Jean-François Bourgine : « Une seule envie : goûter à l’ambiance du départ de l’UTMB »

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Jean-François Bourgine de Chapelle-des-Bois, comme de nombreux coureurs du Massif jurassien, va découvrir la magie et la rudesse de l’UTMB ce week-end. Pour skinordicmagazine.com, il revient en détails sur sa préparation et son rapport à cette course devenue mythique…

JFbourgine.jpg  Jean-François Bourgine, vous serez au départ de l’ultra-trail du Mont-Blanc ce vendredi à Chamonix. Racontez-nous le lien qui vous unit à cette course mythique…
Effectivement j’ai eu la chance d’être tiré au sort pour participer à cette course hors norme et je dois avouer que j’ai hâte de prendre le départ vendredi vers 18h30. Ce sera ma toute première participation sur cette distance. Il y a deux ans j’avais terminé, non sans mal, la CCC J. Comme tout sportif accro à la course à pieds, je participe depuis pas mal d’années à quelques compétitions ça et là et j’ai suivi tout naturellement l’essor du trail en montagne en m’inscrivant à des courses de plus en plus longues. L’Ultra Trail du Mont Blanc est devenu maintenant pour bon nombre de trailers un objectif à atteindre, comme un défi sur soi-même, une course que l’on rêve (secrètement) de pouvoir terminer tant elle est belle et exigeante.

Que représente-t-elle dans la “carrière” du sportif amoureux de la montagne que vous êtes ?
Elle représente tout simplement un aboutissement sportif puisque je pratique aussi la montagne dans des modes plus tranquilles (randonnée, alpinisme, VTT, etc…). Cet ultratrail extrêmement difficile va me permettre, je l’espères, d’explorer un peu plus mes propres limites de résistance physique et mentale. Je sais, par expérience que dans les moments de souffrance les plus difficiles où nous sommes retranchés sur nous même, nous apprenons encore énormément sur nos capacités à nous surpasser. C’est cette approche qui m’intéresse particulièrement.

Cet événement rassemble de véritables amoureux de la montagne”

N’est-ce pas un peu déraisonnable de mettre près de 40 heures pour faire le tour du Mont-Blanc là où les randonneurs mettent plusieurs jours ?
Coté purement physique, c’est évidemment déraisonnable si l’on est mal préparé. Les traumatismes engendrés par un tel effort son très importants et je reste persuadé que certain(e)s se lancent dans cette aventure sans savoir où ils vont mettre les pieds… Heureusement, les points nécessaires pour pouvoir s’inscrire à de telles courses limitent l’accès aux novices de la discipline. Maintenant, avec pas mal d’expérience et un entraînement adapté et planifié plusieurs mois voire plusieurs années à l’avance, on peut se le permettre en limitant les dégâts. Coté éthique, il est vrai que parcourir ce qui reste l’un des plus beau trek des Alpes en courant est un peu à contre-sens de la façon d’aborder le milieu montagnard. Retenons simplement qu’il s’agit d’un évènement sportif qui n’a lieu qu’une fois dans l’année et qu’il rassemble tout de même de véritables amoureux de la montagne…
 

Plus sérieusement, dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours (quelques dizaines d’heures même) du grand départ ?
J’ai planifié ma saison de trail en fonction de cet évènement alors à quelques jours du départ, je n’ai qu’une seule envie c’est de goûter à l’ambiance si émouvante qu’il va y avoir au moment du coup de fusil ! 🙂 J’ai eu quelques périodes de doutes en cours d’entraînement avec de petites blessures mais j’ai su les traiter avec succès donc je reste très serein avant de prendre le départ. A J-3, mes affaires sont déjà prêtes, je n’ai plus qu’à me reposer et patienter (ce qui n’est pas le plus facile) avant de prendre la route pour Chamonix.

