Planète Blanche #4 : Fourcade et son casque, une sacrée histoire

Ski de fond, biathlon, combiné nordique, ski nordique, saut à ski, saut spécial, tremplins, ski, hiver, coupe du monde, jeux olympiques, coupe de France, neige

PLANÈTE BLANCHE – Un nouveau rendez-vous hebdomadaire débarque sur Nordic Magazine. Il s’agit de la Planète Blanche, lieu où se rassemblent tous les sports d’hiver, sans exception.

Toutes les semaines, retrouvez l’actualité – qui se veut le plus exhaustive possible – des sports blancs.

 

Pas de titre pour Fourcade à Prémanon mais… une disqualification !

On pensait Martin Fourcade, après sa démonstration lors de son exhibition annécienne, capable de réaliser le doublé lors des championnats de France de biathlon d’été disputés au stade des Tuffes de Prémanon. Mais cela ne s’est pas passé comme prévu pour le champion français.

Sur le sprint court, Fourcade, parfait derrière la carabine, échoue à 13 secondes de Quentin Fillon-Maillet titré à domicile. Simon Desthieux complète le podium à 29 sec 5.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Nouveau Titre à domicile 🥇🇫🇷! Merci 😊

Une publication partagée par Quentin fillon maillet (@quentinfillon) le

 

Sur la poursuite dominicale, le candidat français au CIO en 2022 croyait l’avoir remporté après un dernier gros effort sur les ski-roues lors du dernier tour pour devancer Desthieux. Or, il a eu un problème avec son casque, et sa carabine, durant la course. Problème l’obligeant à l’enlever pendant un tour. Ce qui est formellement interdit par le règlement. Le jury a logiquement sévi et c’est donc Simon Desthieux qui est sacré champion de France devant Fillon-Maillet et Emilien Jacquelin.

 

 

 

Le doublé pour Simon

Deux courses, deux podiums identiques. Les compétitions féminines ont été dominées par Julia Simon. La biathlète des Saisies a été la plus rapide sur les rollerskis et derrière la carabine pour s’adjuger le sprint court du samedi devant Justine Braisaz et Myrtille Bègue. Lors de la poursuite, les positions sont restées figées.

 

 


 

L’été se termine pour le ski sur herbe et le rollerski…

Après deux mois de compétition acharnée, les spécialistes de ski-roues et de ski sur herbe terminaient leur été de coupe du monde la semaine dernière en Italie. D’un côté, les skieurs estivaux étaient à Schilpario avec l’enjeu de décerner le gros globe masculin. De l’autre, les fous du rollerski se trouvaient dans la Val di Fiemme pour le tour de clôture de la saison, le général étant toujours en jeu chez les hommes comme les femmes.

 

> Premier gros globe pour Bartak, Gerlach s’arrête sur un deuxième général

L’Autrichienne Jacqueline Gerlach, qui avait annoncé sa retraite de skieuse sur herbe à l’issue de l’été 2019, termine sa carrière sur un second gros globe de cristal après celui de 2016. C’est bien simple : depuis les Mondiaux de Marbachegg, où elle a décroché le titre en super-G, la skieuse de Kaprun est invaincue !

Après son grand chelem iranien de Dizin, elle a gagné les 4 épreuves (slalom, super-G, géant, super combiné) des finales de Schilpario. Cet été, l’Autrichienne a tout simplement remporté 13 des 15 épreuves du programme. Bien entendu, elle glane les quatre petits globes. Une démonstration.

 

 

Chez les hommes, c’est le jeune tchèque Martin Bartak, même pas 20 ans, qui lève le précieux et si convoité gros globe de cristal dans le ciel italien. Il devient le premier juniors à réaliser pareil exploit. À la bagarre avec la légende locale Edoardo Frau avant les compétitions de Schilpario, Bartak a réussi à prendre le dessus grâce à une victoire en super combiné, une deuxième place en géant, un cinquième en slalom et une treizième en super-G. Frau, triple tenant du globe et six vainqueurs de celui-ci au total, n’a rien pu malgré de belles performances.

