La marge de progression de Fourcade, la belle prestation des bleues, les stats : voici le débrief d’Ostersund

Déjà largement dominée par le patron Martin Fourcade, cette étape d’ouverture de coupe du monde de biathlon est riche d’enseignements pour lui et l’ensemble du camp tricolore. 

 

Martin Fourcade bien présent…

Quatre courses, trois victoires ! Quel bilan exceptionnel pour Martin Fourcade. Parfaitement rassuré, le Français, lauréat des trois derniers gros globes de cristal, a déjà fait table rase de son été perturbé par sa mononucléose. Inexistant sur l’individuel de mercredi, le Catalan a parfaitement su élever son niveau pour enchaîner une double victoire sprint-poursuite, la seconde de sa carrière riche de 33 succès en coupe du monde.

 

… mais pas encore à son meilleur niveau

Mais dans le détail, on se rend compte que Martin Fourcade n’est pas encore à son meilleur niveau, que ce soit sur la piste ou derrière la carabine. S’il affiche le meilleur temps de ski du sprint et un sans-faute parfait, il est devancé par Landertinger, Tarjei et Johannes Boe sur la piste lors de la poursuite. D’autre part, avec 4 fautes sur la poursuite dont deux au premier tir coucher relançant totalement la course, Fourcade peut largement progresser derrière la cara. L’actuel numéro un mondial Emil Svendsen affiche un taux de réussite au tir de 94% là où son dauphin français, habitué à mieux, présente un pourcentage de 80,6%. Certes, c’est un bon début mais la marge de progression est importante. Pourquoi pas dès le week-end prochain à Hochfilzen.

Double victoire à Ostersund pour Martin Fourcade.

Double victoire à Ostersund pour Martin Fourcade.

Les bleus sont en forme sur la piste

Outre la démonstration du patron, on retiendra notamment sur la poursuite la bonne performance d’ensemble des Français sur la piste. Quentin Fillon-Maillet, 6e temps, Jean-Guillaume Béatrix, 10e ou Simon Fourcade, 13e ont rassuré sur les skis et sont dans le tempo pour jouer dans le top 15 mondial. Reste à caler les détails face aux cibles et là aussi, la marge existe bel et bien. Les quatre Français figurent d’ailleurs dans le top 30 mondial au classement général.

 Le classement général hommes

 

Kaisa Makaraïnen impressionne

Si le circuit masculin fut dominé par Martin Fourcade à Ostersund, il fut écrasé par Kaisa Makaraïnen ce week-end. La Finlandaise, qui regarde déjà du côté de Kontiolathi et des mondiaux en mars prochain, a grappillé 162 points sur 180 possible en trois courses ! Un départ canon pour la plus rapide du circuit sur le sprint et seconde sur la poursuite derrière Darya Domracheva. La Bélarusse a elle aussi impressionné par sa vitesse de déplacement et pointe déjà en 2e position du général devant Val Semerenko, Tiril Eckhoff et Veronika Vitkova.

Domracheva

Darya Domracheva (premier plan), Kaisa Makaraïnen, Veronika Vitkova ou Dorothea Wierer seront les principales adversaires des bleues.

Le classement du général dames 

 

Les Françaises ont une vraie belle équipe

C’était un point d’interrogation avant ce week-end suédois. Comment, sans Marie-Laure Brunet jeune retraitée et Marie Dorin-Habert, jeune maman, les bleues allaient se comporter en coupe du monde ? Encadré par Julien Robert depuis l’intersaison, le groupe est en effet composé de jeunes biathlètes… qui ont parfaitement assuré leur rôle sur les trois courses individuelles. Que ce soit Sophie Boilley (10e de l’individuel), Enora Latuillière (10e du sprint) ou encore Marine Bolliet (8e de la poursuite), toutes ont signé leur meilleur résultat en carrière ! Cette impression collective fut confortée sur le sprint avec les 5 Françaises dans le top 20 : un fait rarissime plaçant la France largement au-dessus des autres nations ! Si on prend en compte la montée en puissance d’Anaïs Bescond au fil du week-end, encore à la recherche de son meilleur ski, ou la montée en puissance de Marie Dorin-Habert à Arçon, la concurrence va monter crescendo dans le groupe bleu-blanc-rouge. Et le niveau devrait suivre. Vivement le premier relais de la saison ce samedi en Autriche pour voir les bleues à l’attaque.

Enora Latuillière a épaté l'encadrement tricolore tout comme Marine Bolliet et Sophie Boilley.

Enora Latuillière a épaté l’encadrement tricolore tout comme Marine Bolliet et Sophie Boilley.

Photo : Agence Zoom et IBU (Christian Manzoni) –

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.