Les confidences norvégiennes de Maurice Manificat

Capture-d-ecran-2012-07-17-a-07.49.03.png

Maurice Manificat, leader de l’équipe de France de fond, vient d’accorder une interview à la FIS dont il occupe la huitième place au classement de la coupe du monde. L’athlète du ski-club d’Agy  Saint-Sigismond évoque sa préparation estivale, alors même que va débuter, en Norvège, le Blink Festival. « Mon entraînement a jusqu’ici été positif, au printemps et en été », assure-t-il. Contrairement aux années précédentes, il a pris beaucoup de temps pour se remettre de la saison, à la fin de laquelle il a été malade. Cette parenthèse, assure-t-il, lui a fait du bien, « physiquement et mentalement ». En mai, il a repris, mais en douceur et progressivement, avec du vélo en montagne, du fitness, de la course à pied et du roller.

Dans le même temps, il a poursuivi ses études à l’université de Grenoble : « J’ai eu beaucoup de travail entre la fin d’avril et la fin du mois de mai. » Mais il a obtenu tous ses exemans. Il retrouvera les bancs de l’école en septembre.

Ajoutons à son programme les camps, avec les autres tricolores, à La Rosière puis à Ramsau et, enfin, la Norvège. Dernièrement, il a été heureux de passer un peu de temps avec son club aux Plans d’Hotonnes : « Il y a des jeunes talentueux, mais le chemin est long et difficile pour arriver au haut-niveau. J’ai essayé de leur expliquer qu’il fallait travailler dur, avoir de l’ambition et davantage penser aux efforts qu’aux résultats. »

« Mon corps a bien répondu à toute cette charge physique et je sens que je réussis mieux les entraînements qu’avant », perçoit Maurice Manificat.

La suite du programme”

382415_124874760987425_1129532393_n.jpg« Les paysages de Norvège sont très différents de ma région », décrit le skieur. Selon lui, ils offrent « des conditions parfaites pour le ski-roues. A l’inverse, il y a moins de possibilités pour la cross qu’en France, car il manque la montagne. » 

Cette année, les fondeurs séjournent avec les biathlètes : « Nous allons partager quelques séances avec eux. Peut-être réaliserons-nous une vidéo commune. Puis, il y aura le Blink festival, mais la formation est notre priorité. » Ce qui n’empêche pas de s’amuser.

Après, Maurice Manificat se rendra dans le sud-ouest de la France où vivent ses grands-parents. « Je peux m’y entraîner, dans un paysage encore différent, à basse altitude. » Il a aussi l’envie de courir dans le sable sur la côte Atlantique. Il retrouvera également l’équipe de France pour d’autres séquences, participera aux championnats de France de ski-roues et suivra un stage sur la neige éternelle d’Oberhof. Tous ceux qui le suivent sur Tweeter pourront le suivre à travers les clichés qu’il poste.

Quant au prochain hiver, il se dit impatient d’en découdre aux Mondiaux de Val di Fiemme, en particulier lors du 15 km libre. Il pense aussi au Tour de ski et à la coupe du monde de La Clusaz. « J’espère que l’équipe de France sera forte. »

Photos : Maurice Manificat


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade