La nouvelle vie de Pauline Macabies à la Douane

Fin mars, la biathlète a pris sa retraite de sportive de haut niveau. A 27 ans, c’est une nouvelle vie qui commence pour elle : elle est douanière.

 

Capture-d-ecran-2013-06-08-a-08.43.27.png

Pauline Macabies à Prémanon, lors d’un Subaru biathlon challenge.

 

Fin mars, Pauline Macabies a arrêté sa carrière sportive de haut niveau. A 27 ans, la biathlète de Sardières (Savoie) aura passé 15 ans sur le circuit. « J’ai eu de beaux résultats en juniors, puis lors de mes premières années seniors », raconte la jeune femme de Haute-Maurienne dans L’Info de Haute-Maurienne.

Elle a terminé première du classement général de la poursuite lors de la coupe d’Europe juniors en 2005-2006. Aux championnats d’Europe à Langdorf, en 2006, elle obtient les médailles d’or de l’individuelle, d’argent du sprint, de bronze de la poursuite et du relais.

Multiple médaillée chez les juniors, elle effectue sa première apparition en coupe du monde à Oslo en 2006. Elle fait son retour lors de la saison 2006-2007 et marque ses premiers points lors d’une individuelle organisée à Hochfilzen en se classant 14e.

Une blessure de surentraînement avant les Jeux de 2010 à Vancouver a toutefois stoppé cette belle ascension. « Je me suis accrochée et j’ai réussi à revenir sur le circuit coupe du monde ».

Mais Pauline Macabies estime qu’elle n’a pas été suffisamment soutenue : « Cette saison, je me suis laissée une dernière chance en me disant que je pouvais encore faire des efforts, serrer les dents, affronter un encadrement qui ne voulait pas forcément de moi, mais à condition de jouer les premières places. Comme je n’ai pas réussi à obtenir de bons résultats en tir, j’ai décidé de raccrocher. Sans regret ! J’ai tout donné et j’ai toujours fait aussi bien que possible. »

Aujourd’hui, Pauline Macabies a rejoint la douane. Depuis avril, elle a intégré une formation à La Rochelle. « Je vais commencer à la fin de l’été en bas de l’échelle, mais je compte bien gravir les échelons. Le sport de haut niveau pourra me servir : c’est une excellente école de la vie. »


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade