Libération tire à boulets rouges sur les JO de Sochi

Samedi matin, le quotidien français Libération consacre sa “une” aux Jeux de Sochi. « Les jeux du tsar », titre le journal avec une photographie de Valdimir Poutine. 

Samedi matin, Libération fait sa “une” sur les Jeux olympiques de Sochi. le moins qu’on puisse dire, c’est que les journalistes ne sont pas tendres. « Pour son premier événement planétaire depuis la chute de l’URSS, Moscou n’a pas lésiné sur les moyens en s’offrant les JO les plus chers de l’histoire, entachés par des soupçons de corruption à grande échelle », peut-on ainsi lire. 36 milliards d’euros, c’est en effet le montant du budget alloué à l’événement.

Un dossier à charge contre la Russie de Poutine dans Libération.

Un dossier à charge contre la Russie de Poutine dans Libération.

Le journal évoque aussi les mesures prises pour sécuriser les sites : plus de 37 000 policiers et soldats de l’armée de terre seront mobilisés ; la circulation automobile sur le littoral, entre Sotchi et Adler, sera très réglementée ; les eaux et le ciel seront surveillés… En juillet dernier, le chef des islamistes du Caucase russe, Dokou Oumarov, avait appelé à «empêcher par tous les moyens» la tenue des Jeux olympiques. Cette crainte a été accentuée par l’attentat suicide commis le 21 octobre dans un bus de Volgograd par une femme originaire du Daghestan. Le président russe a donc signé il y a quelques jours une nouvelle loi antiterroriste qui pourrait notamment contraindre les familles des auteurs d’attentats à dédommager l’Etat

A lire Libération ce matin et la presse française en général, les dossiers brûlants ne manquent pas : corruption donc  ; exploitation des ouvriers (jusqu’à 60 000 ont pu travailler simultanément) dénoncée par des organisations de défense des droits de l’homme.

Il est également question de la loi controversée qui sanctionne la « propagande » homosexuelle devant mineurs de peines d’amende et de prison, des propos rassurants du président russe : «Nous faisons tout pour que les sportifs, les spectateurs, les visiteurs se sentent bien aux jeux Olympiques, quelles que soient leur nationalité, leur appartenance ethnique ou leur orientation sexuelle».

En fait, plus que les Jeux, c’est Vladimir Poutine qui est en ligne de mire, comme le montre l’éditorial d’Alexandra Schwartzbrod  : « Car un monde dominé par Poutine, c’est un monde où les homosexuels sont traqués, les contestataires envoyés dans des camps de travail, les revenus du gaz et du pétrole siphonnés par la corruption, les libertés bafouées… Les dirigeants européens et américain feraient bien de s’en souvenir : Poutine fait partie de ces joueurs à qui il ne faut jamais céder un pouce de terrain. »

Plus anecdotique, évoque Libération, « les Moscovites peuvent désormais obtenir gratuitement leur ticket de métro s’ils effectuent trente flexions sur une machine dévoilée vendredi dans une station du centre-ville par le Comité olympique russe, qui souhaite promouvoir le sport à l’approche des JO de Sotchi. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.