Les impressions de trois Jurassiennes sur le Tour de ski

Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

Aurore Jean des Rousses (20e), Anouk Faivre-Picon de Pontarlier (33e) Célia Aymonier des Fourgs (8e du prologue) reviennent sur leur Tour de ski. Elles confient leurs joies et leurs moments plus difficiles. Un triple entretien made in Jura à partager sans modération.

Capture-d-ecran-2013-01-11-a-09.10.50.png
Les deux copines Anouk Faivre-Picon et  Aurore Jean dressent des bilans différents de leur Tour de ski (© Agence Zoom).


– Quel bilan général dressez-vous de ce Tour de ski ?
Célia Aymonier : Un bon bilan, avec mon premier top 10 et encore une entrée dans les points en sprint. Après il y a une petite touche d’amertume pour ce 10km classique où je passe complètement à travers et qui empêche la mention “excellent” à mon bilan mais je crois que le contrat a été bien rempli quand même!

Anouk Faivre-Picon : Je ne tire pas un bon bilan, l’année dernière 22e, je voulais faire mieux cette année. Je suis loin de mes objectifs et j’échoue également à 3 places du top 30.

Aurore Jean : Un bilan positif. Je rentre dans mon objectif final que je m’étais fixée en prenant la 20e place. J’étais plutôt en forme, et j’ai pu marquer presque à chaque fois des points sur les courses. Il y a eu du bon et du moins bon, mais à la fois il faut être bon tous les jours, et avec l’enchainement des courses ce n’est pas toujours simple !

– Votre top sportif de ce Tour ?
Célia Aymonier : Évidemment, ma 8e place au prologue, une belle surprise d’entrer dans le top 10 en coupe du monde pour la première fois et sur la première étape du tour.

Anouk Faivre-Picon : Le 15km skate de Toblach / Dobbiaco, même si le temps du jour n’était pas comptabilisé. Je fais la course de l’année et suis à moins d’une minute du meilleur temps!

Aurore Jean : Le sprint skate de Val Münster.

Capture-d-ecran-2013-01-11-a-09.18.58.png

Célia Aymonier a entamé son Tour par un top 10 sur le prologue (© Marcel Hilger)

– Votre flop sportif de ce Tour ?
Célia Aymonier : J’ai été très déçue de mon 10km classique le lendemain du prologue, je partais avec de belles ambitions mais vite anéantis par “un jour sans” comme on dit.

Anouk Faivre-Picon : Le prologue à Oberhof, j’avais vraiment envie de “claquer” le résultat et suis repartie vraiment déçue avec une 49e place. Mais aussi le 10 classique de Val di Fiemme, mes jambes ne répondaient plus !

Aurore Jean :  Le 10 km CL de Val di Fiemme.

– Votre épreuve “feeling” préférée et celle que vous avez détesté ?
Célia Aymonier :  J’apprécie les prologues,ce sont des courses atypiques et après, je ne déteste rien en particulier.

Anouk Faivre-Picon : La montée pour les 2… Coté “feeling” Il faut aller au bout ! je savais que je pouvais marquer les points. C’est une ambiance de fête où tout le monde sur la piste hurle, où la satisfaction des athlètes est marquée sur tous les visages une fois qu’on a franchi la ligne : on a réussi…. Mais en même temps je la déteste ! c’est tellement dur, on se met dans sa bulle pour éviter de penser que l’on a mal aux jambes! Si bien qu’à l’arrivée on entend personne dire “je me suis fait plaisir”!

Aurore Jean : Pas de particularité. J’aime bien toutes les épreuves et les styles.

– La principale difficulté pour boucler un Tour de ski ?
Célia Aymonier :   Le programme étant chargé, je n’ai pris le départ que de 3 épreuves, mais sur ces quelques jours et pour une découverte de ce Tour de ski, le plus dur je pense est l’organisation et les déplacements à gérer en plus des courses.

Anouk Faivre-Picon : Moralement.  Comme les résultats n’étaient pas à la hauteur de ce que j’espérais c’est surtout dans la tête que j’ai eu du mal sur ce Tour de ski.

Aurore Jean : Pour la dernière étape : ne pas regarder le sommet pendant la montée finale pour arriver en haut (juste ses skis sinon ça nous démoralise !) et ne pas penser à ses douleurs aux jambes et bras ! Sinon de bien penser à la récupération qui est la chose primordiale.

– La fondeuse qui vous a impressionné ?
Célia Aymonier : Evidemment, Justyna Kowalczyk, mais ce n’est pas trop une surprise donc je dirais Denise Hermann pour ses grosses performances du début du Tour et Krista LAHTEENMAKI pour sa grosse fin de tour. Du coté des Françaises, la polyvalence d’Aurore, le beau 15km d’Anouk et le prologue de Coraline.

Anouk Faivre-Picon : Aurore Jean, 20e du classement, et aussi polyvalente que le demande ce Tour de ski. Mais aussi Kristin Steira, qui est revenue très en forme pour cette quinzaine.

Aurore Jean : Kikkan Randall au sprint de Val Münster qui s’est baladée jusqu’en finale.

– Une anecdote drôle sur cette dizaine de jours ?
Célia Aymonier :  Les filles ont voulu me faire croire qu’un kiné (que je connaissais pas encore) avait des tocs, qu’il était un peu spécial, enfin je vous laisse imaginer… Heureusement pour moi, leur plan a échoué mais nous en avons bien ri !

Anouk Faivre-Picon : Je les garde pour moi, mais les kinés de l’équipe m’ont beaucoup aidé à rigoler entre les étapes!

– Un adjectif pour qualifier la montée finale ?
Célia Aymonier : J’imagine : HORRIBLE!

Anouk Faivre-Picon : Horrible !

Aurore Jean : Eprouvante.

– Le morceau de musique que vous associez à ce Tour de ski 2013 ?
Célia Aymonier : Je ne saurais quoi dire… peut-être un “FOUS TA CAGOULE”, chanté par le fameux kiné aux tocs 🙂

Anouk Faivre-Picon : Fous ta cagoule de fatal bazouka, parodié avec “finnesse” par Mathieu…

Aurore Jean : Fous ta cagoule (spéciale dédicace à notre kiné Mathieu un vrai chanteur!)