Marathon de Paris : les anges de Paul Fontaine

C’est la belle histoire du jour. ll est atteint de la mucovicidose et pourtant, Paul Fontaine a disputé le 7 avril le marathon de Paris. A 29 ans, il a parcouru la distance de 42,195 km en 4 h 41 minutes et il a récolté 6625 euros pour l’association “Vaincre la mucoviscidose”. Il n’a pas vécu cette aventure seul. A ses côtés, il y avait toute une équipe : Marc Jouanolou, Laurent Copin, Alicia Magnenot ou encore son kiné, Thibaut Baronian, également membre du team trail Salomon espoir. Ce dernier nous raconte.

 

528682_10151377234072169_1925274450_n.jpg

Thibaut Baronian, Paul Fontaine et Marc Jouanolou.


Parlez-nous de votre rencontre avec Paul Fontaine en septembre 2012. Aujourd’hui, vous l’avez accompagné lors du Marathon de Paris. Comment est né le projet ?

J’ai rencontré Paul au cabinet de kiné, en septembre. Nous nous étions juste déjà croisé durant un de mes stages, mais nous nous connaissions pas. Il m’a alors parlé de son défi, de son rêve. Son projet de courir le marathon m’a tout de suite emballé et nous l’avons mis en place avec l’équipe d’Ensemble au sommet et Marc Jouanolou, un ami coach sportif (Bm Coaching). Le projet s’est donc monté petit à petit et tout le monde était surmotivé !

 

382978_10151422670203580_2115582327_n.jpg

 

Un peu plus de 4h40
pour boucler
les 42 km 195 :
Fabuleux !

 

Comment s’est déroulée la préparation ?

Marc a géré la préparation physique à partir de fin décembre, c’est-à-dire pour les 4 derniers mois. Un grand merci pour le super boulot qui l’a fait. Laurent Copin et Alicia Magnenot d’Ensemble au Sommet ont géré la communication et les liens avec l’association Vaincre la Muco, et aussi la logistique sur place à Paris. De mon côté, j’ai vu Paul 3 à 4 fois par semaine en kiné. A la fois pour la kinésithérapie respiratoire mais aussi pour tous les petits bobos que peuvent avoir les coureurs. A savoir que Paul ne courait pas plus de 30 min en septembre à cause de problèmes tendineux. Nous étions tous la autour de lui pour l’aider au mieux à réaliser ce défi. La préparation s’est bien déroulée dans l’ensemble, malgré les aléas de la maladie.

 

Paul est atteint de mucoviscidose. En quoi dès lors courir un marathon est-il un exploit encore plus grand pour Paul ?

La mucoviscidose est une maladie génétique qui touche tous les organes mais particulièrement les poumons et le système digestif. Paul a aujourd’hui la moitié de ses capacités pulmonaires (55% par rapport à une personne saine). De plus, le traitement est très lourd et contraignant (plus d’une dizaine de médicaments différents et des antibiotiques notamment, parfois en cure intensive) et entraîne donc des complications secondaires comme des problèmes tendineux et/ou intestinaux On comprend vite pourquoi cela relève de l’exploit…

 

Comment s’est déroulée la course ?

Avec Laurent, nous avions décidé de suivre Paul durant ces 42 km. Nous l’avons laissé dans le sas de départ puis l’avons rejoint juste après le départ… Nous faisions les lièvres/porteurs d’eau en quelque sorte, des équipiers modèles pour leur leader ! Comme dit Paul : “Je n’avais qu’à courir, ils s’occupaient de tout”. Jusqu’au 25e km, tout s’est bien passé… Puis au 28e, gros coup de moins bien, avec des genoux qui commençaient à se faire ressentir, les jambes qui se sont raidies… Mais nous l’avons poussé, calmé quand il s’emportait, rassuré, et il a tout donné pour franchir cette ligne d’arrivée ! Il a une force extraordinaire. Un peu plus de 4h40 pour boucler les 42 km 195 ! Fabuleux !

 

64488_10151377598287169_1205249216_n.jpg

 

L’émotion est très forte
à l’arrivée. Paul dans
les bras de Thibaut 


A l’arrivée, vous vous êtes jetés dans les bras l’un de l’autre. Qu’avez-vous ressenti à ce moment ?

J’ai eu des frissons toute la course… Oui les derniers mètres ont été remplis d’émotions ! Six mois d’intense préparation qui s’achevaient là en beauté, un message fort venait de passer, un immense message d’espoir. Je suis fier de lui, de ce qu’il a fait. On s’est félicité et remercié mutuellement après la ligne… On y croyait, on l’a fait ! Le sport, le partage des passions apportent des émotions tellement fortes, tellement belles. Cette course restera gravée à vie en nous !

 

Envie d’accomplir une nouvelle aventure aussi forte émotionnellement ?

Bien sûr ! C’était excitant pour tout le monde ! Une telle aventure ne peut qu’en amener d’autres ! Mais pour le moment, je vais me reconcentrer sur mes prochains objectifs que sont le Lyon Urban Trail et le Trail des Forts, toujours sous les couleurs de Vaincre La Muco !

 

Envie de faire un don, cliquez ici.