Les 5 enseignements de la coupe du monde du Grand-Bornand

BIATHLON – La coupe du monde du Grand-Bornand a rencontré un succès populaire incroyable. Appuyé par un festival des biathlètes français sur la piste.

 

La fête est finie au Grand-Bornand mais la célébration fut grandiose. Et sans doute beaucoup de bénévoles, de champions et de supporteurs sont-ils encore ce lundi matin sur leur nuage après tant de bonheur et d’émotions partagées.

Que retenir de cette coupe du monde française ? Voici notre sélection non exhaustive…

1

  • Un immense succès populaire

50 000 personnes environ ont applaudi les exploits des meilleurs biathlètes du monde. Samedi et dimanche, ils étaient plus de 16 000 dans le stade et autour de la piste pour vibrer avec les bleus mais dans une ambiance très fair-play et bon enfant avec les athlètes des autres nations. « Si le public est moins nombreux qu’en Allemagne, les Français font largement plus de bruit », savourait Quentin Fillon-Maillet. Les audiences sur L’Equipe ont également été exceptionnelles pour ce week-end de biathlon.

Anastasiya Kuzmina (SVK)

Des cloches, des cris, des fans-clubs remontés comme des coucous suisses, des Marseillaises chantées aux arrivées des deux mass-start, l’ambiance fut incroyable pendant ces quatre jours avant, pendant et après les courses sous les chapiteaux. Et les athlètes étrangers n’ont pas manqué de le souligner. De Kaisa Makaraïnen à Laura Dahlmeier en passant par Johannes Boe ou Erik Lesser.

Bref, le biathlon français était reconnu sur la piste pour ses performances, force est de constater que le public français est aussi entré dans les coeurs de biathlètes. Et dans celui de l’IBU qui pourrait programmer un retour régulier de l’étape du Grand-Bornand au calendrier de la coupe du monde ? Pourquoi pas d’autant qu’en termes d’organisation, l’équipe de Yannick Anjouannet a rendu une copie parfaite.

2

  • Justine Braisaz et Martin Fourcade au rendez-vous

Les deux leaders français ont parfaitement résisté à la pression de l’événement. La première en remportant la mass-start, une première victoire dans sa carrière en coupe du monde, avec une aisance et un comportement de patronne sur la piste. La grande classe à seulement 21 ans !

Justine Braisaz (FRA)

Le second en montant trois fois sur le podium… en trois courses à domicile ! Dont une fois sur la plus haute marche pour le plus bonheur de tous les supporteurs. Fourcade avait la rage de vaincre et sa démonstration de joie a fait plaisir à voir sur la ligne d’arrivé ainsi que la grande communion qui a suivi lors de la cérémonie protocolaire.

Martin Fourcade (FRA)

3

  • La belle surprise Guigonnat

Antonin Guigonnat (FRA)

Il a rejoint au dernier moment le groupe destiné à jouer cette coupe du monde, lui le biathlon d’Avoriaz, station située à quelques kilomètres seulement du Grand-Bornand. Fort de ses deux succès en IBU cup la semaine précédente, c’est lui qui a créé la plus belle sensation du vendredi en montant sur le podium du sprint aux côtés de Johannes Boe et Martin Fourcade. Baigné dans une indescriptible émotion, le haut-Savoyard a ensuite tenu son rang sur la poursuite avec une belle 12e place suivie d’une 22e place sur la mass-start.

Conséquence logique, Guigonnat a marqué de gros points au général et devrait poursuivre l’aventure en coupe du monde à Oberhof. Performant sur l’IBU cup, Emilien Jacquelin rejoindra lui aussi le groupe A… duquel pourrait sortir Simon Fourcade. L’aîné de la fratrie, dans une passe délicate, devra lui repasser par la case IBU cup sauf si Martin décide de faire l’impasse sur la première étape de la tournée allemande de janvier.

4

  • Johannes Boe premier opposant

Martin Fourcade (FRA), Johannes Thingnes Boe (NOR)

Il est clairement le grand rival de Martin Fourcade. Avec deux victoires et une deuxième place en France, le Norvégien a été étincelant au Grand-Bornand, là où il y a quatre ans, il avait signé son premier doublé sprint / poursuite. Le protégé de Siegfried Mazet tire vite et bien, réalise régulièrement des temps de ski canon et son duel à très haut niveau avec Fourcade est passionnant. Le cadet des Boe ne sait pas encore s’il sera à Oberhof (tout comme Martin d’ailleurs) et va se laisser quelques jours pour y réfléchir. Il ne pense pas non plus au général de la coupe du monde. La perspective des Jeux olympiques (et la tactique des impasses) va encore ajouter un peu de sel dans cette confrontation exceptionnelle qui fait du bien au biathlon.

5

  • Montée en puissance de Laura Dahlmeier et Anton Shipulin

Laura Dahlmeier (GER)

Lentement mais sûrement, la patronne de la saison dernière Laura Dahlmeier revient à son meilleur niveau : elle n’est pas d’ailleurs pas descendu du podium ce week-end. Deuxième du sprint, vainqueur de la poursuite et troisième de la mass, l’Allemande monte en puissance avant la tournée allemande de janvier et les étapes d’Oberhof et Ruhpolding. Kuzmina a également été impressionnante sur les skis ce week-end…

Anton Shipulin (RUS)

Chez les hommes, la mention bien est partagée entre Simon Desthieux, brillant à domicile avec deux Top 6 bienvenus pour la confiance… et Anton Shipulin. Le Russe, troisième de la poursuite, 6e du sprint et 4e de la mass, prend également date pour la suite de la saison après un début timide. Benjamin Weger le Suisse a lui aussi signé un très bon week-end.

 

Photos : NordicFocus


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.