A la découverte de La Diagonela avec la team Frelons

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,
SKI DE FOND – Après la Marcialonga en 2017, les Frelons, une équipe d’une quinzaine de fondeurs jurassiens, avaient rendez-vous avec la Diagonela ce week-end. Récit et photos d’une belle découverte en Suisse voisine.

 

La Team Frelons est un groupe de 15 valeureux jurassiens qui a vu le jour l’an dernier à l’occasion d’un déplacement en Italie pour participer à la Marcialonga. « Le but de cette équipe est avant tout de fédérer notre bande de copains skieurs avec pour objectif de découvrir tous les ans une nouvelle course populaire à travers le monde », commente un membre de l’équipe.

Après le Val di Fiemme et la Marcialonga en 2017, la Team Frelons avait ce week-end rendez-vous dans la vallée de l’Engadine pour participer à La Diagonela support de la 4e étape du challenge Visma ski classics.

Récit :

 

  • J-1

Après six longues heures de routes et quelques pauses café le long de la route, nous voici arrivés à Zuoz village départ et arrivée de la course.

Qui dit course en Suisse, dit organisation bien rodée et millimétrée : aucune perte de temps pour récupérer les dossards. Il est maintenant temps d’analyser le parcours de la course ainsi que son profil. « oh purée, mis à part deux belles bosses au 20e et 30e km, c’est tout plat, ils annoncent seulement 490m de D+. On a bien fait de prendre les skis de skate, ça va être facile ! » Quelle erreur !

Sur ces belles paroles, nous voici donc partis en repérage d’une partie de la boucle. Après une dizaine de km avalés, il est maintenant temps de tester les skis en vue de choisir la meilleure paire pour le lendemain.
Prévoyants comme nous sommes et à la vue du parcours, trois frelons avaient prévu des paires de skating “juste au cas où” à tester et, manque de pot, c’étaient les skis qui glissaient le plus. C’est décidé, demain, ce sera poussée en skis de skate.

Même au fin fond de la Suisse, on n’oublie pas de suivre en direct la coupe du monde de biathlon

 

Le choix de matériel étant fait, nous prenons la direction de notre hébergement, un joli petit appartement avec une vue magnifique surplombant la plaine de départ du marathon de l’Engadine.
A peine le temps de manger la savoureuse et très odorante galette qui nous avait fait saliver tout le voyage, nous allons pouvoir préparer nos skis !

Afin de faire valider nos choix de fart, on décide de passer un petit coup de fil à un collègue frelon, qui à ses heures perdues (elles sont nombreuses) se trouve être le farteur de la leader de la coupe du monde de biathlon, une certaine Kuzmina, vous connaissez ?
Hasard du calendrier, il se trouve que la coupe du monde de biathlon faisait escale dans une vallée voisine à Antholz, avec des conditions climatiques très très proches des notres. Nous allons donc pouvoir bénéficier de ses très bons conseils.

 

  • Jour J

 

C’est le grand jour ! Direction le départ… « Equipe professionnelle que nous sommes, nous avons, bien entendu, toutes les autorisations nécessaires afin d’accéder au plus près du départ ! Une fois arrivés, les classiqueurs du groupe (si si je vous assure que ça existe sur une Visma) prennent le temps de dépoussiérer et d’apposer une petite poussette verte (eh oui, on ne la sort malheureusement pas assez souvent celle-là). Nous rejoignons ensuite nos sas de départ, nous plaçons nos skis sur la ligne et hop, une dernière photo avec le sourire »

 

Au départ des Norvégiens, des Suédois, des Italiens, des Suisses… et donc des Français venus bravés les 65 km de classique (euh… non ! de poussée !) de la course ainsi que les températures très hivernales ressenties le matin de la course avec -15°C affiché au thermomètre.

Nous attendions donc une neige abrasive et peu glissante, mais le soleil et les paysages nous ont offert une superbe course dans un magnifique décor.

