Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Grand-Bornand : les confidences de Siegfried Mazet

BIATHLON – Au cœur d’un pas de tir chauffé à blanc, et alors qu’Antonin Guigonnat est un train de franchir la ligne d’arrivée, Siegfried Mazet s’est confié à Nordic Magazine. Le Français dresse le bilan de son action en Norvège et de cette unique étape du calendrier dans l’Hexagone.

 

  • Siegfried Mazet, quel est votre sentiment en revenant en France sous la bannière norvégienne ?

Ça ne me change pas du quotidien, dans la mesure où j’ai déjà une année de pratique derrière moi avec l’équipe norvégienne. On est déjà allé un peu partout, y compris en France durant les stages. Après, bien sûr, le contexte est différent : les volontaires me parlent en français. Ça, c’est quelque chose de particulier.

  • Comment s’est passé votre intégration dans l’équipe ?

Très bien. Je ne parle pas norvégien, mais toute l’équipe parle très bien anglais, ce qui est normal dans les pays nordiques. Je parlais un anglais correct, j’ai tout de même dû me perfectionner, mais la communication passe bien. Sinon, ça ne se déroulerait pas aussi bien dans mes relations avec l’équipe. Il est important en tant qu’entraîneur de vivre vraiment avec le groupe.

  • Quelles sont les différences dans l’approche du tir entre les Norvégiens et les Français ?

Ce n’est pas comparable, la culture va conditionner la façon dont tu t’entraînes, à la fois pour la condition et la préparation physique, mais aussi pour l’approche mentale. J’ai dû apprendre cela, il a fallu que je m’adapte, que je fasse évoluer mes connaissances qui étaient exclusivement françaises vers un modèle exclusivement norvégien. Après, s’ils sont venus me chercher, c’est aussi qu’ils voulaient changer certaines choses. C’est ce qu’on a fait, sans vouloir tout révolutionner non plus, parce que ce serait une grosse erreur.

  • Le début de saison est plutôt encourageant. Avez-vous le sentiment que votre message commence à être assimilé ?

Je pense que oui. On est plus régulier au tir, même si on passe encore à travers parfois, mais les tactiques se mettent en place. Il faut du temps pour cela, il faut de la patience. Il faut beaucoup répéter les choses pour que cela deviennent le plus instinctif possible. Je commence à sentir que le travail porte ses fruits.

  • Est-ce que les Jeux olympiques, où il n’y aura que  quatre places, sont déjà dans la tête des athlètes et cela influence-t-il l’ambiance au sein de l’équipe ?

Non, ça se passe très bien dans la mesure où l’on se basera sur le classement général de la coupe du monde à un moment donné. On prendra les 4 meilleurs du général, c’est le plus logique possible.

 

Johannes Thingnes Boe (Photo :  Manzoni/NordicFocus).

 

  • Quel bilan tirez-vous de cette entame de coupe du monde pour les Norvégiens sur le sprint ?

On a encore une très belle course de Johannes, mais aussi aussi de Fredrik qui vient faire la surprise ici en finissant dans les 10. On savait que les Français seraient remontés, mais ça pouvait aussi être un piège pour eux : courir à la maison, ce n’est pas forcément simple.

  • Comment trouvez-vous l’ambiance ici ?

L’ambiance est vraiment géniale, le site mérite vraiment sa coupe du monde et de façon plus régulière. Ce serait bien de la revoir tous les deux ans. Le public le démontre encore aujourd’hui, et du côté de l’organisation il y a encore deux ou trois petits détails à régler mais c’est vraiment du très bon niveau.

  • Et comment les athlètes norvégiens vivent cette étape française ?

En fait, ils sont très surpris par le monde, ils ne s’attendaient pas à voir autant de spectateurs et tous se rendent compte qu’en France aussi, le biathlon compte maintenant !

 

 

L'article continue sous la publicité
pub

Photos : Thomas Sport Communication (sauf mention contraire)

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Ski de fond, Ski nordique, Saut à ski, Saut spécial, Combiné nordique, Nordic Magazine, Sports d'hiver

A LIRE AUSSI

Biathlon

14:02. Ce mercredi soir, dans un post publié sur son compte Instagram, la biathlète Jurassienne Anaïs Bescond, 34 ans le mois prochain, a révélé...

Ski de fond

À seulement 20 ans, William Poromaa est l'un des fondeurs les plus prometteurs du circuit mondial. Nordic Magazine est parti à la rencontre du...

Biathlon

16:41. Les dirigeants de l’équipe des États-Unis de biathlon ont dévoilé, ce mercredi, la liste des athlètes retenus dans les groupes nationaux pour l’hiver...

Ski de fond

15:19. Ce mercredi, l’Italien Giuseppe Montello, 28 ans, a annoncé, via un message posté sur Instagram, mettre un terme à sa carrière de biathlète…...

Biathlon

Aujourd'hui divorcée de Petr Koukal, Gabriela Soukalova aurait été escroquée de plusieurs dizaines de millions de couronnes tchèques par son ex-mari.

Biathlon

L'équipe russe de biathlon prépare déjà la prochaine saison. A partir de ce mercredi, elle est en stage au Kamtchatka. Alexander Loginov est présent.

Biathlon

Après avoir donné naissance à une petite fille, Kristina Reztsova est de retour. Elle compte bien reprendre sa place dans l'équipe russe.

Biathlon

Patrick Oberegger, l'entraîneur italien à la tête des biathlètes norvégiennes, est revenu en longueur, pour Fondo Italia, sur la saison de ses athlètes. Il...