Mes premières : Benoît Chauvet

Premières

Benoît Chauvet, l’un des tout meilleurs skieurs longue distance, a fait du judo avant de chausser des Jarvinen.

 

Première paire de skis ?

Ma première « véritable » paire de skis, du moins celle qui m’a marquée, ce sont des Jarvinen. J’étais au club de Villard-sur-Boëge, et les skis nous étaient prêtés. A l’époque, Daniel Desjacques avait quelques paires de la marque, et bien que le matériel étant assez vieux, j’étais ravi d’avoir ces skis aux pieds.

Première victoire ?

Pas évident tout ça, il faut faire travailler les méninges. Alors si je me souviens bien, c’était à l’occasion d’une nocturne au plateau de Plaine Joux, je devais être en Benjamin.

Premier site nordique ?

Le plateau de Plaine Joux, sur les hauteurs de la Vallée Verte. Superbe site nordique, qui a malheureusement vu disparaître sa fameuse « piste noire » qui faisait le tour de la pointe de Miribel.

Premier sport pratiqué ?

En club, le… Judo ! Eh oui, j’ai été ceinture jaune première barrette. J’ai dû arrêter suite à une chute d’un arbre et une vertèbre fragilisée. Dommage, j’aurais donné du fil à retordre à Teddy Riner.

Première émotion sportive forte ?

Podium à la finale des foyers. Les finales des foyers étaient de grands moments pour les jeunots que nous étions. C’était (et c’est toujours) le gros rassemblement de la région.

Première coupe du monde (ou compétition internationale) ?

Première coupe du monde à Cogne, en 2001. Sur une piste enneigée entièrement au canon à neige, je fais deux jolis premiers tours, à me battre pour la 40e place, puis je craque dans le dernier.

Premier modèle ou idole ?

Mes parents, forcément.

Première voiture ?

Une jolie 4L fourgonnette blanche, deux places, quatre vitesses. Un vrai régal à conduire, avec des pointes à 110 à l’heure sur l’autoroute, c’est pas rien !

Première grosse bêtise ?

Moi, des bêtises ?! Vous n’avez jamais vu l’auréole au-dessus de ma tête ?

Premier entraîneur ?

L’immense Daniel Desjacques. Un très grand monsieur, qui s’investissait corps et âme dans le ski de fond tout en étant bénévole.

Premier sponsor ?

Mes parents aussi, forcément. Je pense que je leur ai coûté pas mal d’argent, avec tous ces déplacements en course dans mes jeunes années. Sinon, côté bandeau, c’était Ramus Industries.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.