Guillaume Pivot, réalisateur du film sur Martin Fourcade : « C’est un grand pro »

Martin-Fourcade.png

La saison 2012 fut celle de la consécration pour Martin Fourcade : trois titres de champion du monde, un gros globe de cristal. Ce week-end, le Catalan remet les compteurs à zéro et se lance vers un nouveau défi : devenir champion olympique à Sochi en 2014.

“Compteurs à zéro”, c’est justement le titre du documentaire qui lui est consacré, ce soir, sur Eurosport. Suivez huit mois de préparation acharnée au cœur de l’équipe de France, huit mois d’efforts intenses, à pied, à ski-roues ou à vélo, pour passer l’hiver tout en haut. Un film réalisé par Guillaume Pivot que Nordic Magazine a interviewé, à quatre heures de la diffusion.

 

 

Guillaume Pivot, comment est né le projet de film consacré à la préparation estivale de Martin Fourcade ?
C’est Martin qui m’a sollicité. En fait, il m’a parlé de son désir de réaliser un film sur sa préparation estivale, dans le même registre de ce que peut proposer Kilian Jornet ou encore les freestylers. Il voulait montrer le biathlon sous un autre jour, avec de belles images, mais aussi il voulait présenter au grand public le travail des athlètes entre deux saisons.

 

Depuis quand le connaissez-vous ?
Avec Martin, on se connaît depuis Intérieur Sport il y a deux ans. J’avais réalisé un documentaire sur les deux frères Fourcade pour Canal+. Nous sommes restés  en contact. Cet hiver, je l’ai suivi lors des Mondiaux de Ruhpolding lorsqu’il décroche trois titres.

 

Oui, le biathlon est télégénique”

 

Quelle est la différence entre les deux documentaires ?
Pour Canal+, j’avais raconté l’histoire des deux frères, Martin et Simon. Je voulais montrer comment, sportifs de haut niveau, ils arrivaient malgré tout à s’entraider alors même qu‘ils sont concurrents, puisqu’ils évoluent dans une discipline individuelle. Partenaires et rivaux à la fois : c’est ce qui m’intéressait, avec beaucoup d’émotion je me rappelle. Ici, le questionnement est autre. Martin a tout gagné, sauf un titre olympique. A partir de là, comment fait-il pour se remettre en question, pour continuer à travailler afin de gagner encore ?

 

Vous avez côtoyé Martin Fourcade pendant 8 mois, jusqu’au week-end dernier, à Beitostolen. Que pouvez-vous dire aujourd’hui de l’homme ?
C’est un grand pro ! Je trouve qu’il a même franchi un palier supplémentaire en tant que sportif. Il a un statut à défendre, il en a conscience. Il ne se disperse pas, il travaille au contraire le moindre détail pour encore s’améliorer. C’est aussi un garçon humble, simple et pragmatique. C’est quelqu’un de très cartésien. Il sait où il va… et il y va bien.

 

Le biathlon est-il un sport télégénique ?
Oui, bien sûr. En Allemagne, toutes les courses sont suivies par plusieurs millions de téléspectateurs grâce à la retransmission télévisée sur des chaînes en clair. Il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas en France.
Le biathlon est vraiment un sport télégénique, avec le ski de fond certes, mais surtout le tir. Depuis plusieurs olympiades, c’est le biathlon qui rapporte, en outre, le plus grand nombre de médailles à la France. Il bénéficie dès lors d’une vraie cote de sympathie auprès du grand public.  Il mérite donc une plus grande exposition. Que ceux qui en doutent aillent une fois dans un stade de biathlon ! Ils seront à leur tour conquis.

 

> Ce soir sur Eurosport à 21 heures et à partir du 1er décembre, sur le site www.martinfourcade-lefilm.fr

Rediffusion le 24/11 à 8h15, le 25/11 à 13h30, 
le 28/11 à 16h15 et le 29/11 à 9h.

Les autres trailers :

 

 

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade