Fond : qui sont les espoirs de l’équipe de France ?

L’équipe de France de ski de fond vit depuis le départ de Vincent Vittoz ou celui d’Emmanuel Jonnier un tournant de son histoire. L’occasion, pour nous, de passer en revue les troupes, en soulignant les points forts des athlètes à qui Fabien Saguez, directeur technique national, et Christophe Deloche, chef d’équipe, demandent de « prendre rapidement les rênes d’une équipe en plein devenir ». 

Celia-Aymonier.png

A première vue, il y a beaucoup à attendre de Maurice Manificat chez les hommes et de Laure Barthélémy chez les dames. Dans le Jura, avouons un faible pour la skieuse de la station des Rousses, Aurore Jean. 59e mondial, elle a montré de la régularité en coupe du monde, réussissant en 2010-2011 à empocher 19 points en trois manches.

Les sprinters emmenés par Cyril Miranda”

L’équipe de sprint est, elle, emmenée par le Bois d’Amonier Cyril Miranda. La saison dernière, celui-ci, qui pointe à la 50e place au classement mondial, a réussi à passer les qualifications lors de seulement trois courses. Nul doute qu’il aura envie de mieux faire cet hiver et de viser une meilleure polyvalence.

Chez les femmes, outre la licienciée du Pays rochois, on suivra les performances de Manon Locatelli. Elle a poussé la porte du Top 30 à trois reprises l’hiver 2010-2011. Le Top 20 l’attend. Enfin, Anouk Faivre-Picon de Pontarlier pourrait également créer la surprise, en particulier après une préparation estivale qui laisse présager des lendemains qui chantent.

Rivalité franco-russe”

En longues distances, la France avec Gaillard (9e) et Manificat (10e) a été la seule nation à placer deux fondeurs dans le Top 10, avec les Russes Vylegzhanin et Chernousov. Qu’en sera-t-il les prochains mois ? Sauront-ils renouveler cette performance ? Jean-Marc Gaillard, à 31 ans, reste un des poids lourds du circuit. Le champion de France de poursuite d’été (c’était à Méribel) a terminé six fois dans le Top 10, ce que peu de ses concurrents sont capables de faire. Maurice Manificat a terminé en beauté le circuit, faisant oublier des débuts difficiles. Une entame correcte pourrait donc fortement l’aider.

Chez les espoirs”

Chez les espoirs, deux noms s’imposent d’emblée : celui du Pontissalien Alexis Jeannerod et celui de Paul Goalabre, qui porte les couleurs du SC Queyras. Si les Français ont obtenu une 5e place au mondiaux juniors, c’est à eux qu’ils le doivent.

On n’oublie pas le Vosgien Adrien Mougel. Aux championnats de France de ski-roues, à Super-Besse, il a terminé 7e  à 20 sec de Jean-Marc Gaillard. En janvier, à Oberwiesenthal, il a fini 8e du 15 km skate individuel, son meilleur résultat de la saison. Chez les femmes, une pensée enfin pour la Haut-Doubiste Célia Aymonier, vainqueur du classement général de la coupe continentale juniors.