Lucas Chanavat « content d’avoir débloqué le compteur »

une, ski de fond, Le Grand-Bornand, Lucas Chanavat

SKI DE FOND – Monté sur le deuxième podium de sa carrière (et de sa saison) à Dresden, le sprinteur du Grand-Bornand veut faire le plein de confiance à Planica… avant les Jeux. 

 

  • Lucas Chanavat, vous venez de décrocher votre deuxième podium consécutif en coupe du monde, à Dresden. Comment avez-vous vécu cette finale extrêmement rapide face à Klaebo et Pellegrino notamment ?

J’ai pris beaucoup de plaisir sur cette finale. On est parti fort avec Klaebo, on s’est beaucoup focalisé l’un sur l’autre et c’est peut être pour cela que Pellegrino a réussi à nous surprendre. En somme, je suis vraiment satisfait de ma démarche puisque j’ai joué offensif et tout misé pour la gagne, même si malheureusement ça n’a pas fait pour cette fois.

  • Vous aviez marqué les esprits en remportant la qualification devant Klaebo justement. Est-ce important mentalement de marquer les esprits sur une qualif ?

Oui je pense qu’il est relativement important de faire une bonne qualification car cela prouve que l’on peut être le plus rapide dans l’absolu sur la piste, et ça permet aussi un meilleur choix de poule pour les quarts de finale. Après, (presque) tout est remis à zéro pour les phases finales et tout peut arriver. Même si globalement les meilleurs temps sont souvent sur les podiums.

 

La finale du sprint de Dresden : 

  • Cette troisième place fait suite à votre premier podium sur le Tour de ski, déjà face à Pellegrino et Serguey Ustiugov. Vous saviez que vous aviez les moyens de monter sur la boîte, encore fallait-il le faire. Heureux d’avoir concrétisé ?

Je suis très heureux d’avoir concrétisé sur la piste difficile de Lenzerheide, surtout avec cette finale très rapide. J’étais passé quelquefois à côté l’an dernier et je suis content d’avoir débloqué le compteur assez tôt cette saison.

  • Dans le par équipes de Dresden par contre, tout ne s’est pas passé comme vous le souhaitiez avec des chutes et casses de matériel. C’est aussi un moyen de réaliser que le sprint est tout sauf une science exacte non ?

En effet le sprint n’est pas une science exacte. C’est sans doute ce qui en fait un des principaux attraits de la discipline, et peut être aussi une source de frustration pour les athlètes.

  • Planica sera la dernière escale avant les Jeux pour lesquels vous avez désormais votre ticket. Est-ce un rêve qui se concrétise pour vous avec cette qualification olympique ?

Nous connaitrons les sélections officielles ultérieurement. Quoi qu’il en soit Planica marquera effectivement la dernière étape avant les Jeux. Pour cette « grosse répétition générale »,  il sera important pour nous de répondre présent sur cette coupe du monde.

 

Photo : NordicFocus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.