Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Jay, Miranda et Gaillard impuissants, Hattestad se couvre d’or

Qualifiés avec les honneurs le matin, Cyril Miranda, Cyril Gaillard et Renaud Jay n’ont pas réussi à passer le cap des quarts de finale. Le titre olympique revient finalement au norvégien Ola Vigen Hattestad, devant les suédois Peterson et Joensson.

 

Avec trois garçons qualifiés pour ces quarts de finale, l’équipe de France masculine de ski de fond avait de quoi espérer en vue des demi-finales. Mais le nombre ne fait pas tout malheureusement. Les Bleus ont pu s’en rendre compte dès les quarts de finale. Car si passer les qualifications étaient un passage obligé et un pari déjà pas gagné, se jouer de la concurrence dans ces tours à éliminations n’avait rien d’une partie de plaisir. Engagé dans la 2e série, Renaud Jay décidait de prendre les choses en main et d’emmener son groupe, comme le fit Aurore Jean quelques minutes auparavant. Comme sa compatriote, il finissait par se faire dépasser mais parvenait à se caler dans le sillage des norvégiens Anders Gloeersen et d’Eirik Brandsdal. Comme Aurore Jean, il devait se contenter de l’incertitude de la 3ème place. « J’espère que ça va le faire », tentait de positiver le fondeur tricolore après sa course. Une incertitude levée dès la série suivante. Relevé par la présence de 3 Suédois (Joensson, Hellner et Peterson) et un Norvégien (Northug), le quart de finale filait à la vitesse de la lumière et voyait le 3e (Hellner) et le 4e (Northug) s’emparer des meilleurs temps en vue du repêchage.

photo

Deux clients sur lesquels, Cyril Miranda allait buter. Bloqué par les deux russes Ustiugov et Pethukov, portés par leur public, il terminait troisième de sa série mais à un peu moins d’une seconde du temps réalisé par Petter Northug. Insuffisant. « Je n’ai rien à regretter, les Russes étaient plus forts que moi. Il ne manque pas grand-chose. J’ai essayé de donner le meilleur de moi », confiait-il un peu déçu.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Dans la même série que lui, Cyril Gaillard n’a, en revanche, pas eu le loisir d’espérer. Rapidement repoussé à l’arrière du groupe, il se laissait décrocher dans le final pour finir à la 6e place. « J’ai malheureusement été spectateur de mon quart de finale. Je me suis battu toute la course derrière avec un Finlandais. A ce niveau, ça ne pardonne pas… », regrettait-il conscient d’être passé à côté de sa série. Bien représentée, la France voyait, dès les quarts de finale, ses espoirs de trouver un successeur à Roddy Darragon s’évanouir.

 

 

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

Hattestad ne laisse rien

Hattestadt, champion olympique inébranlable.

Hattestadt, champion olympique inébranlable.

Comme chez les dames, la médaille d’or allait venir honorer un Norvégien en la personne d’Ola Vigen Hattestad. Comme Falla, le trentenaire d’Orje couronnait une journée parfaite qui le vit gagner toute ses courses avec une aisance rare, pour succéder au champion olympique russe Nikita Kriukov sortie prématurément en quart de finale, comme le suisse Dario Cologna.

A 31 ans, Hattestad a vraiment fait étalage d’une grande force, en ce mardi, parvenant à mener l’ensemble de ses courses. Assurant un train d’enfer, il a désarçonné tous ses adversaires à l’image de sa finale où il déposait tranquillement le champion de Suède Peterson. Sans suspense à l’avant, cette finale allait être marquée par une multitude de rebondissements à l’arrière. Dans la première bosse, Joensson perdait le contact avec les autres concurrents. On croyait sa course terminée et ses espoirs enterrés mais c’était sans compter sur l’intransigeant virage du circuit. Placé à mi-parcours, ce dernier, qui avait mis fin aux rêves de nombreux hommes depuis ce matin, allait mettre à terre Ustiugov, Gloeersen et Hellner. Une chute fatale pour ce dernier qui finirait au ralenti et bénite pour Joensson qui au prix d’un effort terrible parvenait à recoller et à se parer de bronze au final.

 

 

 

Après Falla, c’est donc un autre Norvégien qui monte sur la plus haute marche du podium avec Hattestad, le tout devant deux Suédois comme pour affirmer la toute puissance du pays des fjords sur le ski de fond mondial. Après 4 épreuves, la Norvège compte déjà 3 titres et un total de 5 médailles en fond.

L'article continue sous la publicité

 

 

pub

 

pub

 

 

Photo : Agence Zoom

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Vu de Norge

Avec Vu de Norge et nulle part ailleurs, retrouvez toute l’actualité nordique norvégienne.

Ski de fond

Ce mercredi, Jules Lapierre, au contraire de ses coéquipiers de l'équipe de France de ski de fond, ne prendra pas de nouveau la direction...

Ski de fond

6:39. Ce dimanche, la ville située la plus au sud de la planète, Ushuaia (Argentine), organisait, pour la première fois depuis trois ans, l’Ushuaia...

Ski de fond

Changement d'équipementier pour le Chartrousin Jules Lapierre, qui skiera dorénavant sur des Salomon.

Ski de fond

Christophe Perrillat, le coach du Haute-Savoie Nordic Team, revient pour Nordic Magazine sur le stage passé ces derniers jours aux Plans d'Hotonnes (Ain).

Ski de fond

Durant l'été, Nordic Magazine donne la parole, chaque jour, à un nordique retraité. C'est au tour de l'ancienne fondeuse Anouk Faivre-Picon, devenue Wibault, de...

Biathlon

A moins de trois semaines du début de son festival, Martin Fourcade se réjouit de l'ampleur que son événement, lancé en 2019, a pris.

Ski de fond

La fondeuse slovène Hana Mazi Jamnik, 19 ans, a perdu la vie, ce jeudi, en Norvège alors qu'elle était sur les ski-roues.