Grand-Bo : on s’était dit rendez-vous dans….

Au dernier jour de la Coupe du monde au Grand Bornand, le staff français espère que la réussite de ces quatre derniers jours donnera envie à l’IBU de revenir aux Aravis avant 2017.

 

Une accolade, un sourire, quelques mots et son dossard de vainqueur du jour en guise de remerciements pour Sylvie Becaert… A travers le geste Valj Semerenko, c’est l’ensemble des athlètes qui remercient les organisateurs de cette Coupe du Monde de Biathlon. « Vouloir ramener le sport vers le public en installant le pas de tir au centre du village, c’était un pari audacieux, rappelle Sylvie Becaert, chargée de l’accueil des athlètes. Quand je vois la ferveur du public aujourd’hui, je crois que l’on a réussi notre coup. Tous les athlètes étaient super contents et je crois que le message pour l’avenir du biathlon, c’est d’amener notre sport vers le public, et non l’inverse. Je suis fière des gens de ma station et du rendu qu’ils peuvent apporter à chaque événement sportif organisé au Grand Bornand. J’espère que cela aura séduit l’IBU et que maintenant les nations vont faire pression pour que la Coupe du Monde revienne le plus souvent ici ».

Même son de cloche du côté d’un autre ancien biathlète, Vincent Defrasne « je viens d’échanger quelques mots par rapport à l’événement avec la secrétaire générale de l’IUB, elle m’a dit que c’était génial. Pour le biathlon français, mais aussi pour le biathlon tout court, c’est un super événement. Je ne connais pas de stade de biathlon sur le circuit aussi proche du centre du village, à ma connaissance c’est le seul. C’est génial aussi pour les athlètes, ils se font porter par le public, quelque soit leur résultat, ils garderont un très bon souvenir. Je n’ai jamais connu cela en tant que compétiteur, mais je suis à fond sur toutes les courses depuis 4 jours ». Et le directeur de la Fondation Somfy n’était pas le seul, car pour assister aux épreuves de poursuites, ils étaient 3200 spectateurs dans les tribunes et près de 7000 répartis sur l’ensemble du parcours.

 

Martin Fourcade.

Martin Fourcade.

 

« Aucun couac, rien à dire, si ce n’est féliciter le comité d’organisation pour son boulot formidable » résume Stéphane Bouthiaux, l’entraineur des bleus. « Il y avait déjà eu une coupe du monde il y a 22 ans aux Saisies, mais la discipline n’avait pas cette ampleur internationale, nous sommes l’une des 5 grandes nations au niveau international, c’est donc important que nous ayons une étape de la Coupe du Monde en France, note Jean-Paul Giachino, l’entraineur tir de l’Equipe de France féminine. Avec le public présent, l’organisation, c’est un gros plus pour le biathlon, pour le public comme les athlètes. Ils faut maintenant que les équipes étrangères présentes ici ce week end le disent et le fasse savoir ».

 

 

Nicolas Michaud, directeur national du nordique, en courage Martin Fourcade.

Nicolas Michaud, directeur national du nordique, en courage Martin Fourcade.

 

En effet, maintenant une telle réussite donne envie au Grand Bornand d’accueillir la Coupe du Monde de Biathlon plus souvent que la fréquence annoncée d’une fois tous les quatre ans. « Tous les deux ans, c’est jouable, si le Grand Bo pousse fort » souligne Stéphane Bouthiaux. « Accueillir une Coupe du Monde au centre d’un village, c’est un concept neuf, ça change. La popularité du biathlon est impressionnante en France, et les gens connaissent bien. On est espère que ça peut perturber l’IBU et pouvoir obtenir une nouvelle édition plus tôt que prévu, dans deux ans ». Le rendez vous est pris, espérons que ce premier succès permettent qu’il arrive plus rapidement que prévu.

 

Sophie Boilley avec la station du Grand Bornand.

Sophie Boilley avec la station du Grand Bornand.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.