Martin Bourgeois-République : «au delà de mes espérances»

Ski nordique, combiné nordique, saut à ski, ski de fond, biathlon, coupe du monde, Norvége, France
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

BIATHLON – Martin Bourgeois-République a remporté le titre individuel sous les flocons lors des championnats du monde junior de biathlon. Quelques minutes après avoir reçu sa médaille d’or, il se confiait à Nordic Magazine

 

  • Martin, vous voilà champion du monde. Pourtant, les conditions n’étaient pas faciles aujourd’hui ?

Oui, clairement les conditions n’étaient pas faciles, il a beaucoup neigé. Moi, j’ai fait la moitié de ma course sous la neige battante avec les lunettes pleines de neige dans les descentes, on n’y voyait plus rien. Puis ça c’est calmé et la fin de course a été un peu plus agréable.

  • Dans ces conditions, comment avez-vous trouvé la piste ? 

C’est une piste très dure avec beaucoup de bosses et beaucoup de dénivelés. Pour la glisse, heureusement, il y avait une trace au milieu qui était un peu lustrée donc ça ne glissait pas trop mal. Et puis les techniciens ont fait du gros travail, nous avions vraiment de bons skis.

 

C’est un format qui me réussit bien.

 

  • Déjà sur le podium à Lenzerheide, médaillé de bronze en Jeunes l’an dernier, c’est un format qui vous convient bien ? 

Oui, c’est un format que j’apprécie. C’est une course longue où on a le temps ! J’essaye toujours de ne pas partir trop vite pour en garder pour la fin. Et puis c’est un format qui me réussit bien, qui demande des qualités au tir. Nous avons de bons exemples avec des athlètes comme Quentin Fillon-Maillet dont j’essaye de m’inspirer.

Ski nordique, combiné nordique, saut à ski, ski de fond, biathlon, coupe du monde, Norvége, France

  • Quand vous franchissez la ligne, la course est loin d’être terminée. Quel était votre état d’esprit ?

J’avais le dossard 30, et il y avait presque tous les favoris qui partaient derrière. Donc, quand je passe la ligne je me dis qu’avec un 19/20 ça peut le faire pour la cérémonie des fleurs (qui récompense le top 6, ndlr). Mais je ne pensais vraiment pas à la victoire.

 

Honnêtement gagner ici aujourd’hui c’était un peu inespéré.

 

Pendant ma récup, je faisais des tours à skis et les techniciens étaient sur le datacenter de l’IBU qui permet de suivre la course, donc ils me donnaient des infos. Jean-Pierre (Amat, le coach de tir de l’équipe junior, ndlr) me renseignait aussi sur les écarts. Et quand j’ai su que j’avais gagné, c’était énorme ! Honnêtement gagner ici aujourd’hui c’était un peu inespéré. Je me retrouve face à des garçons qui sont devant en IBU Cup et contre qui je n’avais jamais couru !

  • En tout cas, voilà qui lance de la meilleure manière vos championnats du monde ?

Je ne vais pas dire qu’ils sont déjà réussis, mais c’est presque ça (rire)…

  • Et maintenant que vous avez reçu votre médaille d’or, vous pensez à quoi ? 

Là, tout de suite, je pense au reste de l’équipe qui m’attend … j’ai reçu ma médaille et une énorme coupe, je sors de la conférence de presse et j’attends le contrôle anti-dopage, et toute l’équipe m’attend… Pour eux, ça doit être long !

Photo : IBU 

Ski de fond, ski nordique, biathlon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.