 

 

 

Martin Bartak remporte aussi les petits globes du géant, du super-G et du super combiné ; celui du slalom revient à l’Italien Lorenzo Gritti. Pour les victoires à Schilpario, les Suisses ont été performants (Mirko Hüppi gagne le slalom, Stefan Portmann le géant)… comme l’Italien Mattia Arrigoni vainqueur du super-G. Enfin, la Coupe des Nations est largement remportée par l’Italie.

 

 

 

> Prochazkova reine du rollerski pour la troisième fois de suite, Tanel prophète en son pays

La Slovaque Alena Prochazkova, vice championne du monde de la mass-start à Madona (Lettonie) il y a quelques semaines, remporte son troisième gros globe de vainqueure de la coupe du monde de rollerski après ceux de 2017 et 2018. Elle a su résister au retour de la Suédoise Linn Sömskar, lauréate du prologue, de la mass-start et de la montée/poursuite de l’Alpe Cermis lors de ce tour disputé dans le Trentin.

Prochazkova (3e du sprint et de la poursuite, 2e de la mass-start) garde finalement vingt petits points d’avance sur sa rivale. C’est la Russe Olga Letucheva qui remporte le sprint, seule épreuve que Sömskar a bien voulu laisser à la concurrence.

 

 

Chez les hommes, le suspense était totalement fou avant cette ultime semaine de compétitions. L’Italien Matteo Tanel, le Suédois Victor Gustafsson et le Norvégien Ragnar Bragvin Andresen se tenaient effectivement en cinq points. Seulement, on a vu que l’Italien sur les routes de son pays. Pendant que Tanel remportait le prologue et la mass-start et terminait deuxième sur l’Alpe Cermis, Andresen et Gustafsson sombraient dans les abysses du classement.

 


Le local gagne donc son premier gros globe avec plus de 120 points d’avance sur… le Russe Eugeniy Dementiev, vainqueur de la poursuite. Le Transalpin Emanuele Bracchis gagne le sprint, seule épreuve laissée par les ogres du circuit.

 

 

> Première course FIS de rollerski en Slovaquie


 

Ammann renoue (enfin) avec la victoire

Une Coupe continentale, à Lillehammer (Norvège), était au programme du calendrier des sauteurs le week-end dernier. À 15 jours de l’avant-dernière étape de la tournée estivale des Grands Prix à Hinzenbach et à trois semaines du terme à Klingenthal (Allemagne), les têtes d’affiches n’étaient pas (toutes) présentes dans le comté d’Oppeland.

 

 

Le Suisse Simon Ammann, 38 ans et quadruple champion olympique, en a profité pour remporter la première Coupe continentale de sa vie lors du concours dominical. Le sauteur de Grabs, légende dans son pays, devance avec une bonne marge l’Allemand Pius Paschke et l’Autrichien Clemens Leitner.

La veille, c’était le Polonais Klemens Muranka qui avait gagné, sur un seul saut à cause du vent. À quatre concours de la fin, le Slovène Rok Justin (3e et 4e) est en tête 45 points devant Muranka. Prochain rendez-vous en fin de semaine à Stams (Autriche).

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Pure joy from @windrider1981 in Lillehammer after winning todays COC competition 😁 📸 @ntb_scanpix (Geir Olsen)

Une publication partagée par Hopplandslaget (@hopplandslaget) le

 

Les Bleues dans les 10, pas de manche finale pour les hommes

Une seule compétition féminine a pu se tenir en raison des mauvaises conditions de vent. Lors de celui-ci, c’est la Japonaise Sara Takanashi – une nouvelle fois reine des Grands Prix cet été – qui l’emporte un monde devant ses compatriotes Yuki Ito et Nozomi Maruyama. La combinée norvégienne Gyda Westvold Hansen est en tête du général avant le dernier week-end.

