Les biathlètes des groupes d’entraînement A en stage en Haute-Loire

IB

A peine quelques semaines après avoir fini leur saison, les biathlètes du groupe coupe du monde ont repris l’entraînement. Leur premier stage de l’inter-saison s’est déroulé à Beaulieu, en Haute-Loire, du 19 au 24 mai. Nordic Magazine est allé à leur rencontre.

 

Finies les vacances. Après une courte pause, on reprend le collier chez les biathlètes des groupes d’entraînement A, pour le traditionnel stage de reprise, centré sur le tir et la remise en condition physique. Au programme : séances de tir, pour revoir les bases et la précision, vélo, musculation et course à pied. Une innovation cette année : ils ont posé leurs valises (et leur matériel) à Beaulieu, en Haute-Loire (43), afin de profiter des installations indoor uniques en Europe du Tir Sportif Beaulieu Emblavez, et des superbes paysages et sites nature altiligériens par la même occasion.

Cibles du TSBE

Chez les garçons, l’équipe est au complet : Martin et Simon Fourcade, Jean-Guillaume Béatrix, Alexis Boeuf, Simon Desthieux et Quentin Fillon-Maillet participent à ce premier rendez-vous de l’inter-saison.

 

Marie Dorin en version future maman

Côté filles, Anaïs Bescond, Sophie Boilley, Anaïs Chevalier et Enora Latuillière les accompagnent. Même Marie Dorin-Habert, rayonnante avec un “petit bidon” qui nous rappelle que l’heureux événement se rapproche doucement mais sûrement, fait aussi partie de l’aventure. Bien sûr, son entraînement est adapté à son statut de future maman : exit le tir couché et la course à pied, mais elle continue le tir debout, le vélo ou la musculation. Et tant que le corps médical n’y voit pas d’objection, elle compte poursuivre ainsi l’entretien de sa condition physique, avant de passer forcément à une période plus “soft”, pendant laquelle elle se contentera de pratiquer la natation.

Biathlètes au tir

Marine Bolliet, quant à elle, s’entraîne à Anchorage pour, dit-elle, « aborder sa reprise de l’entraînement un peu différemment de toutes ces années passées ». Pour elle, il s’agit là « d’une ‘quête’ personnelle et un besoin de se connaître autrement » pour « trouver les solutions du mental en tir comme en ski avec une démarche à peine plus autonome dans un autre état d’esprit ». Bien sûr, elle rejoindra ensuite l’équipe qui « lui apporte énormément », explique-t-elle sur son blog. Là-bas, elle a retrouvé Marie-Laure Brunet, qui a choisi elle aussi l’Alaska et l’hospitalité de son amie Marine Dusser pour se ressourcer après sa saison difficile.

En ce qui concerne le staff, les biathlètes sont encadrés par Stéphane Bouthiaux, Siegfried Mazet, Julien Robert (qui vient de prendre ses fonctions comme remplaçant de Thierry Dusserre) et Jean-Paul Giachino, secondés par Grégoire Deschamps et Franck Badiou. En effet, le “luthier” de l’équipe de France (lire l’article que lui a consacré Libération en février dernier), vice-champion olympique de tir à la carabine à Barcelone en 1992, a pour mission de leur apporter ses conseils techniques, tous ces “petits trucs”, vus à tête reposée, qui pourront leur permettre d’être plus performants, de faire la différence le moment venu. Et si Franck Badiou a proposé cette structure pour le stage de reprise, c’est parce qu’il en connaît bien tous les avantages : il est lui-même licencié au TSBE.

Franck Badiou et Martin Fourcade échangent sur le pas de tir.

Franck Badiou et Martin Fourcade échangent sur le pas de tir.

A voir : le reportage du quotidien local L’Eveil de la Haute-Loire 

 

L’effet “Jeux olympiques”

Cette année, dans l’ambiance qui règne autour des athlètes nordiques en général, et des biathlètes en particulier, on sent bien que les JO de Sochi sont passés par là. L’effet “double champion olympique” provoque un engouement accru du public. « Partout où on va, on est très sollicités », confie Stéphane Bouthiaux. Il leur faut donc jongler entre les contraintes d’un stage de haut niveau et les attentes de leurs supporters.

Mercredi 21 mai, les enfants des clubs de ski de fond voisins ont eu le privilège d’assister à l’entraînement au tir de ceux qu’ils considèrent comme “leurs champions”.

Les enfants des ski-clubs altiligériens

A la fin de l’entraînement, les biathlètes leur ont volontiers accordé un peu de leur temps précieux pour une séance de dédicaces et une photo de famille. Les jeunes en sont ressortis des étoiles plein les yeux, heureux d’avoir rencontré les médaillés olympiques et leurs camarades. « J’ai été à la place de ces jeunes il n’y a pas si longtemps que ça, donc je suis conscient de la disponibilité qu’il faut avoir », explique Martin Fourcade.

IB

Les biathlètes ont gentiment accepté de poser avec leurs jeunes fans altiligériens pour la photo-souvenir d’une matinée inoubliable.

 


 

Le Tir Sportif Beaulieu Emblavez

Mais quel est donc ce lieu inédit et mystérieux que l’équipe de France a choisi pour ce premier stage ?

