Restez en contact avec Nordic

Qu'est-ce que Nordic peut faire pour vous ?

Anthony Chalençon, Alexandre Pouyé, para ski nordique, Planica
Anthony Chalençon (FRA), Alexandre Pouyé (FRA) - Para Snow Sports

Ski nordique

Para ski nordique | Anthony Chalençon : « Je me mets beaucoup de pression »

Anthony Chalençon, nordique malvoyant, s’attaquera en mars 2022 à ses troisièmes Jeux paralympiques, les deuxièmes en ski nordique. Il se confie à Nordic Magazine.

Anthony Chalençon visera l’or à Pékin

En mars prochain, le Haut-Savoyard Anthony Chalençon, 31 ans, participera à ses troisièmes Jeux paralympiques à Pékin (Chine). Douze ans après avoir pris part à Vancouver 2010 en ski alpin et quatre ans après l’expérience dorée en relais de PyeongChang (Corée du Sud), le nordique concourant dans la catégorie des malvoyants vise cette fois-ci le plus beau des métaux en individuel. Entretien.

  • On imagine que vous avez dû apprécier de retrouver la neige dans le tunnel de Planica (Slovénie) il y a quelques semaines…

On a effectivement repris les sensations sur les skis. J’ai fait des progrès techniques cet été sur les skis à roulettes que je suis parvenu à retransmettre sur les skis de fond. Je suis vraiment content d’autant que c’était super de retrouver la neige.

Anthony Chalençon, Alexandre Pouyé, para ski nordique, Planica
Alexandre Pouyé (FRA), Anthony Chalençon (FRA) – Para Snow Sports
  • Lors des derniers Jeux paralympiques, en 2018 à PyeongChang (Corée du Sud), vous aviez remporté deux médailles dont l’or en relais : on imagine que l’objectif sera de faire mieux en mars prochain à Pékin…

Ce n’est pas compliqué, en individuel, ma médaille était en bronze, alors j’aimerais bien que ce soit de l’or à Pékin !

« Avoir deux guides, c’est moins sollicitant et lourd pour eux »Anthony Chalençon à Nordic Magazine

  • Qu’avez-vous mis en place avec vos guides et vos coachs pour performer l’hiver prochain ?

Ce qui est nouveau, c’est qu’on a maintenant deux guides, un projet qui a mis trois ans à se concrétiser. Cette année, Brice [Ottonello] et Alexander [Pouyé] seront là tous les deux pour moi. Après, on n’a pas de choses qui se sont mises en place : on bosse un petit peu avec un apnéiste et mon préparateur mental continue à me suivre.

  • Que change pour vous le fait d’avoir maintenant deux guides ?

Si un des deux tombe malade ou se blesse, on a une relève. C’est surtout moins sollicitant et moins lourd pour eux. Quand ils arrivent sur une séance, ils sont plus frais. Avant, Simon [Valverde, son ancien guide, NDLR] faisait tout et était parfois cramé. Et cela me permet de faire plus de séances à l’entraînement avec des guides.

« Il n’y a pas un guide dédié au biathlon et un autre au ski de fond »Anthony Chalençon à Nordic Magazine

  • Comment se fait le choix du guide pour les compétitions ?

La forme du moment priorise sur tout le reste. Si un des guides est un petit peu émoussé sur une partie des Jeux, peut-être que l’autre prendra sa place. On a commencé un petit peu à en parler et il y a des profils de piste et des formats de course qui correspondent mieux à l’un qu’à l’autre. Il n’y a pas un guide dédié au biathlon et un autre au ski de fond.

Benjamin Daviet, Anthony Chalençon, Alexandre Pouyé, para ski nordique, Planica
Benjamin Daviet (FRA), Anthony Chalençon (FRA), Alexandre Pouyé (FRA) – Para Snow Sports
  • L’hiver dernier vous aviez eu quelques soucis au tir : comment avez-vous travaillé dessus cet été ?

J’ai beaucoup travaillé en préparation mentale pour dédramatiser cet aspect du tir où je me mets beaucoup de pression. Je suis très exigeant avec moi-même. Ces deux dernières années, j’ai fait beaucoup de progrès techniques en tir qui ne se sont pas concrétisés en course. On a trouvé des solutions sur des erreurs que je fais fréquemment en modifiant la position. J’ai beaucoup avancé cet été.

« J’ai pu voir que j’étais dans le coup sur les skis, et plus qu’avant »Anthony Chalençon à Nordic Magazine

  • L’année passée, vous n’avez pu vous exprimer que sur un seul week-end en coupe du monde : était-ce frustrant de s’entraîner pour cette seule compétition ?

Cela nous a permis de faire des choses nouvelles comme un 42 kilomètres classique en Italie. Après, même si on a fait qu’un week-end de coupe du monde, j’ai pu voir que j’étais dans le coup sur les skis, et plus qu’avant. Cela m’a conforté dans mes choix.


Les cinq dernières infos

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ski de fond, Biathlon, Saut à ski, combiné nordique, ski nordique, rollerski, coupe du monde, Nordic Magazine
Biathlon, Grand-Bornand, Annecy Le Grand Bornand, Coupe du monde
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine
Evolène
Biathlon, Ski de fond, Saut à ski, Combiné nordique, Ski nordique, Nordic Magazine, Nordic Mag, Saut spécial, fond, Combiné
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine
Ski de fond, Biathlon, Ski nordique, Combiné nordique, Saut à ski, Saut spécial, Nordic Mag, Nordic, Nordic Magazine, Biathlon Magazine

Facebook

A LIRE AUSSI

Biathlon

Pour le deuxième sprint de l'hiver sur le circuit B de la coupe du monde de biathlon, Caroline Colombo a butté sur une Franziska...

Ski de fond

L'équipe de France de ski de fond s'est donnée rendez-vous en nombre sur les pistes italiennes pour la première compétition internationale de l'hiver.

Biathlon

Ce samedi, la coupe du monde de biathlon se lance à Östersund (Suède) où un individuel est au programme.

Ski de fond

Suivez et commentez, avec Nordic Magazine, l'individuel classique hommes de Ruka (Finlande), lieu de la première étape de la coupe du monde 2021/2022 de...

Ski de fond

Samedi, dans le sprint classique de Ruka, Johannes Hoesflot Klæbo a été pris à son propre piège par un jeune Russe, Alexander Terentev.

Biathlon

Alors que la saison de coupe du monde de biathlon débute ce samedi à Östersund (Suède), Emilien Jacquelin explique vouloir s'assagir et gagner en...

Ski de fond

Richard Jouve, quatrième du sprint classique de Ruka (Finlande) vendredi, pour le premier rendez-vous de la saison de coupe du monde de ski de...

Biathlon

Découvrez les listes de départ des individuels d'Östersund (Suède) prévus ce samedi en ouverture de la coupe du monde 2021/2022 de biathlon.