Comment vous-êtes vous qualifié pour cet UTMB 2011 ?
Pour cet UTMB, il était nécessaire de marquer des points en participant et en finissant certains gros trails ces deux dernières années. J’ai donc utilisé mes points acquis en 2009 sur la CCC (98 km) et en 2010 sur le splendide Trail des Aiguilles Rouges (54 km). 5 points en 2 courses et le tour est joué ! Ensuite le tirage au sort m’a été favorable 😉

Le fait de pratiquer la (très) haute montagne présente-il un avantage, aussi sur le plan physique que celui du mental ?
C’est très différent. Je dirais que sur le plan physique, pratiquer la haute montagne à des altitudes raisonnables comme celles que nous avons dans les Alpes permet de se forger une certaine résistance physique, car l’effort fourni reste concentré dans le domaine de l’endurance et les conditions climatiques parfois difficiles viennent encore compliquer un peu les choses. De ce coté là, on devient forcément plus fort et plus à même d’accepter la difficulté. En très haute altitude, comme en Himalaya par exemple, le problème est tout autre car tout bascule dans la lenteur. Il faut savoir se ralentir pour se préserver afin de mettre toutes les chances de son coté pour arriver à fouler un sommet de plus de 8000 m. Là, c’est le corps qui s’adapte au manque d’oxygène, il faut donc lui laisser le temps… Par contre sur le plan du mental, il est évident que le fait de croire jusqu’au bout à une issue favorable dans des telles expéditions, renforce ses capacités à tenir bon et ne “rien lâcher” tant que notre moteur (les muscles) fonctionne encore…

Mon seul objectif est de terminer le parcours”

Vous êtes-vous fixé un objectif précis ?
Pour cet UTMB, mon seul objectif est de terminer le parcours. Je suis loin de courir à haut niveau et je n’ai pas la prétention de faire un chrono, ce n’est vraiment pas l’objectif. Je participe pour prendre du plaisir avant tout (si si c’est possible 🙂 ) et aller au bout de mon engagement. Je pense d’ailleurs que les barrières horaires vont me pousser tout au long de cet UTMB ! Il est de toute façon très difficile de faire des prévisions tant les aléas sont nombreux, si je mets moins de 40 heures ce sera déjà beau, plus de 40 heures ce sera parfait également. Et du moment que je vois les amis sur la ligne d’arrivée, ce sera la plus belle des récompenses ! 🙂

Enfin, un mot sur votre engagement sous les couleurs de Courir pour le Népal, pays que vous connaissez d’ailleurs après l’expédition Makalu 2008 ?
Effectivement, j’ai connu cette association « Courir pour le Népal » en début d’année par l’intermédiaire de Bruno Ladet qui en est l’un des fondateurs. En 2008, au retour de notre expédition népalaise sur le Makalu nous avions mener une action humanitaire en construisant une école avec tout le mobilier dans le village très reculé de Seduwa, dans la vallée du Barun. Depuis je ne cesse de penser à ces enfants pour lesquels nous pouvons tant apporter afin d’améliorer sensiblement leur quotidien. Courir pour le Népal permet de rassembler un certain nombre de sportifs solidaires qui s’engagent à réaliser des courses de difficultés adaptées à leur niveau physique. Les personnes intéressées par cette démarche peuvent se rendre sur le blog et parier une somme d’argent aussi petite soit-elle (symboliquement 1€ du km) sur les coureur en misant sur le fait que celui-ci termine sa course. Pour nous c’est une formidable source de motivation ! En cas de réussite, les promesses de dons sont versées directement à la fondation « Sunrise Child Care Foundation » gérée par Nima qui s’occupe des enfants sur place à Kathmandu. Pour ma part j’ai mis en jeu plusieurs courses de longues distance cette année dont cet l’UTMB.
D’ici la fin de l’année d’autres évènements sont prévus par les différents sportifs que sont Arnaud Defurne, Bruno Ladet, Catherine Laravoire, Céline Mille, Emmanuelle et Alexandre Alves, Laurent Plaut, Lionel Goddet, Patrick Bohard, Philippe Bourgine (mon frère), Pierre Giorgiani, Simon Sancet et moi-même. Ce W.E. sur l’UTMB nous seront 5 coureurs engagés Arnaud, Bruno, Alexandre, Patrick et moi. Mon frère Philippe s’alignera sur la CCC ! Quand aux membres actifs de l’association, Anne Corcelle, Michellou Sipp, Catherine Monet et François Romand seront sur le parcours nuit et jour pour nous soutenir…

 

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le blog de l’association : http://courirpourlenepal2011.blogspot.com/

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes