Julia Clair : « Je suis rassurée »

A Chaikovsky, la Vosgienne Julia Clair a touché du doigt le podium lors des deux concours de saut. Entretien.

 

 

5e place samedi à Chaikovsky, 4e place dimanche. On vous imagine satisfaite de votre week-end russe.

Oui, c’est un beau week-end avec deux places où je joue devant avec les meilleures, même si c’était un petit frustrant de pas monter sur la boite.


Comment analysez-vous ces deux concours ?

Les deux concours se ressemblent, avec deux sauts corrects à chaque fois. Mais il manque encore un peu de relâchement pour que ce soient deux bons sauts. Mais ça fait du bien de remettre le dossard sur le dos, et je sais que ça viendra petit à petit en gérant un peu mieux le stress.

 

Validez-vous votre préparation estivale ? Et que reste-t-il encore comme travail avant l’hiver ?

Ça fait du bien de voir que tout ce qu’on a fait cet été a bien fonctionné, que même avec des sauts qui ne sont pas aussi bons que ceux que je suis capable de faire à l’entraînement, j’arrive à aller me battre pour jouer un podium. Je sais qu’il me reste encore des choses à travailler, il faudra empiler des bons sauts dans le mois et demi qu’il nous reste avant l’hiver pour arriver au mieux dans la tête. On pourra ensuite bien bosser physiquement au mois de novembre, et après il sera temps de penser aux compétitions et de faire ce que je sais faire.


Vous aviez qualifié votre précédente saison de « frustrante » et « décevante ». Avez-vous une revanche à prendre ?

Je n’étais pas à mon niveau l’hiver dernier en compétition, je n’arrivais pas à aligner deux bons sauts. C’est certain que c’était frustrant de regarder les autres se battre pour jouer devant depuis le bas du tremplin, et j’ai envie de tout faire cette année pour ne pas revivre ça de nouveau.

 

Comment évaluez-vous le niveau de cette série de grands prix ? Qu’est-ce qu’on peut en déduire pour la prochaine coupe du monde ?

Tout le monde n’est pas au départ sur ces grands prix, notamment les Autrichiennes qui ont été bonnes à Courchevel et la championne olympique Carina Vogt. On sait qu’il faudra compter sur elle cet hiver. Après, les meilleures mondiales sont là aussi pour en découdre, à leur meilleur niveau actuel. On verra bien cet hiver, mais ces compétitions permettent de situer mon niveau du moment et ça me rassure pour la suite.


Que pensez-vous de la domination de Sara Takanashi ?

Sara Takanashi a été très impressionnante sur ces compétitions, c’est dur de rivaliser avec, surtout qu’elle prend confiance petit à petit en gagnant haut la main. J’espère que certaines filles seront capables de rivaliser assez rapidement avec, sinon elle sera difficile à aller chercher comme l’hiver 2013/2014.


La suite du programme pour vous ?

La suite pour nous va être les deux compétitions au Kazakhstan puis de nouveaux quelques stages en France et à l’étranger pour empiler encore des sauts.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.