 

 

Côté performances, on notera la très belle place d’Antonin Pellegrini, qui après un joli top 100 sur la Marcialonga l’an dernier, parvient à rentrer dans le top 50 de la Diagonela, réalisant la quasi intégralité de la course avec les différents porteurs du maillot jaune de leader du circuit Visma, Tord Alse Gjerdalen (leader chez les hommes) en début de course et Britta Johansson-Norgren (leader chez les femmes) après avoir rattrapé le peloton féminin parti 10 minutes plus tôt.

 

Comme en témoigne les photos et vidéos (dossard 254) :

 

Après de très nombreuses, ‘’trop nombreuses’’ péripéties pendant la course, Corentin Jacquot s’en sort plutôt pas mal avec une belle 68e place. Il faut avouer que ce n’est pas facile d’avancer convenablement avec un seul bâton.
« La malchance m’a suivi toute la course, au bout de 20 km de course, un Italien m’arrache le pot de mon bâton droit, je fais 8 km avec une canne qui enfonce de 30 cm à chaque poussée alors pas facile d’avancer. Je m’arrête ensuite à St-Moritz pour récupérer une canne fournie par l’organisation (10 cm plus petite que la taille de mes bâtons : quelle idée d’être si grand !). Je parviens à revenir dans un petit groupe me précédant et, là, c’est la dragonne du bâton de l’organisation qui se casse. J’ai donc fait 19 km avec un baton trop petit et sans dragonne qui a dû m’échapper des mains au moins 3 fois. Génial ! », commente le chat noir de la Diagonela

Les autres « frelons » ne sont pas en reste, Alexis Maire, premier classiqueur du groupe, rate d’à peine 40 sec le Top 100. Clément Bournez pour sa première sortie classique de l’hiver (non vous ne rêvez pas, ce n’est pas une blague) termine 141e et qui plus est en partant avec les skis de skate… Ce gars n’a peur de rien, surtout qu’au final le parcours est bien plus dur et vallonné que ce que ce qu’il était écrit sur le plan.
On retrouve ensuite le ‘’frelon cycliste’’ du groupe, Sylvain Clavel, qui termine la course en 4h35 et un top 200 à la clé.

Les résultats de l’équipe :
• Antonin Pellegrini : 49e en 3h21
• Corentin Jacquot : 68e en 3h43
• Alexis Maire : 102e en 4h02
• Clément Bournez : 141e en 4h15
• Sylvain Clavel : 198e en 4h35

Petite pause photo sur le podium de la course en plein centre de Zuoz

  • Jour J (suite)

« Le premier objectif étant accompli, il ne nous restait alors plus qu’à nous pencher sur notre deuxième objectif du week-end et pas des moindres après une course : battre le record des toboggans chronométrés des thermes de Saint Moritz ». Objectif atteint puisqu’après notre passage, tous les records étaient en notre possession (rires).

De parole de frelon, « je ne sais pas ce qui a été le plus compliqué, les 65 km de poussée ou les montées à répétitions des marches pour arriver au sommet des toboggans ? »

  • J+1

Après 8h de sommeil, les frelons se réveillent agréablement surpris par la météo et le paysage. En effet, 40 cm de neige fraîche sont venus garnir le paysage, idéal pour notre petite sortie décrassage à ski sur le lac de Silvaplana qui a du voir pendant la nuit une scène assez insolite puisqu’un dameur s’est retrouvé à cheval entre la terre ferme et le lac.

 

 

« On retiendra de ce week-end une belle expérience, de bonnes rigolades, une ambiance de folie et… quelques courbatures. »
Nul doute que cette expérience sera de nouveau reconduite l’an prochain, avec pourquoi pas une participation à la Birkebeinerrennet du coté de Lillehammer en Norvège ou à la mythique Vasaloppet de Mora.

Visma Ski Classics Event 4, La Diagonela.Engadin, Zuoz, St. Moritz, Switzerland

Publié par Visma Ski Classics sur samedi 20 Janvier 2018

 

 

Pour voir les résultats

Photo : Visma ski classics et Team Frelons

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski, tremplin des Tuffes

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.