Grand-Bornand : la revue d’effectifs de Stéphane Bouthiaux

A deux jours de l’ouverture de la première coupe du monde de biathlon en France depuis Les Saisies en 1990 et la tenue des Jeux olympiques d’Albertville en 1992, le patron du biathlon français Stéphane Bouthiaux fait le point sur chacun des douze biathlètes tricolores retenus pour cet événement tant attendu.

 

Honneur aux dames

Anaïs Bescond : « Elle fait le meilleur début de saison de sa carrière. Là, elle fait 13e du sprint d’entrée de jeu et elle a confirmé à Hochfilzen. Elle montre un niveau de tir plus élevé. Elle peut aller cueillir un podium à condition de sortir un 10/10 sur un sprint. La piste du Grand-Bornand va plutôt lui convenir avec une neige rapide et compacte : elle a les capacités pour aller vite. »

Poster Equipe de France

 

Marie-Laure Brunet : « Elle est dans la meilleure forme physique qu’elle n’ait jamais eu. Petit problème passager : elle sait qu’elle peut aller chercher les podiums et du coup est un poil moins performante au tir. L’approche n’est pas la même mais il faut juste qu’elle retrouve le naturel qu’elle avait derrière la carabine l’an passé.»

 

Sophie Boilley : « Elle aussi signe son meilleur début de saison, elle tire mieux et va plus vite sur les skis. Elle peut faire de très bonnes courses et l’a montré dans le relais. Elle y a sa place, elle y met une énergie importante ce qui lui joue parfois des tours, comme ce dimanche sur la poursuite. Il lui manque un peu de régularité.»

 

Marine Bolliet : « Marine a progressé sur les skis mais ça reste inconstant au tir pour aller chercher de très bonnes places. Oui pour un top 30 voire 20 mais mieux, c’est pour l’instant compliqué. Elle doit progresser par paliers. Tir debout trop inconstant.»

 

Anaïs Chevalier : « Elle a vraiment assuré pour son entrée sur le circuit, c’est une super tireuse. Elle ne s’est pas posé de questions en arrivant sur la coupe du monde. Elle n’a pas oublié de se rencontrer sur ce qu’elle sait faire. Elle est encore junior et du coup un peu tendre sur les skis. Sur le relais, elle a tiré vite et bien. Elle peut devenir une des quatre et pourquoi pas aller aux Jeux olympiques.»

 

Jacquemine Baud : « Elle retrouve la coupe du monde deux ans après sa première expérience. C’est une très bonne tireuse. »

 

Martin Fourcade en leader incontesté

Martin Fourcade : « On a déjà tout dit sur lui : il est incroyable de concentration, de sérénité et de force ! Il est souvent un peu moins fort sur la dernière semaine de décembre donc il faut peut-être s’attendre à une semaine un peu plus compliquée physiquement. Il sera là c’est certain. On espère qu’il s’imposera en France. La pression n’influencera pas ses performances : ça fait cinq semaines qu’on est parti de chez nous. On arrive ici un peu émoussés… »

Capture d’écran 2013-12-10 à 14.53.49

 

Jean-Guillaume Béatrix : « Le relais de samedi ne s’est pas très bien passé pour lui mais il a rectifié le tir sur la poursuite en remontant 9 places : il fait son meilleur début de saison. Il a les moyens de jouer devant sur tous les formats. 13e mondial l’an passé, il est capable de sortir un podium individuel cette saison. Pourquoi pas sur le Grand-Bornand même si la piste ne sera pas sa meilleure alliée car elle est plutôt roulante. Il y aura peu d’écarts à ski : le tir et la vitesse de tir vont prendre une importance encore plus grande que d’habitude. »

 

Alexis Bœuf : « Il a eu un tout petit peu de mal la première semaine à Östersund. Il a retrouvé toutes ses capacités sur le relais et la poursuite d’Hochfilzen. Il est sur une dynamique très positive. Il a tout pour faire un podium : il est très explosif et la piste du Grand-Bornand lui convient à merveille.»

 

Simon Desthieux : « Il a énormément progressé en ski : il fait désormais partie des 15 meilleurs du circuit et arrive même à nous surprendre. Comme Marie-Laure, il sent que le résultat est au bout de la carabine il doit trouver la clé pour aborder différemment les épreuves et retrouver son naturel au pas de tir : les résultats suivront. »

 

Simon Fourcade : « On a du mal à analyser la situation car il a du mal à se mettre en route. Ça allait de mieux en mieux à Östersund et le jour de la course, il n’a pas de jus, pas la grande forme. Il est rentré plus tôt en France. Mais on connaît Simon : on sait aussi qu’il est capable de revenir du jour au lendemain à son meilleur niveau. »

 

Quentin Fillon-Maillet : « Quentin s’est préparé avec nous tout l’été. On sait qu’il a une belle vitesse de déplacement. Il a fait un sprint à 30 sec de Lars Berger il y a quinze jours. Il a un gros potentiel physique qu’il doit cumuler à une meilleure régularité au tir. On attend de lui qu’il soit capable de mettre tout ce potentiel en face, on verra le résultat final. »

 

Qui dans les relais ?

Le patron du biathlon tricolore ne veut pas trahir de secrets avant de dévoiler la composition des relais tricolores ce mercredi en fin d’après-midi lors de la conférence de presse. Du coup, on mettrait bien une pièce sur les deux compositions qui ont fait leur preuve ce week-end en Autriche :

 

relais dames : Marie-Laure Brunet, Sophie Boilley, Anaïs Chevalier et Anaïs Bescond

– relais hommes : Alexis Boeuf, Jean-Guillaume Béatrix, Simon Desthieux et Martin Fourcade.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.