La Grande route des Alpes pour Frédéric Jean

Sur son site, le biathlète raconte sa dernière semaine… Récit :

Image-10.png

« C’était un stage particulier pour moi, sans carabine, ski roue, course à pied mais uniquement sur le vélo !  Départ samedi dernier depuis Thonon et arrivée mercredi à Menton par la Grande route des Alpes.

51 ans de papa”

L’année dernière, pour les 50 ans de mon père, on avait parcouru dans la journée Bois d’Amont-Loriol en vélo, soit 290 km. Cette année pour les 51 ans il m’avait proposé de faire un autre défi avec la Grande route des alpes, 700 km par les cols des Alpes avec 16 800 m de dénivelé. C’est fait ! Du coup j’ai un peu peur pour l’année prochaine avec les 52ans … 🙂 

L’équipe de notre périple était composé de Jean Baptiste (un ami jurassien), mon père et moi sur le vélo, et de Anatole ( mon petit frère ) et ma mère pour l’assistance. Des directeurs sportifs de choix puisqu’ils ont été à nos petits soins toute la semaine. Sans eux, la traversée aurait été bien plus difficile.

Au programme des journées de 6-7h de vélo. Alors croyez moi, c’est une bonne thérapie ! Seul sur son vélo à l’assaut des grands cols, vous avez le temps de penser à des tas de choses et surtout personnes pour vous embêter ! 

En cinq étapes”

Au niveau du parcours. Pour la 1ère étape nous sommes donc parti de Thonon jusqu’à Beaufort par le col des Gets, col de la Colombière, Grand Bornand, La Clusaz, col des aravis, col des saisies et beaufort soit 140 km. En arrivant, le super accueil de Patrice Frison Roche pour l’hébergement dans un magnifique chalet. 

La 2e étape, Beaufort, Cormet de Roselend, Bourg-Saint-Maurice, la longue montée sur Val d’Isère, col de l’Iseran, Bessans, Bramans, soit 140 km. La nuit passée dans un petit hôtel très sympa dans Bramans.

La 3e étape, Bramans, Modane, col du Télégraphe, Valloire, col du Galibier, Briançon, col d’Izoard ( la fin, dur dur ! ), Guilleste, soit 150 km. Nuit passée dans un centre de vacances. 
La 4e étape, Guillestre, col de Vars, Barcelonnette, col de la Cayolle, Guillaumes, montée de Valberg, Beuil soit 135km. Nuit passé dans une auberge. 
5é et dernière étape, Beuil, col de la Couillole, Saint-Sauveur-Tinée, Col de Saint-Martin, col du Turini ( dur, sur la fin de la traversée), Sospel, col de Castillon, Menton, arrivée au bord la mer. Nuit passé à Nice chez le cousin de JB. 
Au total de la semaine, j’ai bu environ 35 bidons, manger sur le vélo une douzaine de pain au lait, des gels et barres énergétiques GO2, des crêpes fourrées, des compotes. J’ai utilisé un braquet de 34×50 pour les plateaux et une cassette de 25-23-21-19-17-16-15-13-12-11. Des roues Mavic R-sys, parfaite pour la montagne et un vélo Trek et des lunettes Julbo “contest”.

Deux étapes du Tour de l’Ain”

Nous avons fait le retour dans le Jura le jeudi soir après une journée de repos bien mérité à Nice. Je récupère bien de se périple car ce week end je fais des petites sorties de ski roue. La semaine prochaine, je serais dans le Jura à la maison ; mon frère vient s’entraîner avec moi pendant 4 jours. En fin de semaine, je participerai à 2 étapes du Tour de l’Ain avant de regagner Bessans pour un stage d’une semaine. »


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade