Marie Dorin-Habert : « Je reviendrai quand je serai prête »

Présente à Arçon ce week-end, la jeune et rayonnante maman Marie Dorin-Habert nous a accordé un entretien en marge du biathlon summer tour. Elle trépigne de reprendre la compétition mais sait qu’elle doit d’abord prendre le temps de récupérer complètement de son accouchement…

 

Marie Dorin-Habert, vous voilà de retour sur un site de compétition : envie de remettre un dossard ?

Bien sûr que ça donne envie mais ce n’est pas encore le moment pour moi ! Je viens surtout pour que le papa Loïs voit sa fille car il rentre d’un stage à Oberhof et surtout parce que ça me fait plaisir de revoir tout le monde sans oublier que la marraine d’Adèle habite ici.

 

Avez-vous trouvé votre rythme au niveau de l’organisation familiale ?

Non pas encore (rires) ! On essaye, on teste des trucs mais ce n’est pas évident. En plus, je suis une grosse dormeuse qui n’aime pas être réveillée la nuit… C’est une organisation à trouver, optimiser le temps au mieux, ça change beaucoup de choses !

 

Avec ses amies Marie-Laure Brunet et Anaïs Bescond.

Avec ses amies Marie-Laure Brunet et Anaïs Bescond.

Vous avez repris, sans franchement l’avoir quitté finalement, le chemin de l’entraînement…

Oui, mais je trouve que l’entraînement était plus simple quand j’étais enceinte. Après l’accouchement, je ne retrouve plus mon corps d’avant : les tendons sont très lâches, le bassin encore un peu ouvert, ça change beaucoup de choses sur les skis et c’est pour ces raisons que je dois y aller doucement… même si j’ai envie de m’entraîner plus. Il faut que je prenne le temps de bien remuscler en profondeur, de récupérer complètement : j’essaye de me calmer car sinon, je vais droit à la chute.

 

L’idée, c’est de prendre le temps mais je veux renouer avec la compétition cette année

 

Comment voyez-vous la suite de la saison pour vous ? Imaginez-vous  un retour via la coupe de France avant la coupe du monde ?

Oui, ce serait ça : une montée en puissance progressive sans doute en décembre. Pour l’instant, le ski c’est en mode tout doux sur des séances d’une heure, très lentement. Je vais ensuite intégrer des intensités, de la musculation…

Ensuite, je voulais absolument revenir sur l’étape d’Oberhof maintenant, je me dis que je reviendrai quand je serai prête. Je n’ai pas envie de me blesser. Cette année, c’est une saison entre deux, j’imagine plus être au top pour l’an prochain. Ce serait dommage de couver une grosse fatigue qui ne se répare pas ou une blessure. Après, on verra bien en termes de résultats ce que ça donnera… L’idée, c’est de prendre le temps, d’avoir plus de temps que les autres pour préparer les mondiaux par exemple ! Je veux renouer avec la compétition cette année, sans me fixer d’objectifs sportifs.

 

Vous avez un peu échangé avec les mamans du circuit international ?

Oui, mais beaucoup ont arrêté et chaque cas est différent en fonction de la date de l’accouchement. J’ai bien discuté avec Liv Grete Poirée ou avec Flatland, mais contrairement à elles, je ne vais pas passer par une saison blanche. J’ai fait la saison dernière et ferai cette fin de saison. On va s’organiser !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.