Jeux olympiques : les billets se vendent difficilement

JEUX OLYMPIQUES – Les 1,8 million de billets en vente s’écoulent tout doucement. Les organisateurs ont prévu de multiplier les actions pour attirer de nouveaux spectateurs dans un contexte géopolitique compliqué.

 

A cinq mois du coup d’envoi des Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud, moins de 30 % des billets que les organisateurs espéraient écouler le premier jour de commercialisation ont été vendus. 162 000 billets seulement ont trouvé acquéreur, a indiqué l’AFP, alors que le comité d’organisation tablait sur 600 000. Au préalable, 229 000 billets avaient été vendus par d’autres canaux, selon un comptage établi à la mi-juillet, dont 117 000 en dehors du pays, précise encore l’agence de presse.

L’hiver dernier, lors des préolympiques, les athlètes tricolores avaient déjà été déçus par l’absence massive du public sur les épreuves.  «  Le fait qu’ils n’aient pas de grands sauteurs et sauteuses sud-coréens a forcément un impact sur le comportement des spectateurs  », confiait Coline Mattel à Nordic Magazine. Le tremplin d’Alpensia n’était, par exemple, le théâtre d’une épreuve de la coupe du monde de saut à ski que pour la quatrième fois de son histoire. Et donnait lieu à des situations plutôt atypiques. «  Nous nous sommes retrouvés à sauter parfois devant une trentaine de spectateurs, faisait remarquer Vincent Descombes-Sevoie. C’est sûr que l’on était loin de l’ambiance que l’on peut retrouver sur la tournée des Quatre Tremplins.  »

Mais tous se voulaient optimistes : « Je ne doute pas une seule seconde que ce sera différent pour les Jeux  », prédit Lucas Chanavat.   « On sent que les Sud-Coréens sont excités à l’idée de découvrir une nouvelle discipline. D’ici les Jeux, l’enthousiasme sera encore plus grand !  », prophétise Coline Mattel.

Au total, 1,18 million de places seront disponibles. 70 % sont réservées aux Sud-coréens et 30 % destinées aux étrangers et invités des sponsors. Un engouement moindre qui peut être la résultante d’un manque de culture des disciplines. Mais pas seulement…

Le contexte politique n’aide en rien les organisateurs. Dimanche, la Corée du Nord a en effet procédé à un sixième essai nucléaire. Au printemps, l’ex-présidente Park Geun-hye était, elle, destituée après la découverte d’un vaste scandale de corruption.

 

Photo : Pyeongchang 2018

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.