L’Américaine Sarah Hendrickson, 6e, faisait d’ailleurs son grand retour sur les tremplins dix-huit mois après son dernier concours.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Today’s competition was canceled due to wind🌬 But I’m sooo happy in this weekend. Cuz I could see her n take a picture w/ @schendrickson She has always been my desire since longtime ago. Thx Sarah🙏🏽 #teamredbull #skijumping #coc #competitions #in #lillehammer #myidol #sarahhendrickson #saratakanashi Sarah X Sara 昔から今もずっと憧れの存在。 初めてのオリンピックが終わった時、放心状態だった私の両頬を手で挟んで”貴方は強い。必ずまたここに戻って来よう”て 約束しました🤝 今私がここに立てているのも彼女のおかげです。 北京も一緒行けることを目指してがんばろ☺️

Une publication partagée par Sara Takanashi / 高梨沙羅 (@sara.takanashi) le

 

 

Belles performances des Françaises : Joséphine Pagnier est 5e, Lucile Morat 10e et Océane Avocat-Gros 23e. Du côté des masculins (Alessandro Batby, Paul Brasme, Mathis Contamine), il n’y a pas eu de qualification en manche finale mais des performances situées entre la 40 et la 45e place.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Not my weekend ! That the game ..😎 #norvege#lillehammer#continentalcup#skijumpinglife#skijumpingfamily#skijumping#ffs#mc

Une publication partagée par Mathis Contamine (@mathis_ctmskijumping) le

 

Pas de Coupe de la FIS à Park City cet hiver

En voilà une bien mauvaise nouvelle pour le saut à ski américain… L’étape de FIS Cup de Park City, prévue en décembre prochain, est annulée. Le circuit ira, à la place, à Liberec (République Tchèque) en février 2020.

 

 

>>> Roman Koudelka champion de République Tchèque

 

Retours gagnants pour les Japonais Hanyu et Kihira, podiums pour la France

L’Autumn Classic International, épreuve des ISU Challengers Series, a ouvert la saison de patinage artistique à Oakville, au Canada. La superstar japonaise Yuzuru Hanyu l’emporte avec une bonne marge d’avance sur le Français Kévin Aymoz.

Succès de sa compatriote Rika Kihira, irrésistible l’hiver dernier sur les Grands Prix, chez les femmes et des locaux Piper Gilles/Paul Poirier en danse sur glace. Maé-Bérénice Méïté est 7e, le duo Marie-Jade Lauriault/Romain Le Gac 3e.

 

 

 

> Seulement deux sorties l’hiver prochain pour James/Ciprès

Le couple français Vanessa James/Morgan Ciprès ne prendra part qu’à deux compétitions au cours de la saison qui n’en est qu’à ses prémices : les championnats de France (19-21 décembre à Dunkerque) et d’Europe (20-26 janvier à Graz), où ils sont tenants du titre. Ils se ménagent à deux ans et demi des Jeux de Pékin et des Mondiaux de Montpellier.

 

 

La Coupe de France de poussée de bob a eu lieu à La Plagne : Dorian Hauterville sacré

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🥇Victoire à la coupe de France de poussée, La saison est lancée🥇 #bobsled #bobsleigh #teamfrance #teamspirit #sport #winteriscoming #wintersport

Une publication partagée par Dorian Hauterville (@dorian_hauterville) le

 

Humphries de retour sur les pistes en tant qu’Américaine ?

La bobeuse Kaillie Humphries, double championne olympique en tant que Canadienne, veut concourir pour les États-Unis ! Celle qui s’est mariée à Travis Armbruster, un ancien bobeur américain, ce samedi veut que la Fédération canadienne la libère. Elle vient de l’attaquer en justice. Affaire à suivre…

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

To have and to hold from this day forward 💍 #weddingday #happilyeverarmbruster

Une publication partagée par Kaillie Humphries OLY (@kailliehumphries) le


 

En bref…

> Les France 2020 de ski alpin à Val Thorens

La Fédération Française de Ski (FFS) a dévoilé le nom de la station organisatrice des championnats de France 2020 (24 mars-2 avril) de ski alpin. Ils auront lieu à Val ThorensAdrien Theaux sera le local de l’étape, trois ans après. Effectivement, la station savoyarde avait déjà accueilli, en 2017, les épreuves de vitesse des France.

