JO | Biathlon – Quatrième titre pour la reine Darya Domracheva

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

JO | Biathlon – Triple championne olympique à Sochi, la Bélarusse Darya Domracheva a complété sa collection avec un titre sur le relais dames. Portrait d’une championne hors normes.

 

Elle est devenue cet après-midi quadruple championne championne olympique de biathlon. Pourtant, après des Jeux olympiques de Sochi parés de gloire, Darya Domracheva n’avait pas régné longtemps. Aux oubliettes la souveraine du biathlon mondial qui avait réussi l’exploit de remporter trois titres individuels en Russie, hors jeu la championne incontestée de la saison 2014/2015. La jeune femme, souffrant d’une mononucléose, a dû abdiquer.

Quelques mois plus tard, alors qu’elle espérait enfin retrouver son trône, un autre obstacle l’en empêche, celui-ci moins dramatique, bien au contraire d’ailleurs : la Biélorusse, en couple avec Ole Einar Bjoerndalen, est enceinte.

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Les championnes olympiques Nadezhda Skardino (BLR), Iryna Kryuko (BLR), Dzinara Alimbekava (BLR), Darya Domracheva (BLR).

Après la naissance de leur premier enfant, le 1er octobre 2016, la jeune femme n’a plus qu’un objectif : son retour sur la scène internationale. « C’était un vrai défi pour moi et revenir n’a pas été facile », reconnaît-elle, lors d’un entretien accordé à Nordic Magazine.

 

De retour après la maladie et une grossesse

 

Mais le défi est relevé haut la main puisque, quelques mois plus tard, Darya Domracheva quittait les Mondiaux d’Hochfilzen avec une médaille d’argent, fruit d’un dur labeur, dans ses bagages.

« J’y suis allée étape par étape, sans me presser. C’est ce qui m’a permis d’obtenir d’aussi bons résultats », analyse la championne. Pour cette nouvelle année olympique, celle qui a habité en Russie pendant treize ans, a décidé de ne rien changer à son programme, même si elle souligne que cette décision ne garantit rien. Il n’y a pas de formule miracle, ni de secret, juge l’adversaire de Marie Dorin-Habert ou Anaïs Bescond.

biathlon, ski de fond, saut à ski, saut, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

« Je connais le but à atteindre et je cherche le meilleur moyen pour y arriver, décrit-elle. Cette année, j’ai alterné les stages à haute et basse altitude. » Ce programme sera-t-il suffisant pour renouveler l’exploit de 2014 ? Libérée en apparence de toute pression, la biathlète témoigne seulement de son impatience à « revivre l’atmosphère olympique. »

 

Nouvelle organisation

 

Pour le reste, Darya Domacheva entend faire de son mieux. Un nouveau mot d’ordre pour la native de Minsk qui déclare ne plus avoir seulement le sport comme priorité. Sa maternité a tout remis en question. « Ma vision de la vie a changé, forcément, confirme-t-elle à Nordic Magazine. Quand je suis devenue maman, je me suis retrouvée responsable d’un petit être humain. Cela m’a fait grandir et j’ai réalisé ce qui comptait vraiment dans la vie. »

La petite Xenia, âgée d’un an, a bouleversé le quotidien du couple mythique de la planète biathlon. Il a fallu s’organiser. Dans un foyer qui comprend deux parents sportifs de haut niveau et un bébé, il n’y a pas d’autres choix.

biathlon, ski de fond, Ski nordique, JO, Pyeongchang 2018, sport, ski, Jo 2018, Hiver, Jeux olympiques, Jo d’hiver, Montagne, Nordic mag, une,

Darya Domracheva (BLR) est médaillée d’argent sur la mass-start de Pyeongchang.

 

« Je cloisonne beaucoup, explique la désormais quadruple  championne olympique après son titre décroché sur le relais dames. Quand je suis à l’entraînement, j’y suis vraiment. Avoir une nounou sur qui l’on peut compter, ça aide beaucoup à ne pas s’inquiéter et à être à fond sur les skis. » Le reste du temps, Darya Domracheva ne pense qu’à sa famille. Mieux que personne, elle sait mettre sur pied un programme plein de câlins et de jeux qui plaît à tout le monde.

Avec Ole Einar Bjoerndalen présent à Pyeongchang avec la délégation de la Biélorussie, il n’est toutefois pas interdit de parler biathlon à la maison, l’athlète admet même que c’est inévitable : « c’est intéressant pour nous deux, ces discussions nous permettent de progresser l’un comme l’autre. » Et elle ne cache pas son besoin d’être soutenue par son mari.

Ambassadrice de son sport

 

Une solidarité inconditionnelle qui a même amené le Norvégien à s’installer en Biélorussie. Cela n’empêche pas son épouse, parfois, de s’entraîner avec l’équipe norvégienne. Mais toujours avec leur fille dans les parages ! « Avoir un enfant, surtout lorsqu’on voyage, ce n’est pas simple, sourit la maman. Il faut transporter toutes les affaires pour bébé… Finalement, on y arrive ! C’est aussi pour cela que nous choisissons des stages plus longs que d’ordinaire. » De toute façon, hors de question pour la biathlète de s’éloigner trop longtemps de son nouveau petit trésor.

A Sochi, Darya Domracheva a remporté trois titres individuels.

Darya Domracheva arrive parfois à allier sport et vie de famille, en créant par exemple chez elle, dans la capitale biélorusse, un City Event de biathlon. « Je l’ai créé après ma saison 2013/2014 qui avait été un vrai succès, rappelle l’athlète. Le but était de proposer des activités familiales, de faire découvrir mon sport et son atmosphère. »

C’est à partir de là qu’elle a véritablement mesuré l’engouement de ses compatriotes pour sa discipline. Elle a alors choisi d’ajouter au programme une course hors normes : la fameuse Legends Race où s’affrontent des stars du circuit. « C’est surtout une opportunité supplémentaire de populariser notre sport », assure Darya Domracheva.

Après sa participation à l’édition 2016, Sandrine Bailly, ex-biathlète française, confiait qu’elle avait été impressionnée par « cette volonté de grandeur ». De quoi séduire l’IBU ? « J’aimerais qu’un jour, on organise chez moi une étape de coupe du monde un jour, s’enthousiasme l’enfant du pays. C’est un sport vraiment intéressant, qui tient en haleine les spectateurs. »

Lucide, elle sait que rien ne pourra se faire sans l’engouement de ses compatriotes. Et ceux-ci réclament des résultats. » D’où la persistance de la Biélorusse à toujours faire de son mieux. Le sésame pourrait arriver plus vite qu’elle ne l’imaginait avec ce titre olympique par équipes et la médaille d’argent sur le mass-start pour la reine devenue Starine.

Photo : NordicFocus / Agence Zoom

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.