Mes premières : Lucas Chanavat

Premières

Pour passer son bac, le fondeur du Grand-Bornand Lucas Chanavat n’a franchement pas fait comme tout le monde !

Première paire de skis ?

Ma première paire de skis c’était des patinettes que l’on donne aux bébés qui savent tout juste marcher et dont je ne me souviens plus très bien. En revanche, une des paire de skis qui a marqué mon enfance reste une paire de Fischer: les “jibskate” (bispatulé pour faire du freestyle avec).

En fait, en minime, Yann, mon coach du Club du Grand Bornand avait parié avec moi sa paire de jibskate. L’enjeu était de faire un podium aux championnats de France minime, il s’est avéré que ce fut le cas et il a tenu parole en me donnant le précieux cadeau.

Première victoire ?

Je me rappelle d’une course quand j’étais tout petit. Au départ je rêvassais en regardant le ciel (à cette époque je voulais devenir astronaute), je n’ai pas entendu le coup de feu et je me suis retrouvé tout seul sur la ligne. Je suis finalement parti et je me souviens avoir pu remonter tout le monde pendant la course.

Premier site nordique ?

Mon premier site nordique est le même que le lieu de ma naissance: mon village le Grand Bornand !

Premier sport pratiqué ?

J’ai commencé par pratiquer le ski de fond en Club, avec du Judo en parallèle pendant quelques années.

Première émotion sportive forte ?

Je me souviens très bien de la médaille olympique de Roddy Darragon. Je n’avais pas pu suivre la course mais lorsque je l’ai appris, ça été un super moment..

Première coupe du monde (ou compétition internationale) ?

La première épreuve mondiale qu’il m’a été donné de faire, fut les Championnats du monde Junior à Val di Fiemme. J’ai connu là bas un vrai ascenseur émotionnel puisqu’après avoir remporté la qualification du Sprint (où j’étais en très bonne forme) j’ai été éliminé pour rien en quart de finale après avoir cassé mon bâton.

Premier modèle ou idole ?

J’ai toujours eu quelques idoles. Principalement des personnes qui développaient des valeurs dans lesquelles je me retrouvais, à l’instar de Mohammed Ali qui restait une légende même en dehors du ring.

Première voiture ?

Concernant la première voiture c’est très récent. En fait après avoir recherché sur les sites de ventes d’occasions pendant un an, j’ai enfin trouvé la voiture que je voulais. Elle ne fait pas spécialement parti des fantasmes des personnes de mon âge. C’est une fourgonette (pour éviter la marque !) pour pouvoir mettre tout ce que je veux.

Première grosse bêtise ?

Je n’ai jamais fait beaucoup de bêtises, en tous les cas je me rappelle d’une. C’était pendant le Bac un soir avec un pote, on est monté sur le toit (plat) du Lycée pour regarder le couché de soleil. Seulement quand on a voulu redescendre le proviseur qui habitait juste à côté est sorti de chez lui en hurlant (et en chemise de nuit). Bilan : viré de l’internat la veille au soir du Bac de maths.

Premier entraîneur ?

Mon premier entraineur a été Jean Paul Favre au pré-club du Grand Bornand. Je pense qu’il a eu un rôle essentiel dans la construction du Club, puisqu’il a transmis à beaucoup de génération, comme à moi, sa passion pour le ski.

Premier sponsor ?

Comme beaucoup mon premier sponsor a été la grande entreprise, souvent la même pour tous : “Papa Maman”. Plus concrètement mon premier sponsor a été le Grand Bornand, ainsi que Fischer qui me suit depuis les débuts.


Retrouvez cet article et bien d’autres sur l’application de Nordic Magazine.
Pour plus d’informations, cliquez sur la bannière ci-dessous :

Ski nordique, ski de fond, biathlon, combiné nordique, saut à ski, hiver, coupe du monde, Martin Fourcade


 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.