Le premier entraîneur de Vincent Jay se raconte

Marianne Henriet vient de signer la biographie de Pierre Lecomte aux Editions du Devin. L’homme est aujourd’hui retraité, mais retraité de quoi au juste ? De sa fonction de menuisier-charpentier, de garde-forestier, d’entraîneur de ski de fond, d’athlète champion de saut à ski, de cross et de ski de fond, de berger-éleveur ovin, d’apiculteur, de choriste ?

 

traces_BIG_grand

 

Vincent Jay, ancien biathlète de l’équipe de France, connaît bien Pierre Lecomte : « Il a été mon premier entraîneur et je reconnaitrais sa voix entre toutes ! C’est un livre qui, à travers les témoignages, rend hommage à ma région, à sa nature et à tous ceux qui m’ont aidé à devenir ce que je suis. » Dans la préface qu’il signe, le double médaillé olympiques aux Jeux olympiques de 2010 à Vancouver ajoute : « Né au cœur des Belleville, j’ai eu cette opportunité, tout jeune, de sillonner les Trois vallées. Mais en entrant à l’école du village, au CP, le ski a pris une autre dimension. Un drôle de bonhomme est venu spécialement nous initier au ski de fond. Non ! Jouer au ski de fond ! J’aimais jouer, imiter pour progresser et surtout, gagner ! Si je devais résumer l’école de cette époque, ce serait apprendre à lire, écrire, compter et… faire du ski de fond! J’ai tout de suite adhéré et vite compris que ce ski-là me permettrait de partir à la découverte de la forêt même l’hiver… Le “drôle de bonhomme”, c’était Pierrot. »

« C’est le portrait d’un compétiteur dans l’âme. Nous avons tous deux ce point commun ce qui fait que très tôt, des liens forts se sont tissés, des liens de complicité », complète encore Vincent Jay.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.