La France fière de Fourcade

JO/BIATHLON – Revue de presse au lendemain de la médaille d’or de Martin Fourcade dans la poursuite olympique de Pyeongchang.

 

Mardi matin, la France célèbre Martin Fourcade. « Médaille d’orgueil » titre L’Equipe avec les lettres O et R couleur or. La victoire du biathlète catalan dans la poursuite de Pyeongchang, c’est « le retour de Martin guerre », ajoute le quotidien sportif, faisant allusion à la déconvenue du Français sur le sprint (référence au film de Daniel Vigne sorti en 1982).

Déjà, par le passé, le Français avait su redresser la barre. « C’était comme d’habitude quand il est un peu vexé. Après la déception, l’esprit de revanche a pris le dessus », confie Stéphane Bouthiaux, entraîneur des équipes de France, à notre confrère Marc Ventouillac.

« Il était surtout profondément déçu », précise Cathy Lallement, l’attachée de presse du sportif. L’intéressé confirme : « C’était beaucoup d’incompréhension, de déception, mais pas vraiment de colère. » « Il avait besoin de câlins, c’était marrant. Il était plutôt mignon et on se sentait très revanchard quand même », glisse son coéquipier Antonin Guigonnat à Cédric Callier du Figaro. « J’étais triste, j’avais besoin de tendresse », assume le papa de Manon, dont les dessins décorent la chambre sud-coréenne, dans Aujourd’hui en France.

« Les plus grands champions sont ceux qui savent se relever », a tweeté le président Macron.

Car depuis, une nouvelle course a eu lieu. Avec la victoire au bout.

Martin Fourcade « a rejoint Jean-Claude Killy et ses trois titres olympiques » « avec son brio naturel ». « Le maître a parlé », rend hommage le héros de Grenoble 1968.

Du coup, assure Libération, c’est « l’homme du jour ». Que voulez-vous, « il en a terminé seul, en roue libre et un drapeau français dans la main gauche, sur les quatre-vingts derniers mètres. »

Forcément, le triple champion olympique sourit à la une de L’Indépendant, le journal de sa terre natale. A la cafétéria du Lycée de Font-Romeu, environ 400 personnes avaient pris place. « Si ça se trouve, cela va faire comme il y a quatre ans, où il n’a pas fait un beau sprint et il gagne la poursuite le lendemain », avait prédit la maman, dimanche.

Le papa, lui, a assisté à la gloire de son fils depuis le grand écran d’une terrasse d’un bar. Il a pu lui parler après l’exploit : « Il est serein et comblé. Aujourd’hui, il s’est réalisé, lui, plus que d’avoir réalisé un exploit sportif. »

Ce que Martin Fourcade a accompli a comblé la France, au-delà des fans de biathlon.  Une « fierté en or », écrit Le Figaro.

 

Photo : NordicFocus


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.