Jules Cuenot : « pourquoi pas un top 10 aux mondiaux »

 

Le Jurassien Jules Cuenot participe aux championnats jeunes et juniors en Finlande. En exclusivité pour Nordic Magazine, il revient sur sa performance en individuel. Il évoque aussi la suite du programme et ses relations avec son frère Gaspard.

 

Quelle est l’ambiance en Finlande ?
Elle est très bonne, on peut rencontrer des gens de tous les pays et c’est vraiment sympathique.

 

17e de l’individuel : êtes-vous satisfait ?
Oui et non.

 

C’est-à-dire ?
17e, c’est déjà un bon résultat mais j’ai craqué sur mon dernier tir debout : 3 fautes. J’étais encore très bien placé aux intermédiaires avant ce dernier tir.

 

En même temps, il vous a fallu compter avec une rafale de vent.
Oui, je n’ai pas eu beaucoup de chance sur mon dernier tir, je suis arrivé dans une grosse rafale (les conditions étaient vraiment très difficiles aujourd’hui) , j’ai essayé d’attendre que ça se calme un peu, mais ça ne s’améliorait pas, donc j’ai dû essayer de limiter la casse ! Mais pour une météo pareille, je suis content de mon 15/20.

 

Le 10/10 au tir couché doit tout de même vous rassurer pour la suite.

Oui, j’ai très bien su régler ma carabine en fonction du vent, c’est très bon pour la confiance ce 10/10. Je pars confiant pour le sprint.

 

Dans ce sport, tout peut arriver”

 

Surtout que vos sensations sur les skis sont bonnes !
Oui. Ce n’était pas encore excellent hier mais je pense qu’au fil des courses, ce sera de mieux en mieux !

 

D’ici le 24 et le sprint, quel est votre programme ?
Demain le relais que je courrai en compagnie de mon frère !

 

Vous êtes de ces fratries qui sont présentes dans le biathlon. 
Oui c’est vrai que ce n’est pas très fréquent. Il y a chez les Francais également les deux soeurs Chevalier et les deux frères Claude qui sont présents ici ! 

 

Vous êtes les Fourcade suisse. A propos, sont-ils un modèle pour vous deux ?
Oui bien sûr ! Les Fourcade nous les avons toujours admirés. La complicité entre ces deux frères, c’est vraiment magique, et de les voir lesdeux sur un podium de coupe du monde le même jour est vraiment quelque chose d’extraordinaire !

 

Est-on soucieux du résultat de son frère, au-delà de ce qu’on peut ressentir pour un autre coéquipier ?
Oui. Je pense qu’à 13 h, quand je suivrai sa course depuis ma chambre d’hôtel, je serai sans aucun doute bien plus stressé que lui au moment des tirs !

 

Quel est votre objectif pour le sprint ?
Ce n’est pas évident à dire comme ça, mais j’espère qu’entre le sprint et la poursuite j’entrerai une fois dans le top 15 et pourquoi pas le top 10 comme je l’avais très bien fait l’année dernière aux FOJE de Liberec en obtenant la 5e place de l’individuel. Dans ce sport, tout peut arriver !

 

Photo : Swiss-ski