Le rendez-vous de robin Duvillard #289

une, rendez-vous, Robin Duvillard, ski de fond, ski, montagne, nordique,
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

RUBRIQUES – Chaque lundi, l’humour et l’humeur du skieur de fond du Vercors Robin Duvillard débarquent sur nordicmag.info.

 

Ouvrez les Vannes

À l’heure où vous lisez ces lignes, nous, avec tous mes collègues de l’équipe de France militaire de ski, sommes sûrement en train de nous dépêcher d’attendre, de nager dans l’eau froide, ramper dans la boue, courir en rangers dans un marécage, creuser des tunnels, savourer nos rations de combat, escalader des remparts à la corde, jeûner, marcher jusqu’à une ligne d’arrivée qui n’existe pas, évoluer en quinconce, dormir sur le rythme d’un bébé qui prend le sein (et qui n’y arrive pas), nous camoufler dans le paysage tels des prix bas dans un restaurant d’altitude, porter des charges lourdes pour le simple plaisir de les déplacer ailleurs (chacun son plaisir), chanter faux des chants militaires, jaillir au moindre «garde-à-vous», pourfendre l’ennemi, et évidemment ‘’à l’issue’’ (les connaisseurs apprécieront..) sauver la France!

Donc vous pouvez vous relaxer, la situation est totalement sous contrôle !

Bref, nous sommes à notre traditionnel stage d’acculturation militaire à Vannes (et c’est pas une blague..) chez nos collègues du 3e Régiment d’Infanterie de Marine. Ce stage devrait être mon dernier après 12 années passées à porter fièrement les couleurs de notre armée française, alors évidemment qu’il y aura un petit pincement au coeur. Ces moments valent de l’or, et j’en garderai des souvenirs à vie, et de la nostalgie à mes heures de vieillard racontant ses histoires à ses petits enfants!

 

Mes souvenirs insolites de carrière #11

Lorient, lundi 9 mai 2011. Stage militaire.
Nous débarquons à Lorient depuis notre transal, et à peine arrivés chez les fusiliers commandos, en 5 mn nous sommes détroussés de nos tenues civiles, nos téléphones, nos effets personnels, nos sourires niais et nos fausses décontractions.

Le stage commando démarre et on le comprend à la seconde où le premier instructeur nous parle. « Gaaaarde à vous!! Dès à présent et jusqu’à mercredi vous n’existez plus pour les personnes extérieures, vous allez vivre au rythme de l’entraînement des commandos et je vous conseille de vous préparer à souffrir! »

Nous enchaînons directement parcours d’obstacles, courses et exercices dans la boue profonde, rampage dans des étroites buses, et ce jusqu’au soir où nous découvrons et notre campement sur une petite île au confort….sommaire, et notre repas!

«Messieurs, voici votre repas, vous avez 1h pour faire le feu, cuire le tout et manger, la nuit sera longue…» dit le cher instructeur en nous donnant 1 gros sac de riz et 4 boîtes contenant chacune une poule encore vivante! Je me retrouve avec la poule sous le bras à réfléchir avec notre groupe à comment lui rompre le cou quand soudain mon lieutenant-colonel de l’époque, Patrick Desbrest, surgit et lui coupe la tête en me disant simplement «tiens la fort!».. et me voilà à tenir fermement ce petit corps qui gigote vigoureusement pendant une bonne trentaine de secondeS en aspergeant de son sang tout dans un rayon de 40 cm.

Plumer la bête revient évidemment au chasseur du groupe, Vincent Jay, et nous avons à peine commencé à déguster ce mets délicieux nommé « poule pas cuite au riz pas cuit sans fioritures » (un régal, je vous le conseille..) que le doux timbre chantant de notre instructeur retentit au loin bien avant le terme des 1h: «raaaaaassemblement !!! ».. la dégustation sera pour un autre jour, nous voilà partis pour 5h de zodiac en mer et en pleine nuit, avec pour unique but de reproduire une approche tactique d’une zone de combat par les commandos. En gros: ne pas dire un mot, ne pas tomber à l’eau, s’accrocher à la corde et résister au froid et aux rebonds du zodiac sur les vagues successives sans émettre de son. La méditation militaire, un concept qui fera bientôt fureur!
Raconter tout le stage me prendrais des heures et restera comme une expérience incroyable qui ponctuera à coup sûr nos soirées retrouvailles pendant de longues années!

 

L’info très insolite du jour

‘’Une tête humaine peut rester consciente pendant 15 à 20 secondes après avoir été décapitée.’’
Celle de la poule aussi!

À lundi prochain!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.