JO | Combiné : l’au-revoir de Jason Lamy Chappuis

JO | COMBINE – Le relais olympique a été la dernière course de Jason Lamy Chappuis aux Jeux olympiques. Un grand champion tire sa révérence.

 

« Do the best you can » : c’est ainsi que la maman de Jason Lamy Chappuis a élevé le champion olympique de combiné nordique qui vient de dire au revoir aux JO. Un leitmotiv à l’accent américain qu’il a suivi enfant, lorsqu’il quittait le domicile familial de Bois d’Amont pour rejoindre l’école du village jurassien.

A Pyeongchang, le porte-drapeau de la délégation française aux Jeux de Sochi, en 2014, a de nouveau fait de son mieux.  Mais le brun aux yeux couleur noisette n’a pas réussi à monter sur le podium. Sans doute parce qu’il n’a pas réussi à apprivoiser le tremplin d’Alpensia.

JO | COMBINE - Le relais olympique a été la dernière course de Jason Lamy Chappuis aux Jeux olympiques. Un grand champion tire sa révérence.

Jason Lamy Chappuis (FRA) –  Thibaut/NordicFocus.

« J’ai du mal à faire ce que je sais faire et c’est ce qui est frustrant. Je manque de repères pour me sentir bien », confiait-il à nos confrères de L’Equipe avant de prendre le départ du relais, ce jeudi matin.

Ses précédentes prestations n’ont pas non plus répondu à ses attentes : 30e sur le grand tremplin, 31e sur le petit. Le Jurassien a pourtant sorti le meilleur saut de sa saison au meilleur moment sur le concours par équipes. Mais cela n’a pas suffit pour réaliser son rêve : décrocher une médaille olympique collective, la seule récompense manquant à son palmarès long comme une journée sans pain…

 

Lamy Chappuis le champion

Qu’importe. Jason Lamy Chappuis peut rentrer en France le cœur léger et la tête haute.

Imaginez qu’en 2015, à Falun, après une médaille d’or arrachée aux Mondiaux avec son ami François Braud, il avait fait la tournée des médias pour annoncer sa retraite. Le champion tirait sa révérence et la famille nordique se sentait orpheline. Jason Lamy Chappuis n’est pas seulement un athlète hors pair, au palmarès exceptionnel, c’est aussi un homme bien. Charismatique, tout simplement.


 

Pilote de ligne

Pendant deux ans, le Franc-Comtois a appris le métier de pilote de ligne en Angleterre. Puis, il a eu envie, une dernière fois, de goûter au frisson que seul le sport sait procurer. « C’est venu petit à petit. L’hiver dernier, mon rôle de consultant à Eurosport m’a permis de rester dans l’univers du combiné : les Mondiaux de Lait m’ont rappelé à quel point les grands événements peuvent donner envie », racontait-il, en octobre, à Nordic Magazine.

JO | COMBINE - Le relais olympique a été la dernière course de Jason Lamy Chappuis aux Jeux olympiques. Un grand champion tire sa révérence.

Jason Lamy Chappuis (FRA) –  Thibaut/NordicFocus.

Revenir n’a pas été facile. Des interrogations sont parfois apparues. « Les doutes, cela fait partie du quotidien d’un sportif de haut niveau. Si on n’a plus de doutes, c’est qu’on est trop confiant et ce n’est pas bon », assure Jason Lamy Chappuis dans Le Figaro. Puis il y a eu une blessure fin novembre après une chute qui l’a carrément contraint de s’éloigner de la coupe du monde de combiné nordique.

 

Le come-back de Lamy Chappuis

La décontraction à l’américaine d’un côté, la modestie jurassienne de l’autre : le jeune homme de 31 ans s’appuie en permanence sur sa double culture. C’est sa force. Sa signature.

C’est aussi sa carte de visite. Son passeport. Le come-back de Jason Lamy Chappuis a immédiatement été approuvé par l’équipe de France, qu’il s’agisse de ses copains avec qui il a connu tant d’aventures (Maxime Laheurte et François Braud) ou de la nouvelle garde (Antoine Gérard) à qui il a transmis son expérience. « Ils ont tous vu son retour d’un bon œil par ce que Jason, c’est un cheval de course, c’est un bonus pour tout le monde », témoigne l’entraîneur Jérôme Laheurte dans L’Equipe.

JO | COMBINE - Le relais olympique a été la dernière course de Jason Lamy Chappuis aux Jeux olympiques. Un grand champion tire sa révérence.

Jason Lamy Chappuis (FRA) –  Thibaut/NordicFocus.

Heureusement, la coupe du monde et les championnats de France à Prémanon fin mars vont permettre de profiter, encore un peu, de l’athlète.

 

Photos : NordicFocus

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.