La Clusaz : doublé des Norvégiennes, les Françaises bonnes 5e

Les Françaises Aurore Jean, Célia Aymonier, Anouk Faivre-Picon et Coraline Hugue ont pris le 5e place du relais. A plus d’une minute des phénoménales Norvégiennes qui placent deux équipes sur la boite. Longtemps, les supporters ont rêvé d’un podium français.

Capture-d-ecran-2013-01-20-a-16.17.01.png

Thérese Johaug et ses copines ont dû batailler face aux Finlandaises pour s’imposer (© Agence Zoom).

 

Après le succès de leurs compatriotes masculins ce matin lors du relais de La Clusaz, les Norvégiennes de Bjoergen paraissent tout bonnement imbattables avant le départ du relais dames. 

Composé de Heidi Weng, Therese Johaug, Kristin Steira et Marit Bjoergen, l’équipe des Norge fait tout simplement rêver tout sélectionneur d’équipe nordique ! Mais on l’a vu ce matin, il y a la théorie et… la pratique.

 

Dès le départ de ce relais particulièrement attendu par des milliers de spectateurs français prêts à pousser les tricolores dans chacune des trois bosses du parcours, la Jurassienne des Rousses Aurore Jean a montré qu’elle était à la maison en prenant la tête de la course. Menant devant la Finlande, la Norvège et reléguant la Russie et l’Allemagne à plus de 20 secondes, la numéro un française a régalé le public et transmis le flambeau à la Jurassienne des Fourgs, Célia Aymonier en 2e position à 5 secondes de la Finlandaise Saarinen, une cliente de tout premier ordre en style classique.

 

Révélation du début du Tour de ski, Aymonier bénéficiait d’un crédit de 7 secondes sur la fusée Johaug… 1,2 km plus loin, elle lui était redevable de 5 secondes mais comptait toujours 30 sec d’avance sur l’Allemagne, alors 4e. Sur son 5 km qu’elle gérait comme un long prologue, Célia Aymonier tentait de garder le contact avec les deux vedettes scandinaves. Mais Johaug ne l’entendait pas de cette oreille et accélérait avec dans ses skis Saarinen, toujours aussi efficace dans le “pas gaulois”. La jeune fondeuse française craquait et perdait du terrain. 

 

Finlande et Norvège au coude à coude”

 

A mi-course, Finlande et Norvège semblaient déjà sur orbite. Derrière, les écarts étaient plus minimes. Allemagne (3e à 47 sec), Norvège II (4e à 49) tout comme la Suède, devançaient les Françaises recalées à la 6e place à 1 min.

La troisième relayeuse, la Jurassienne de Pontarlier Anouk Faivre-Picon entrait en piste face à Steira, Roponen, Haag… Elle maintenait l’écart autour de la minute et réussissait à revenir sur le mini peloton jouant la troisième place composé de Norvège II et Suède, juste devant l’Allemagne.

 

Au passage de relais, Finlande et Norvège passaient ski dans ski, Roponen ayant mieux que résisté à Steira, devant Norvège II (+43,9 sec), France (+44,7) et Suède (+44,8 sec). 

Le public de La Clusaz se met alors à rêver d’un éventuel podium des bleues, le premier de l’histoire du nordique féminin français. 

 

Une bonne 5e place finale”

 

Mais Coraline Hugues avait fort affaire avec notamment Astrid Jacobsen (Norvège II)… C’est que la Norvégienne, comme ses collègues de l’équipe II veut gagner sa place pour les mondiaux de Val di Fiemme.

Dans une ambiance énorme, la lutte était âtre entre Bjoergen et Niskanen, tout comme pour le podium entre la France, Norvège II et la Suède…

 

Après l’accélération de Bjoergen, elle comptait 19 sec d’avance sur la Finlande, 56 sec sur Norvège II, 1’03 sur la Suède et 1’04 sur la France qui voyait alors s’éloigner ses rêves de podium.

 

Ce qui devait arriver arriva : Bjoergen rejoignit ses copines dans l’aire d’arrivée, les bras levés pour sa seconde victoire du week-end en 57’05 min. Derrière les rouges, les Finlandaises se contentaient largement de cette belle 2e place. Le podium était complété par… des Norvégiennes, celles de l’équipe II, juste devant la Suède et la France, 5e à 1’14 min…

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade