Le spectacle de Yohann Métay, “La tragédie du dossard 512” : un succès en tournée nationale

Artiste traileur ou traileur artiste, le comédien Yohann Métay croque avec tendresse, humour, humanité et caricature les travers des traileurs au long cours. Originaire des Deux-Sèvres, celui qui monte sur les planches de plus de 10 ans et chausse les baskets depuis 2006 a créé son spectacle “La tragédie du dossard 512” en 2009. L’accueil du public français est enthousiaste, son créateur est heureux. Entretien.

 

Yohann Metay, vous présentez un spectacle en tournée française, “La tragédie du dossard 512” ou comment moquer tendrement l’univers du trail et des traileurs. C’est votre expérience qui vous a inspiré ?

Oui bien évidemment, j’ai puisé dans mon expérience de l’UTMB et des autres trails pour jouer tout ce qui m’intéressait dans un récit burlesque : la souffrance, le rêve de gloire, le plaisir de l’effort, la solitude etc… Mais à la base, je voulais écrire un seul en scène sur la quête identitaire. Et l’UTMB est venu. J’ai construit le spectacle autour sur les conseils d’une amie qui y a vu un ancrage intéressant pour parler de l’humain en général.

 

 

Vous êtes à la fois l’auteur et le comédien de ce spectacle dont les critiques sont très bonnes. Surpris de l’accueil du public ? 

Oui et non  je savais que ça pouvait être très drôle une telle aventure tournée en burlesque mais je ne pensais pas que ça concernerait autant les non coureurs et les non sportifs. Et c’est vraiment plaisant de voir que tout le monde, finalement, s’y retrouve.

 

C’est vraiment plaisant de voir que tout le monde, finalement, s’y retrouve.

 

Que raconte “La tragédie du dossard 512” ?

Le dossard 512 raconte en surface la course d’un monsieur lambda qui s’est inscrit sur un pari aviné et qui vit la course en en bavant. Et dans le fond, ça raconte ce qu’on cherche tous, à se créer une fiction personnelle pour pouvoir donner un sens à nos vies, devenir le héros, le personnage principal d’une histoire qui nous sorte du commun. C’est l’histoire de l’orgueil qui se lance des défis et du corps qui résiste et puis de l’inverse 🙂

Yohann Metay spectacle

Le parcours de ce traileur est l’occasion pour vous de caricaturer les différents types de coureurs, d’ambiance, de parcours plus ou moins (très très) longs, la diététique ou encore les musiques de départ et d’arrivée. La matière semble inépuisable !

Oui je caricature tout ce qui est moteur d’émotions pour les coureurs, la recherche d’efficacité etc… mais je caricature moins les côtés techniques dans ce spectacle que dans les vidéos d’impro réalisées avec Endurance trails mag pour leur 100e numéro (voir ci-dessous). En effet la matière est inépuisable en fonction de l’endroit où on place la caméra ou de l’attention qu’on donne à chaque détail.

 


Les traileurs se reconnaissent-ils dans ce portrait déjanté ?

Oui, beaucoup de traileurs se reconnaissent, dans les moments de frissons sur la ligne de départ, dans les moments de doutes, l’envie d’abandonner, l’orgueil qui pousse à accélérer etc… Mais ce qui est bien, c’est que les non coureurs se retrouvent aussi dans ces moments en les projetant dans leur propre quotidien

 

Vous insistez beaucoup sur la place importante qu’a pris le trail dans la vie des sportifs le pratiquant impliquant parfois de nombreux sacrifices. Un sentiment ou une vérité du terrain ?

Concernant les sacrifices, je crois qu’il y a tous les profils mais certains deviennent tellement accrocs que leur vie semble parfois passer juste après (famille, temps libre etc) et ça m’intrigue beaucoup, tout en le comprenant.

 

Pensez-vous que devenir un acteur célèbre vous permettra de côtoyer enfin Emilie Lecomte ?

Ah ah… J’espère qu’une fois à Hollywood pour la version long métrage du Dossard 512, Emilie Lecomte me tombera effectivement dans les bras… mais hélas ce sera trop tard, Monica Bellucci y sera déjà (rires)…

 

Les prochaines dates :

  •  Jusqu’au 11 avril au complexe du Rire à Lyon (mercredi et samedi)
  •  19 avril à Labergement -Sainte-Marie (25) à l’invitation du trail de la Vallée du Drugeon et du trail du Mont d’or
  •  23 mai : au Spotlight de Lille
  •  2 juin : à Hirson au centre culturel
  •  26 juin : A Aix en Provence à la Fontaine d’argent
  •  du 5 au 27 juillet au festival d’Avignon, au théâtre de l’observance.

 

Plus d’infos sur la page Facebook de Yohann Métay  et sur le site du comédien 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.