Minibus FFS au TSBE

Créé en 1986, le Tir Sportif Beaulieu Emblavez a fait du chemin, notamment depuis son  installation en 2008 sur le site de la route du Pont Blanc, à Beaulieu (Haute-Loire). Exclusivement gérée par des bénévoles, l’association, forte de 286 adhérents, fait découvrir le tir sportif à un nombre de personnes toujours plus important. Elle développe également une école de tir classée première de la région Auvergne et dans le top dix national. Ecole de tir qui compte notamment parmi ses membres Laurence Brize, médaillée en coupe du monde à Munich et qui a participé aux trois derniers JO (Athènes, Pékin, Londres), et Marie Fayolle, médaillée aux Jeux universitaires de Kazan, toutes les deux vice-championnes d’Europe par équipe en Croatie en 2013.

Au cours du stage, les biathlètes ont côtoyé les licenciées du TSBE. Ici Quentin Fillon Maillet avec Marie Fayolle.

Au cours du stage, les biathlètes ont côtoyé les licenciées du TSBE. Ici Quentin Fillon Maillet avec Marie Fayolle.

En 2011, lors de l’organisation du championnat de France des Clubs, 650 tireurs se sont succédé sur le pas de tir de Beaulieu, ainsi que plus de 3 000 personnes sur le site.

Aujourd’hui, grâce à son stand indoor unique en Europe, le TSBE peut désormais accueillir les stages des équipes nationales carabine et pistolet. La structure est composée de trois pas de tir intérieurs, qui permettent donc de pratiquer les disciplines en toute saison : un de 15 cibles à 50 m, un de 40 cibles à 10 m et un pour le tir à 25 m. Les deux premiers sont équipés d’une ciblerie électronique, ce qui apporte aux athlètes un confort supplémentaire. En effet, un moniteur sur chaque tapis affiche les impacts sur la cible, et permet donc au tireur de visualiser son résultat instantanément, sans avoir recours à la traditionnelle lunette d’approche. Un tableau de bord au milieu de la salle reçoit les mêmes informations, et des écrans de télévision permettent au public de visualiser les matchs entre les différents concurrents lors des compétitions.

Le tableau de bord reçoit les mêmes informations que les moniteurs sur les tapis

Le tableau de bord reçoit les mêmes informations que les moniteurs sur les tapis.

Logés au village de vacances de Vorey-sur-Arzon (à une dizaine de kilomètres du stand), les biathlètes et leur encadrement ont été fortement intéressés par la construction en cours d’un parc résidentiel de loisir sur le terrain jouxtant le stand de tir. Il sera composé d’un restaurant, de chalets d’hébergement et d’un gîte de groupe. La conception de cette structure amènera un plus, non négligeable, à l’accueil d’équipes nationales, voire internationales, de tir sportif et de biathlon. Ce concept sera opérationnel en fin d’année 2014.

Les futurs bungalows qui jouxteront le stand pourront accueillir les équipes de sportifs dès la fin 2014.

Les futurs chalets qui jouxtent le stand pourront accueillir des équipes dès la fin 2014.

En savoir plus sur le Tir Sportif Beaulieu Emblavez

 


 

Le Club Nordique de Saint Julien Chapteuil

Qui sont ces jeunes qui sont venus rendre visite à leurs champions ?

Le Club Nordique de Saint Julien Chapteuil, qui est situé dans le Velay (au sud-est de l’Auvergne et aux portes de la région Rhône-Alpes), a fêté ses 40 ans en 2013. Tout d’abord tourné vers une pratique “loisir”, il offre au plus grand nombre d’enfants la possibilité de découvrir le ski de fond sur les massifs du Meygal et du Mézenc.

Depuis 3 ans, la mise en place d’une section sportive au sein du collège Saint Joseph de Saint Julien Chapteuil a permis aux plus motivés de trouver des entraînements annuels. Au programme : VTT, course à pied, ski roues, tir et escalade à l’automne et au printemps (avec la participation au Subaru Summer Mini Biathlon Minimes depuis 2011), tandis que le ski de fond sous toutes ses formes devient l’activité principale dès les premières neiges. Les résultats sont au rendez-vous puisque, au cours des compétitions du programme 2014, Corentin Haon prend la 5e place des championnats de France en minimes 2, et Enzo Charitat la 8e en minimes 1.

Corentin Haon et Enzo Charitat du CN St Julien.

Corentin Haon et Enzo Charitat du CN St Julien.

Cette dynamique positive a eu pour effet d’entraîner dans son sillage le club voisin du Mézenc. En 2014, le CN Saint Julien compte 50 licenciés chez les jeunes de poussin à cadet, et a pour ambition de doubler ses effectifs d’ici 2 ans. La proximité du stand de tir de Beaulieu a permis aux enfants de n’avoir aucun complexe en tir par rapport aux autres comités. Un partenariat judicieux puisque, aujourd’hui, c’est l’équipe de France avec Martin Fourcade qui est venue imiter les enfants, en profitant elle aussi des infrastructures et de l’accueil du Tir de l’Emblavez.

Quelques jeunes du CN Saint Julien et leur coach avec Marie Dorin, sur le Summer Tour 2012 aux Plans d'Hotonnes.

Quelques jeunes du CN Saint Julien et leur coach avec Marie Dorin, sur le Summer Tour 2012 aux Plans d’Hotonnes.

Pour suivre les actualités du CN de Saint Julien sur Facebook

 

 

Photos : Isabelle et Jean-Yves Begon

 

 

 

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.