Nicolas Martin : «ici, il y a une ambiance de fou»

22e samedi et 36e dimanche, Nicolas Martin, le combiné des Contamines Montjoie, fait le bilan de son week end de coupe du monde de combiné nordique dans le Jura.

 

Comment s’est passée la course ?

C’était dur, plus dur qu’hier, c’était plus long, avec plus de tours, et la piste était moins glissante. Après je partais avec des gros fondeurs, il y avait Alessandro Pittin, des gars qui vont forts. Je me suis dit, « tu t’accroches et après tu verras bien, tu finiras comme tu pourras ». Je tombe dans le dernier tour, dans une bosse, donc je perds le groupe que j’avais réussi à accrocher, c’est dommage. C’est un mal pour un bien. C’est dommage de ne pas avoir pu courir avec Sam (Guy) (NDLR : ils devaient courir ensemble sur le team sprint initialement prévu). Nous sommes en sport individuel, mais quand nous sommes en équipe, c’est trop cool. Nous ne sommes pas en compétition l’un contre l’autre, ça plutôt dans une bonne émulation. Après de courir aujourd’hui en Team, cela aurait pu nous permettre de marquer des points. Comme je ne suis pas encore dans les meilleurs, cela m’aurait permis d’avoir une échelle en plus. Et puis, au final peut-être de pouvoir garder une place en plus pour l’année en coupe du monde.

 

Le bilan de ce quatrième week end de coupe du Monde de la saison est quand même positif.

En effet, les points positifs, c’est d’avoir passé les qualifs, retrouvé de la confiance au tremplin et marqué des points. Après le point à travailler, ça va être le ski de fond. Il faut que je m’impose dans ces groupes, que j’arrête de laisser les gens, que je me mette dans les trois premiers. La course d’aujourd’hui m’a bien dérouillé, elle me donne de la confiance pour la suite.

 

Le reportage de France 3 Franche-Comté ce dimanche :

 

C’est facile à gérer de courir à domicile ?

Ici, aussi, il y a une ambiance de fou, c’est vraiment bien et en même temps difficile. Nous ne nous entendons pas respirer, donc cela nous fausse un peu les idées, mais c’est cool. Après, ce n’est pas la première année que nous venons à Chaux Neuve, nous savons qu’il faut en profiter, mais ne pas se disperser. Par exemple, à l’entrainement, nous mettons le cardio fréquence mètre, pour arriver à voir régulièrement si nous ne sommes pas trop haut, si nous ne nous échauffons pas trop vite. Et justement, ne pas partir trop vite, ne pas se laisser emporter par tout ce public. Mais quand c’est dur, c’est cool parce que l’on sait que tous les cent mètres, il y a quelqu’un que l’on connaît sur le bord de la piste.

 

Et la suite ?

Je ne sais pas. Nous allons ce que les coachs vont dire. C’est vrai que j’aimerais bien aller à Seefeld le week-end prochain. Ensuite, nous ne savons pas si Jason, Sébastien, François et Maxime vont monter. S’ils n’y vont pas, cela sera peut être à nous. Donc là, l’objectif serait de continuer à marquer des points. Après on verra.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.