Maurice Manificat : «Je suis rassuré»

On l’a quitté fiévreux à Lillehammer. Maurice Manificat était de retour aujourd’hui pour le 15 km skate de Davos. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a réussi son retour. Il termine dans le top 10. Entretien.

 

Après le 15 km skate de Davos et votre top 10, êtes-vous rassuré ?

Je suis rassuré après cette course qui me tenait à cœur. Certes, ce n’etait pas à La Clusaz, mais on a eu de la chance de pouvoir courir, grâce à l’organisation de Davos. La veille,e si on m’avait dit que je jouerai le‎ podium et que je ferai 8e à 15sec, j’aurai signé de suite. Après ma crève, j’etais dans l’incertitude, sans trop de repères. Je n’avais encore marqué aucun point en ce début de saison, il fallait remédier à cela.

 

Justement que vous est-il arrivé à Lillehammer ?

Dans la nuit du mercredi au jeudi précédent les épreuves, je me suis senti tout chaud, fatigué avec mal à la gorge. Dans la journée, la fièvre est montée, tout a empiré. Avec François [Faivre, entraîneur, ndlr.] et notre médecin, on a pris le décision qu’il‎ fallait rentrer pour guérir rapidement, et me mettre au repos. C’etait le bon choix car j’ai eu une grosse bronchite, été sous antibio une semaine. J’avais les voies respiratoires complètement encombrées. J’ai pû reprendre l’entraînement et faire une bonne semaine de ski chez moi dans l’optique de revenir pour ce week-end. Le premier week-end de Davos, c’etait trop tôt, ma respiration se faisant encore bien mal.

 

Jusqu’aux derniers kilomètres, vous figuriez parmi les meilleurs chronos. Votre course semble avoir  été plus compliquée sur la fin du parcours. Quelles ont été vos sensations ?

J’ai eu la sensation de faire une course régulière, avec de bons skis, j’ai skié assez proprement. Au vu des intermédiaires, je pense que les Norvégiens qui étaient soit derrière soit dans les mêmes temps, ont mis un coup d’accélération après le 12,8 km qui est une partie plus plate avec des virages serrés, ayant le profil sprinteurs (Gloeersen, krogh, Northug) ils ont dû apprecier. Il m’a manqué un peu de rythme gestuel dans certaines bosses et de puissances sur ce plats.

 

 

 J’aimerais réitérer le tour 2012, voire faire mieux.

 

 

Deux Français dans le top 10 : cela est-il de nature à créer une dynamique dans le camp tricolore ?

Je dirais même 5 français de le top 30, à marquer des points. Oui, cela va créer une dynamique d’equipe et renforcer les individualités. Que du positif avant le tour de ski notamment.

 

Comment voyez-vous la seconde partie de votre saison ?

Le Tour de ski est la première échéance à venir, c’est le 2e tiers de la saison.‎ J’aimerais réitérer le tour 2012, voire faire mieux. Aujourd’hu,i il m’a manqué des courses, mais peut-etre que cela me sera bénéfique pour la suite. J’aimerais avoir de la fraîcheur sur ce tour. Puis arrivera le temps de préparer les championnats du monde de Falun, le gros objectif. Une autre affaire. Chaque chose en son temps.

 
Photo : Christophe Pallot/Agence Zoom

 


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.