit !

C’est que le défi a été monté “à l’arrache”, comme le résume Yves Geymond-Golay. “Après la GTJ, elle y pensait depuis un moment à cette TJS… Elles ont décidé ce vendredi de tenter leur chance aujourd’hui. Ça a été très speed durant trois jours.”

Avec Robert Masson de Romandie ski de fond qui a assuré le damage de la TJS.

Avec Robert Masson de Romandie ski de fond qui a assuré le damage de la TJS.

 

Depuis lundi, Robert Masson a alerté l’ensemble des sites nordiques du tracé pour offrir à ces grandes dames du ski de fond le meilleur terrain de pratique possible. A une toute petite exception près : la montée du Mollendruz tracée hier que les fondeuses ont affronté avec… des skis à écailles ! “Oui, ça fait mal aux jambes, surtout qu’on avait aussi fait un footing d’un kilomètre à pied”, s’amusent les fondeuses.

Ravitaillées sur les sites de la Vue des Alpes, la Chaux-du-Milieu, les Verrières, les Hôpitaux, le Pont avant d’affronter coup sur coup le Mollendruz et la Marchairuz, les deux copines ont reçu le soutien de Romain, le deuxième garçon de Florence, pour la dernière partie du parcours.

 

Une aventure impossible sans une forte amitié”

 

Mais elles ont surtout vécu une belle aventure ensemble. “On est contentes, fatiguées mais contentes”, souriait Christelle Jouille au moment de se réchauffer devant un chocolat chaud à l’Hôtel Franco-Suisse. “On a pu s’entraider tout le long”, ajoutait timidement sa compagne d’échappée.

“On se connaît bien l’une et l’autre, depuis 23 ans d’ailleurs, j’ai eu le temps de compter, s’amusait la Saugette. Ce genre de défi est impossible sans une grande amitié.”

“C’est très sauvage comme traversée, poursuit son amie de la Vallée de Joux. Le début est très vallonné comme à la Vue des Alpes ou la montée du Mont d’or après 90 km par exemple. D’une manière générale, la TJS est plus difficile que la GTJ malgré 20 km de moins”.

Capture d’écran 2015-01-21 à 21.07.04

Dès ce matin, Christelle et Florence ont pourtant fait avec une météo capricieuse et un brouillard persistant : “On était obligé de faire du chasse-neige car on ne voyait pas où on allait. Par contre, dans la forêt, les frontales “découpaient” les sapins dans la nuit, c’était magnifique, tout comme la descente du Mont d’or jusqu’au Poteau, le Mollendruz, le Marchairuz. La nuit, les montées semblent passées plus vite”, ajoutent de concert les deux ultra-fondeuses.

“Romandie ski de fond nous a épaulées aujourd’hui. Toutes les liaisons étaient préparées. On les remercie, on avait des billards. Yves nous a fait boire des litres et des litres de soupes !”

Fatiguées de leur incroyable promenade jurassienne mais très sereines, Florence et Christelle avouent avoir vécu quelques moments de stress ces derniers jours. “Dimanche, Florence a repéré le Pont, le Poteau en faisant 3 heures de peau de phoque et 34 bornes le matin ! En plus, il nous manquait du ski. Il fallait vraiment skier proprement, à l’économie pour venir à bout de ce beau parcours”, sourit cette sympathique équipe qui devrait enchaîner avec l’Envolée nordique dimanche, la Transjurassienne (l’Ultra-Trans pour Florence !) et la GTJ 200 début mars. Un programme copieux pour deux fondeuses au grand coeur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.