François Gonon décroche le bronze aux championnats d’Europe à Falun

Troisième avec le relais tricolore à une poignées de secondes de la gagne, 10e jeudi dernier de la moyenne distance, le coureur d’orientation de Lamoura François Gonon (que vous pouvez découvrir ICI) a signé des championnats d’Europe honorables cette semaine en Suède, à Falun. Il livre, pour Nordic magazine, ses impressions depuis l’aéroport Charles de Gaulle à quelques semaines des mondiaux à Lausanne.

FrancoisGonon.jpg

François, l’épreuve du relais a bien failli sourire à l’équipe de France. A part les 12 secondes qui vous séparent des vainqueurs suisses, qu’a-t-il manqué au collectif (Frédéric Tranchand, Philippe Adamski et vous) pour décrocher un titre continental dans la foulée du titre mondial gagné l’été dernier ?
Comme je le dis souvent, à chaque grosse échéance, les compteurs sont remis à zéro pour tout le monde, on rejette les dés à chaque grande compétition. Après les mondiaux en France cet été, on était dans des terrains totalement différents, à une période moins avancée dans la saison où on manque encore d’automatismes… Sur ces championnats d’Europe, on a connu un coup dur avec l’abandon de Thierry Gueorgiou, notre leader qui n’a pu disputer les finales des épreuves. Du coup, faire un podium international sans lui montre qu’on est vraiment dans le coup. Pour les 12 secondes, c’est rien quand on sait qu’on a couru trois fois 37 minutes ! C’est ça aussi le charme de la course d’orientation.

Les Suédois, fans de course d’orientation, ont organisé le relais s’est déroulé dans un cadre ô combien nordique !
Oh oui ! au coeur du stade de saut à ski de Falun qui accueillera les mondiaux de ski nordique de 2015. Les organisateurs ont tout fait pour que les spectateurs aient droit à un beau spectacle : on avait par exemple une balise au sommet du tremplin et on s’est retrouvé à une dizaine au coude à coude lors du dernier relais. L’intérêt médiatique est passé avant l’intérêt technique mais c’était intéressant aussi… C’est très rare comme situation et je suis ravi de l’issue car j’aurais très bien pu terminer 10e !

Vous voilà avec une nouvelle médaille internationale…
Et ça fait plaisir compte tenu du niveau de la compétition avec les Scandinaves à la maison, les Suisses qui placent leur équipe 2 sur la plus haute marche ! Je pense qu’on a montré qu’il faudra compter avec nous pour les prochaines échéances.

On a montré qu’il faudra compter avec nous pour les prochaines échéances”

Personnellement, tout comme votre collègue Frédéric Tranchand, vous signez le meilleur temps de votre relais. Les sensations étaient bien au rendez-vous dans ce pays et particulièrement cette région de Falun que vous connaissez bien !
Oui, je réalise même le meilleur temps du jour : la course parfaite en somme même si j’ai manqué d’un brin de fraîcheur physique peut-être. Frédéric a signé une superbe course : il a également pris la 10e place sur la longue distance que je n’ai pas disputée pour ménager mon tendon. Philippe Adamski a signé le 7e temps sur cette même épreuve…

Un mot également sur votre 10e place lors de la moyenne distance où vous semblez, compte-tenu de votre tendinite au talon d’Achille, à votre place…
C’est ce que j’appelle une “bonne performance moyenne”. Je signe une course propre mais il manque encore 2’30 pour être devant ! Je suis plutôt rassuré en tout cas sur l’évolution de mes problèmes tendineux qui m’ont bien embêté ce printemps. On va pouvoir se concentrer sereinement sur la suite de la saison.

Et la suite, ce sont justement les mondiaux de Lausanne qui se dérouleront mi-juillet à Lausanne…
C’est LE rendez-vous de la saison ! On va désormais se concentrer à 100 % sur cet événement. On a huit semaines pour peaufiner au mieux la préparation qui passera d’ailleurs par le Jura dès la semaine prochaine avec les “Trois jours du Jura” organisés par le club O’Jura, dont je suis membre. Les meilleurs orienteurs du monde seront de passage à Morez et Morbier le week-end de Pentecôte parmi 750 coureurs attendus. Ce sera l’occasion de découvrir la CO avec des parcours pour tous les âges dès 5-6 ans.

A LIRE1 sur 1OU ENCORE

Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade