Johan Perrier, le réalisateur de “Biathlon pôle espoir”, « impressionné par la rigueur des biathlètes »

Le réalisateur de films documentaires sur la montagne, l’aventure ou les expéditions revient avec son nouveau film : Biathlon pôle espoir. Pour Nordic magazine, Johan Perrier, pisteur à Autrans l’hiver, revient sur le tournage, le choix de ce sport, sa rencontre avec les jeunes du comité du Dauphiné et leur entraîneur Thierry Dusserre. Entretien à savourer avant la présentation officielle du 19 octobre à Villars-de-Lans.
biathlonfilm.jpg
Johan Perrier, vous présenterez le 19 octobre à Villars-de-Lans votre nouveau film (35 min) “Biathlon pôle espoir”. Deux questions en une : pourquoi avoir choisi le thème du biathlon et pourquoi l’avoir abordé par le biais de jeunes biathlètes en formation ?
J’ai choisi ce thème là car j’adore le ski de fond, j’en fais depuis tout petit, et je voulais vraiment en faire le sujet d’un film depuis pas mal de temps. Le fait de côtoyer les biathlètes du comité du Dauphiné, par l’intermédiaire de mon job de pisteur nordique l’hiver à Autrans, m’a donné l’idée d’en faire un film. Je trouvais intéressant de montrer le quotidien des entraînements des jeunes biathlètes, eux qui sont encore au lycée, et qui, en plus de leurs études, se sont lancés dans une carrière de sportif de haut niveau. Quatre ans pour réussir leur double projet, quatre ans pour espérer entrer en équipe de France, avec tous les espoirs et les doutes que ça implique.

Que vous a appris ce tournage sur ce sport que vous ne soupçonniez pas jusqu’alors ?
La rigueur, j’ai été impressionné par la rigueur qu’il faut à chaque entraînement, que ça soit en ski ou en tir, sous tous types de conditions météo, et ce tout au long de la saison et même tout au long de l’année, car ils ont seulement trois semaines au printemps où ils ne s’entraînent pas. La rigueur donc, une certaine hygiène de vie à respecter, les consignes de sécurité, la position à faire chez soi le soir, l’entretien des carabines, des skis…etc.  Beaucoup de choses à faire et à penser à un âge où on est parfois plutôt tenté de se la couler douce.

 J’ai été impressionné par la rigueur qu’il faut à chaque entraînement”

Comment s’est passé le tournage ?  
J’ai commencé à tourner en janvier, j’ai pu assister, de très près (et pour ça je remercie les biathlètes à qui j’ai collé la caméra sous le nez, sur leur cara, sur leurs skis et j’en passe… ) à plusieurs entraînements, jusqu’à début avril à Méribel pour les championnats de France. Ça s’est très bien passé, j’ai été très bien accueilli. Thierry Dusserre, leur entraîneur, m’a dès le début du tournage, donné carte blanche et je le remercie particulièrement de m’avoir autorisé à me balader ( très près également) des cibles, tout en veillant à ma sécurité et en disant de faire attention, de ne pas me tirer dessus… J’ai passé de très bons moments en leur compagnie, des moments forts, lors des compétitions notamment, j’ai beaucoup appris sur leur milieu et j’ai un grand respect pour le courage et la détermination dont ils font preuve.
 
Vous avez tourné de nombreux films d’expédition, de montagne et même de très haute montagne comme “Joao Garcia sur la route des 14” ou “Les gars du vide”… Vous aviez envie de retrouver le plancher des vaches avec le biathlon ?
Ça fait du bien de pas filmer en baudrier pendu au bout d’une corde… cela dit j’ai adoré, autant que j’ai détesté parfois, filmer du ski de fond. J’étais loin de penser que c’était aussi difficile, ça bouge trop vite… Mais j’en ai pas fini avec les films en montagne, je tourne actuellement un nouveau film sur les travaux acrobatiques.

Ça fait du bien de pas filmer en baudrier pendu au bout d’une corde”

“Biathlon pôle espoir” est sélectionné au 28e festival international du film de montagne d’Autrans. Qu’attendez-vous de ce festival ?
Je suis content qu’il ait été sélectionné, ce film montre un coté du biathlon que l’on a pas l’habitude de voir et j’espère qu’il aidera à faire connaître ce monde passionnant et le travail époustouflant de ces jeunes, les futurs champions de demain.

Quel sera le programme après la présentation officielle de ce film  ?
J’en ai une petite idée… mais pour l’instant j’attends la neige avec impatience pour pouvoir aller skier.

Pour voir un extrait de “Biathlon, pôle espoir” : cliquer ICI.