 

 

> Les Bleues du hockey recevront leur monde à Angers, Lyon en D3

L’équipe de France féminine de hockey-sur-glace – qui a participé ce printemps à son premier Mondial Élite, avec une logique relégation au bout de la phase de poules – recevra le championnat du Monde de division 1 groupe A (le deuxième échelon international) à Angers. Ce sera la nouvelle salle angevine, l’ICE PARC, qui accueillera cette compétition.

Les Bleues y affronteront, du 12 au 18 avril prochain, la Suède, l’Autriche, la Norvège, la Slovaquie et les Pays-Bas avec deux tickets pour l’Élite mondiale à la clé.

 

 

La semaine dernière, la FFHG a communiqué au sujet de la situation du club de Lyon, dont la participation en Ligue Magnus n’avait pas été validée par la CNSCG – l’instance de contrôle financier des clubs de hockey – en juillet dernier. Le Bureau Directeur de la Fédération, après une décision défavorable au club lyonnais rendu par la Commission Fédérale d’Appel et une conciliation du CNOSF, a décidé de faire évoluer la formation lyonnaise en D3. La direction du club a saisi, une nouvelle fois, le CNOSF, en urgence.

 

 

> Noël prolonge chez Dynastar et signe avec Red Bull

Faste semaine pour le technicien Clément Noël. Le Vosgien, vainqueur des slaloms de Wengen, Kitzbühel et Soldeu l’hiver passé, a tout d’abord prolongé son contrat chez Dynastar, son équipementier ski. La marque française, sise à Sallanches, garde le joyau hexagonal dans son giron jusqu’en 2022 et les Jeux de Pékin.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🚨It’s official! @clement.noel, 22 years old, extends his partnership with @dynastarskis for a further 3 years until the next Olympic Games in Beijing 2022. ⏩ “It was important for me to sign during the offseason because during the winter we don’t have time to think about it and it allows me to have more free spirit. Knowing that I’m linked with Dynastar for 3 years reassures me and shows the mutual trust that has been built up over the years. My goals for next winter? In Slalom, I hope to continue the momentum of last season even if it will not be easy but I hope to play the leading roles and be regular. In Giant Slalom, I would like to progress and take starts in World Cup, it is one of the priority objectives.” #weliveskiing

Une publication partagée par Dynastar (@dynastarskis) le

 

Quelques jours plus tard, le skieur alpin tricolore annonçait avoir signé avec Red Bull, le mastodonte autrichien. Il rejoint donc, notamment, Dominik ParisPierre Vaultier, Tess Ledeux et Alexis Pinturault dans le team Red Bull.

 

 

> Shipulin élu député

Anton Shipulin, retiré des pas de tir depuis décembre dernier, s’est trouvé une reconversion… politique ! L’ancien rival de Martin Fourcade a été élu à la Douma, l’Assemblée nationale locale, sous l’égide du parti présidentiel de Vladimir Poutine, Russie Unie.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Спасибо большое всем избирателям, которые проголосовали за меня. Позади большой объем работы. Еще больше — впереди. Люди Серовского округа доверили мне право представлять их в Государственной Думе. Моя задача — сделать все возможное, чтобы это доверие оправдать. Моя кампания, которая началась еще в марте, получилась непростой. Но это был новый, абсолютно уникальный для меня опыт. Я близко познакомился с регионом, с людьми, которые здесь живут. У меня впереди два года упорной работы, чтобы проявить себя в политике. Опыт работы в регионе показал, что есть большое количество проблем, которые необходимо решать. Я отдаю себе отчет, что не все в меня верят. За свое время в спорте я привык к тому, что ты должен постоянно доказывать свою профпригодность не словами, а делом. Готов к этому и в политике.

