La Mara 2013 s’annonce comme un très bon cru

La Mara débute ce samedi avec l’épreuve de skating. Elle enregistre déjà plus de 30 % de participants que l’an dernier. Entretien avec Michel Roulet, président du comité d’organisation de la plus importante course populaire de Suisse romande.

 

Capture-d-ecran-2013-03-02-a-04.57.25.png 

Michel Roulet avec le vainqueur de 2012, Guillaume Lalevée.


Michel Roulet, quelle est la particularité de La Mara dans le paysage des courses populaires du massif jurassien franco-suisse ?

A l’image de la Transju, nous proposons les deux styles, à savoir le skating le samedi et le classique le dimanche, avec priorité au classique qui est le fondement de la Mara. D’ailleurs, c’est la seule course de classique de la Swiss Loppet  qui regroupe les principales courses populaires de Suisse.
Sauf erreur de ma part, c’est le seul marathon en classique du massif du Jura franco-suisse.
La Mara présente deux courses très abordables en classique (12 et 22 km) et un marathon notamment plus vallonné entre le 10e et le 30e km.

 

La Mara est-elle donc la petite sœur de La Transjurassienne ?

La Mara était la petite sœur de la Transju, il y a une trentaine d’année avec une participation qui a avoisiné les 3 000 participants. Il faut reconnaître humblement que la Mara, comme toutes les courses populaires de Suisse romande a perdu de sa superbe. Le nouveau comité (essentiellement constitué de skieurs)  a pour ambition de redonner ses lettres de noblesses à la Mara qui est la plus importante course populaire de Suisse romande.

 

En quoi le parcours du 42 km contribue-t-il à la sportivité de la course ?

Les coureurs apprécient de pouvoir faire un marathon qui reste une distance mythique. Le parcours du marathon est notablement plus difficile que le 12 ou le 22 km (à la portée de tous).

 

Qui ont été les grands vainqueurs de la Mara ?

Le vainqueur le plus connu est sans aucun doute Remo Fischer que vous avez pur voir en tête du peloton du relais des mondiaux à Val di Fiemme, dans le dernier tour
Les frères  Rey (Pierre-Eric et André) des Cernets comptent à eux deux 11 victoires.

 

Depuis deux ans, le nombre des concurrents progresse. Cette renaissance de la Mara s’explique-t-elle seulement par le retour du style classique ?

Il y a certainement plusieurs facteurs ! Nous venons d’avoir deux très bons hivers consécutifs et il est vrai que bon nombre de Français se remettent à pratiquer le classique.

 

La Mara, ce n’est pas qu’un marathon. C’est aussi une grande fête du ski nordique.

La Mara était une véritable fête du ski de fond en Suisse romande qui permettait de conclure la saison en beauté. Avec la diminution de participation, la fête s’est quelque peu étiolée. Mais il faut admettre que toute course populaire se doit d’être une petite fête du nordique.

 

> Entretien avec Guillaume Lalevée, Evgeny Bogdanov et tous les horaires.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade