Meilleur dameur de France : et le titre est attribué à…

Colline des Bains, Villard De Lans
Ski nordique, ski de fond, saut à ski, combiné nordique, biathlon, coupe du monde, FIS, Ski, hiver, Nordic Magazine, vainqueur, ski, saut à ski,

SKI NORDIQUE – Le championnat de France des conducteurs d’engins de damage s’est déroulé cette semaine sur la Station des Rousses. En nordique, c’est le site de la Colline des Bains, à Villard-de-Lans qui a décroché le titre.

 

 

Le championnat de France des conducteurs d’engins de damage est une épreuve organisée par Kassböhrer, le fabricant autrichien. Nommé “challenge Pistenbully”, du nom de série des machines, il existe depuis 24 ans et change de site à chaque édition.
Jusqu’à aujourd’hui, il n’était jamais venu dans le Jura, faute d’un site possédant suffisamment de machines pour l’organiser. Mais depuis la reprise du domaine suisse de la Dôle par la station des Rousses, la situation a changé. Sous l’impulsion de Michel Bouveret, longtemps responsable du damage pour les Rousses, l’édition 2019 a été organisée sur les pistes de la station jurassienne, à la porte du Balancier, sur le massif des Tuffes.
Colline des Bains, Villard De Lans

Nommé “challenge Pistenbully”, du nom de série des machines, le championnat existe depuis 24 ans.

Au programme d’une première journée très chargée, mercredi 20 mars, les 54 équipes de deux dameurs alpins et les 16 dameurs nordiques, qui jouent eux en solo, ont exercé leurs talents en douze épreuves et autant de machines de damages différentes.
Rien à voir pourtant avec leur travail quotidien, si ce n’est la dextérité et la douceur dans le maniement des commandes : pêche au canard ou jeu de quilles, beaucoup d’exercices relèvent plus de la fête foraine que de la préparation des pistes. Par contre, naviguer en slalom aux instruments seuls, dans une cabine aveuglée par des bâches, à l’aide du seul système GPS “snowsat”, relève bien de situations vécues par les pilotes : «nous sommes encore loin de véhicules autonomes, mais ce système nous permet de voir les autres engins qui travaillent autour de nous, les canons à neige – il nous indique même l’épaisseur de neige, pour en remonter si nécessaire. Et ça, quelque soit le temps : jour blanc, brouillard, de nuit comme de jour».

La nouvelle machine du CNSNN

En complément de son parc de dameuses, la station des Rousses, site organisateur, a fait appel aux machines du CNSNMM de Prémanon et à la toute nouvelle PB100 du site nordique voisin de La Vattay, une machine aux dimensions spécialement conçues pour les domaines nordiques. La firme Kassböhrer a complété le tout avec trois machines alpines dernier cri. C’est l’un des attraits de cette journée pour les dameurs : tester des machines de dernière génération. Les exercices sont d’autant plus difficiles que ces engins, sous la même robe rouge Pistenbully, ont chacun des systèmes de commande différents, et qu’aucun concurrent, aussi expérimenté soit-il, ne peut les connaitre tous.
Colline des Bains, Villard De Lans

Luc Alphand et le biathlète Martin Bourgeois-République.

L’autre attrait du challenge est pour les pilotes de rencontrer leur communauté. Pour Luc Alphand, parrain du challenge depuis 22 ans, «c’est un événement qui fédère les gens d’un métier de la nuit, un métier assez oublié du public. Quand le skieur standard arrive sur les pistes, il peut voir les moniteurs ou les pisteurs mais jamais les dameurs, et pourtant leur rôle est super important. Du coup, le challenge est l’occasion pour eux de se connaître, et pour moi aussi. Il y a plein de stations que je ne connaissais pas, même en étant français et skieurs. Et l’ambiance est fabuleuse».

Les dameurs sur les skis

Lors de la deuxième journée du challenge, jeudi 21, les concurrents ont dû affronter la neige sur les skis, cette fois, et tous les dameurs ne peuvent pas se comparer facilement avec Luc Alphand, ouvreur de luxe du tracé de l’épreuve alpine. Sans compter que l’organisation avait innové sur le format d’épreuve, intégrant du tir (à la carabine laser) aussi bien en alpin qu’en fond : un format pour le moins inédit.
On a donc pu voir des styles très différents, à l’attaque ou plus large dans les portes, et même au moins un concurrent en télémark et un en snow… En fond, le format était plus habituel, biathlon sprint, même si le tir se faisait seulement en couché et au laser.
Colline des Bains, Villard De Lans Colline des Bains, Villard De Lans Colline des Bains, Villard De Lans
Au terme de ce championnat 2019, c’est la station de Risoul qui remporte le lot du vainqueur en alpin, et le site de la Coline-des-Bains (Villard-de-Lans) en catégorie nordique. Ils auront droit à une Pistenbully, prêtée durant un mois pour la saison prochaine – un lot appréciable pour tous les domaines, même les plus importants.
La prochaine édition du challenge aura lieu dans deux ans. Le site hôte sera annoncé l’année prochaine, lors du prochain salon mountain-planet , à Grenoble.

Résultats

Alpin
  1. Risoul (Benoit Bachenet – Valentin Fisler)
  2. Le Grand Bornand (Valentin Larderet – Sébastien Diamani)
  3. Le Sauze ( Christian Bourillon – Richard Esmieu)
  4. Collet d’Allevard (Pierre Lambert – Paul Keller)
  5. Alpe d’Huez (romain Cordier – Romain Ducrey)
Nordique
  1. Colline des Bains, Villard De Lans (Ismaël Repellin)
  2. Plateau de Retord (Ronan Colnot)
  3. Corrençon en Vercors (Fabrice Arnaud)

 

Photos : Laurent Mérat

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.