Une publication partagée par Anton Shipulin (@anton_shipulin) le

 

White et Hirano dans le top 20 des Mondiaux de skate

Shaun White, triple champion olympique de snowboard halfpipe, et Ayumu Hirano, deux fois dauphin olympique de la légende, ont participé la semaine dernière aux Championnats du monde de skateboard à São Paulo (Brésil). Il s’agissait d’une épreuve qualificative pour les Jeux de Tokyo, leur objectif commun. Le premier a terminé à la 13e place, le second 17e. La quête olympique s’annonce longue.

 

 

La Visma Challengers s’étoffe (encore), Collet blessé et Jeannerod change de skis

Avec la Visma Ski Classics Challengers, c’est un peu à chaque semaine sa nouveauté. Les organisateurs du circuit privé de ski de fond longue distance ont annoncé en milieu de semaine dernière, l’intégration du Craft Ski Marathon à son programme. Il s’agit d’une course disputée en classique et arrivant à Grönklitt… à 10 kilomètres de Mora, ville-finish de la Vasaloppet.

 


>>> Le Team Jobstation n’est pas en mesure de participer à la Visma l’hiver prochain : Guillaume Bonnafond vous explique, en exclusivité, les raisons


 

Si le fondeur tricolore Martin Collet a été victime d’une rupture du tendon d’Achille au cours de la semaine, Alexis Jeannerod a annoncé une nouvelle plus réjouissante. Le pensionnaire du Team Bauer, jusque-là chez Fischer, change de skis pour passer chez Kästle, marque autrichienne créée en 1924 qui entend bouleverser le marché.

 

 

> Lucile Lefèvre reprend l’activité physique après sa commotion cérébrale

La snowboardeuse tricolore Lucile Lefèvre, une quinzaine de jours après une commotion cérébrale conséquence d’une chute à Saas-Fee (Suisse), a renoué avec l’activité physique en cours de semaine. Sur l’eau. Avant la neige. Très vite, on l’espère.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Just another perfect summer day 😇💕 first activities after my head concussion 💦

Une publication partagée par Lucile Lefevre (@lucilelefevre) le

 

Perrine Laffont sort son nouveau Vlog… ça a bossé un nouveau format en Australie !

 

> Ilka Stuhec félicite Primoz Roglic, ancien sauteur à ski vainqueur de la Vuelta



Humeur

Mener la Chine sur les chemins de la gloire biathlétique

Le couple de légende du biathlon signe avec la Chine ! La Biélorusse Darya Domracheva et le Norvégien Ole Einar Bjoerndalen, aux palmarès longs comme les bras de Rudy Gobert et de Nicolas Batum réunis, viennent effectivement d’être nommés coachs des équipes de Chine de biathlon. Le tout, bien sûr, dans l’objectif de former les champions locaux qui sont appelés à briller lors des Jeux de Pékin 2022.

« À compter de ce jour, nous lançons le processus d’entraînement quotidien et serons heureux de partager nos nombreuses années d’expérience avec l’équipe qui accueillera les prochains Jeux olympiques d’hiver », annonce OEB. Sa compagne ne dit pas autre chose. Les bases sont posées. Les jeunes chinois vont bosser sous l’égide de ce couple incroyable. Une chance pour eux. 

Malgré les apparences, le biathlon chinois n’est pas un précipice prêt à engloutir les deux ex-champions. On l’a vu lors des derniers Mondiaux de biathlon d’été disputés… à Minsk, chez Domracheva. Yuanmeng Chu et Yan Zhang y étaient devenues championnes du monde. Oui, ce n’étaient que les Mondiaux d’été sans les grosses nations. Mais quand même, ça pose un début de développement (grâce au Français Jean-Pierre Amat). Le début de quelque chose.

Et si Domracheva et Bjoerndalen agissaient comme des accélérateurs de particules ? Et si, et si, et si… En tout cas, la situation actuelle – avec aucun Chinois performant en coupe du monde – n’est pas normale vu l’échéance olympique à venir. Le couple biélorusso-norvégien va devoir mettre les bouchées doubles pour mener la Chine sur les chemins de la gloire biathlétique. C’est une chance pour la Chine de pouvoir engager deux tels champions. Et ce serait une chance pour le biathlon que cela fonctionne. 



 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.