Nicolas Michaud, invité exceptionnel de Nordic Magazine (3/4)

Aujourd’hui, Nordic Magazine publie une longue interview de Nicolas Michaud dans laquelle le directeur national du ski nordique à la Fédération française de ski dresse le bilan de la saison 2012-2013 sans langue de bois.

downloader-9.php.jpeg

François Braud, Jason Lamy Chappuis, Nicolas Michaud, Jérôme Laheurte
à Chaux-Neuve (Photo : Alain Grosclaude/Agence Zoom)


Nicolas Michaud est directeur national du ski nordique. Le Jurassien est l’invité exceptionnel de Nordic Magazine tout au long de la journée. Il nous a reçu dans son bureau de Prémanon, mardi matin. Les exploits de Martin Fourcade et Jason Lamy Chappuis, l’hiver compliqué de Maurice Manificat et Marie-Laure Brunet, les difficultés du saut tricolore… Tous les sujets sont abordés sans langue de bois.

 L’interview sera publiée en quatre parties. 

 

SOMMAIRE

8 h : Un hiver prometteur pour Sochi
12 h : Martin Fourcade : son avenir en équipe de France 
15 h : Les secrets de Jason Lamy Chappuis
18 h : Maurice, Marie-Laure, Vincent : ce qu’on attend d’eux 

 

Les secrets de Jason Lamy Chappuis

downloader-10.php.jpeg

La France championne du monde : Nicolas Michaud
laisse exploser sa joie (Photo : Christophe Pallot/Agence Zoom)

Autre exploit historique : Jason Lamy Chappuis, Sébastien Lacroix, Maxime Laheurte et François Braud ont décroché l’or par équipe des Mondiaux de Val du Fiemme. On vous senti ému. Qu’avez-vous ressenti ce 24 février ?
Jason nous a déjà procurés beaucoup d’émotions et de sensations. Que les trois autres s’accrochent des médailles autour du cou, c’est une grande joie. A l’arrivée, j’ai croisé les parents de Sébastien, François et Maxime, je les ai vus en pleurs, j’ai pleuré également. Ils ont vécu des contextes pas forcément faciles, eux aussi étaient enfin récompensés. Ensuite, nous attendions ce relais, nous avons si souvent terminé à la quatrième place. Ce n’est pas facile à vivre. A Vancouver, il a fallu crever l’abcès. Pour la première fois, il y avait des tensions profondes. Val di Fiemme a permis d’évacuer. Le staff aussi voyait son travail payer.

Aux Mondiaux, Jason Lamy Chappuis a encore prouvé qu’il était un athlète d’exception : il est devenu le premier à remporter quatre médailles dont trois en or, dans un même championnat du monde. Vous qui l’avez entraîné, dites-nous quel est son secret ?
Il arrive encore à me surprendre, même si je dois avouer qu’on s’habitue à ses exploits. Ce qu’il réussit à Val di Fiemme, est énorme. Plus on lui demande des responsabilités, plus il en a prend. Il le dit : « la pression, j’en ai besoin ». C’est le cas de peu d’athlètes. Il a un recul terrible, malgré son palmarès. En dehors du contexte sportif, quand il rencontre des gens, il s’intéresse à eux. Les choses de la vie le touchent plus que ce qu’il réussit sur les skis.
Au début, je pensais que ses réussites étaient liées à son éducation, éducation parentale et éducation sportive. Aujourd’hui, je pense qu’il a reçu tout ce qu’il fallait de dame nature. Il sait gérer des situations qu’il n’a pas pu travailler, auxquelles il n’a pas pu réfléchir, que personne ne lui a apprises. Il y a de l’inné chez lui qui en fait un grand champion.

Qu’il ait perdu le gros globe de cristal, est-ce une déception ?
Sur le moment, cela peut être un regret car il le joue jusqu’au bout. Mais Jason l’a toujours dit : quand il y a les JO ou les championnats du monde, la coupe du monde n’est pas l’objectif. Il y a des impasses à faire. 

> La suite de l’entretien à 18 h.