Guillaume Bonnafond… dans La Maille du filet

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

CHRONIQUE – Tous les athlètes redoutent de tomber dans La Maille de son filet. Chaque jeudi, Clément Mailler ne les épargne pas quand il s’agit de leur poser les bonnes questions. Point d’échappatoire pour eux : ils doivent répondre. Victime du jour : Guillaume Bonnafond.

 

Pas de bras, pas de chocolat… mais pas de ski de fond non plus ? Tout juste retraité du cyclisme professionnel, ma prise du jour s’est brûlée les jambes en prenant le départ de nombreux grands tours. Le plus mordu de ski de fond du peloton se lance dans un nouveau défi sportif… gonfler le haut du corps ! Alors Guillaume Bonnafond, une reconversion dans une carrière de ski de fond ?

 

 

  • Vous faites beaucoup de ski de fond l’hiver, et on vous a notamment vu plusieurs fois au départ de courses longues distances. Est-ce parce que vous enviez les fondeurs ?

(Rires) Oui, c’est sûr que j’aime bien le ski de fond ! Tu as des sensations vraiment agréables quand tu commences à maîtriser la technique. C’est vrai que les fondeurs au niveau physique, vous êtes assez imposants, c’est quand même impressionnant un fondeur !

 

  • Vous n’avez pas peur de prendre des trop gros muscles aux bras ?

Eh bien si…. c’était le gros dilemme pendant ma carrière de cycliste. Mais maintenant, il faut que je prenne des gros bras et du coffre ! (Rires)

 

  • Vous n’avez pas peur d’être harcelé par les filles, comme c’est le cas pour les skieurs de fond ?

On verra la notoriété à la fin de l’hiver ! (Rires) L’autre fois, j’ai fait une séance de ski-roues avec les fondeurs, et, à la fin, quand j’ai enlevé mon t-shirt j’ai vu qu’il y avait encore du boulot …

 

  • Dans le monde du cyclisme, quelle est la remarque qu’on vous fait quand vous dites que vous faites souvent un sport d’hiver ?

C’est vrai qu’avec mon niveau correct en ski de fond, ça me place au-dessus du lot par rapport aux autres cyclistes. Pour eux, quand je skie avec eux, ils me prennent tous pour un Maurice Manificat ou un Martin Fourcade. Je me fais charrier et c’est marrant. Mais quand tu sais vraiment le niveau des gars… tu sais que je suis loin d’un Martin ou Maurice ! (Rires) Pour l’anecdote, quand j’arrivais à la fin d’une étape, Cyril (le chauffeur de l’équipe) mettait un nom de skieur sur la collation, suivant qui avait gagné la course du jour. Quand tu arrives fatigué et que tu vois double après l’effort, je savais que c’était ma collation et c’était sympa !

 

  • Ski de fond par -30 ou vélo par +40 ?

(Il réfléchit) Ah… je dirais vélo parce que quand il fait vraiment froid… c’est dur ! J’ai déjà fait le Tour Down Under (course cycliste du pro tour) par +40, alors qu’à -30 j’ai jamais essayé, mais je pense que c’est plus compliqué !

 

  • Vous avez malheureusement contracté une mononucléose cette saison. On sait que Martin a remporté le classement général de la coupe du monde biathlon juste après l’avoir eu aussi. Est-ce que vous ne l’avez pas fait exprès pour tenter quelque chose ?

Je ne sais pas… tu crois que je peux gagner le challenge longues distances en ski de fond cet hiver ? (Fou rire) La mononucléose c’est pas facile, j’essaye pour l’instant de retrouver des bonnes sensations. Après la maladie, tu pars tellement bas que le peu de sensations retrouvées c’est que du positif. J’ai l’impression que ça revient mais on verra sur les premières courses si je suis « dans le gamme» ou pas ! (Rires)

 

  • Vous avez récemment mis un terme à votre carrière professionnelle, j’imagine que l’envie de faire une deuxième carrière en ski de fond c’est irrésistible ?

Ouais j’ai vraiment envie de faire des courses, de me confronter au milieu du nordique. Mais je suis conscient qu’au niveau technique j’ai encore beaucoup de lacunes, mais je me dis qu’à force d’abnégation et de travail je peux en combler une partie.

 

  • Maintenant que vous êtes « libre », une expérience de l’autre côté du micro en commentateur sportif, ça vous tente ?

Oui oui, c’est des bonnes expériences ! Je suis passionné par le sport en général et surtout le ski et le vélo, et je pense que quand tu vis à travers ces sports, commenter une course ça doit être intéressant. Je trouve qu’Alexis Boeuf a bien réussi ce virage et je prends du plaisir à écouter les courses de biathlon.

 

  • Ça doit être plaisant quand même de pouvoir critiquer vos anciens adversaires en direct pour vous venger ?

(Rires) Oui, mais après, ça ne doit pas être facile. Par exemple il y en a certains où tu sens qui ils aiment ou pas, alors que je pense qu’il faut trouver le juste milieu. Il faut faire la différence entre commenter dans le salon avec tes potes et devant tous les spectateurs ! (Rires)

 

  • Pourquoi pas une petite montée de col en ski-roues pour le repérage d’une arrivée au sommet d’un grand tour ?

Ouais, je n’ai jamais testé mais j’ai fait plusieurs fois la montée du Revard en ski-roues et franchement j’adore. Après je ne sais pas si c’est moi qui n’ai pas les bras ou quoi, mais je n’arrive pas à la faire avec des roues lentes. Du coup j’ai fait avec des roues rapides, et j’en ai parlé avec les biathlètes et Vincent Vittoz… et j’ai compris que c’était « tricher » ! (Rires) Il ne me l’a pas dit directement mais j’ai compris que les roues rapides c’était tricher.

 

Et enfin, vous pensez à quoi là tout de suite ?

Ben… j’espère qu’il va neiger quoi…! Je vois de partout sur les réseaux sociaux des séances de ski et nous ici on attend la neige ! Je regarde mes skis, ils sont dans le garage, t’as envie de les sortir, mais non. Ça commence à me ronger. Une nuit, ma petite s’est levée et une fois réveillé m’a femme me dit « je crois qu’il’ neige »; j’ouvre et c’était de la pluie ! J’étais dégoûté je suis retourné me coucher.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.