Le rendez-vous de Robin #78

Retrouvez chaque semaine le rendez-vous du lundi de Robin Duvillard, fondeur de l’équipe de France et médaillé olympique à Sochi. 

 

Radio Falun 1/2

Ça y est, depuis jeudi, les mondiaux de Falun sont partis ! Partis, tout comme la razzia norvégienne, l’importation de métal de Jez, ou dans un autre style, la caisse de Marit Bjoergen, la folle ambiance dans le stade si un Suédois tombe, ou encore le ski de Baptiste Gros… Résumons :

  • On le savait, des mondiaux de ski nordique en Scandinavie, c’est comme une coupe du monde foot au Brésil, ça déplace les foules ! Et l’ambiance ici est juste énorme avec des clameurs qui donnent la chair de poule. Heureusement qu’il y a de temps en temps un Suédois qui casse un bâton ou perd au sprint pour que le silence se fasse instantanément et nous permette de reposer un peu nos oreilles.
  • Sur ce team sprint, nous n’étions pas favoris mais on venait ambitieux et joueurs avec mon poney Baptiste Gros. Mais on a pris trop de risques sur un passage de relais, abîmant sa chaussure et sa fixation, ce qui lui fera perdre un ski dans le dernier tour à l’entrée du stade, alors que nous jouions la 5e place. On a joué, on a pas gagné, on est frustrés, ça fait bien chier, mais on a quand même bien kiffé, pas de regrets, vive les poneys!
  • Avec déjà 9 titres mondiaux, il manquait pourtant à Petter Northug deux médailles d’or en sprint et en team sprint. Et ben je crois que ta collection est désormais complète Petter…Tu peux rentrer à la maison maintenant! Quoi, t’es pas rassasié..? Ah bon.
  • Avec 13 titres mondiaux, dont 9 titres et 2 secondes places sur ses 11 dernières courses disputées, Marit Bjoergen était partie sur des bases solides en enlevant le sprint jeudi. Mais depuis, séisme, elle a perdu la caisse, et n’a pris que la 6e place du skiathlon… Sortir du top 5, chose qui ne lui est plus arrivée en distance en coupe du monde, mondiaux ou JO, depuis le… 23/03/2009 !!! L’espoir renaît dans le ski de fond féminin..oui, mais pour combien de temps?
  • Qui dit mondiaux de nordique dit aussi combiné et saut à skis. C’est donc avec tous les Français, et les stars du saut à ski autrichiens que nous partageons notre petit camping à l’extérieur de Falun. Et ben je dois dire, que malgré tous mes efforts pour ne pas manger de dessert et limiter les quantités, j’ai encore l’impression d’être un obèse sortant du mc do à côté d’eux.
  • D’ailleurs nos frenchies combinés n’ont pas traîné et ont déjà ramené 2 médailles de bronze en deux courses. Pour nous, Momo en était proche lors du skiathlon, mais bon, 5e, c’est comme au loto quand t’as joué le 7, 12, 17, 23, et le 31 et qu’il tombe le 6, 11, 18, 24, et le 32, c’est proche..
  • Petit carton rouge quand même au public suèdois qui après avoir envahi chaque parcelle de libre au bord de notre piste, déserte le stade avant les courses des combinés sous prétexte qu’ils n’ont pas de Suèdois dans cette discipline… C’est dommage, surtout que du coup, ça nous fait des sacrés bouchons pour rentrer à notre camping!

À suivre…

 

Grospiron’s style

Après le fameux “hélicoptère” (vrai nom du 3.6) de Guillermo Fayed à Kitzbühel lors de l’entraînement, nous avons eu droit au saut “écart” d’Adrien Adrien Théaux à l’entraînement de Saalbach.. Bel hommage donc à Edgar Grospiron qui était rentré champion olympique de ski de bosses avec ces deux “tricks” en 1992 à Albertville. Mais vu qu’ils ont tous les deux fait un podium juste derrière ça, j’hésite à aller claquer un petit “double-twist” demain sur la piste.

 

Et sinon

Jean Fred Chapuis ne s’arrête plus, et après 3 victoires d’affilée en skicross, il veut faire son Petter Northug et boucler sa collection de trophées avec le seul qui lui manque, le globe de cristal de la coupe du monde!

La confiance c’est bien, mais l’humilité aussi.. Il faut juste savoir doser..et choisir son moment! Ce que visiblement François Pervis n’a pas fait. Certes il est sextuple champion du monde, rien à redire, mais quand tu annonces que “non, j’ai beau chercher, je ne me trouve aucun point faible..”, et que le lendemain tu sors en 1/4 de finale face à un autre français, le timing est disons… mal senti.

 

L’info insolite du jour

“La cusuraphobie est la peur d’avoir tort”. Visiblement, François Pervis n’en souffre pas !

À lundi prochain!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.