Marie-Laure Brunet en pleine préparation dans les Pyrénées

Marie-Laure_Brunet.jpg

Marie-Laure Brunet n’ira pas à Londres. « C’est génial de suivre les jeux, j’aurais adoré m’y rendre, malheureusement je ne m’en suis pas occupée suffisamment tôt. C’est derrière ma télé que je vais supporter l’équipe de France Olympique et écouter avec attention les différentes interviews », regrette-t-elle dans un message publié sur son site.

N’imaginez pas la biathlète sur son canapé toute la journée à regarder les JO. « Nous sommes déjà à la fin du mois de juillet, ce qui signifie que la préparation physique bat son plein et que nous sommes dans une des périodes les plus difficiles de l’année. C’est pourquoi chaque jour de repos doit être mis à profit pour se refaire une santé. » C’était le cas hier, dimanche, avec les rencontres amicales dans les Pyrénées qu’elle affectionne.

Après mes courses du Blink festival, Marie-Laure Brunet était très déçue. « Mais je relativise car j’ai de très bonnes sensations à l’entrainement depuis le printemps, les meilleures depuis longtemps, nuance-t-elle. Je sens que je progresse et que je tire bénéfice des séances. » Elle cite Thierry  Dusserrre: « Le compte à rebours  est lancé ».

Le grand public ignore tout le travail effectué par les skieur pendant l’été. L’absence de neige leur fait croire que la période est au repos. « Par expérience je sais que chaque entraînement, chaque séance bien faite permet de renforcer l’édifice, mais n’oublions pas qu’il nous reste encore quatre mois avant le lancement de la saison et que pendant ce laps de temps il va y avoir du pain sur la planche ! »

Photo : page Facebook de Marie-Laure Brunet (ici au sommet du Carlit, 2921 mètres)